Catégories
Chroniques d'albums

DJ Sprinkles – Where dancefloors stand still

DJ Sprinkles - Where dancefloors stand still
DJ Sprinkles - Where dancefloors stand still
DJ Sprinkles – Where dancefloors stand still

Terre Thaemlitz aime à raconter qu’une des légendes de la House Nation est que les clubs sont un oasis à la souffrance mais pour lui bien au contraire la souffrance est ici avec nous. Nous avons chacun une perception bien différente de ce à quoi doit ressembler le club idéal. DJ Sprinkles nous en délivre sa vision dans un mix de haute volée sur son label de prédilection Mule Musiq.

L’histoire dit que la genèse de ce mix trouve ses racines suite à une absurde loi japonaise ancestrale, jamais appliquée, et qui vient de l’être. Il est désormais interdit de danser dans les clubs tokyoïtes passé 1 heure du matin. On a souvent vu ces dernières années des lois de ce genre qui désignaient les clubbers comme de potentiels perturbateurs de l’espace public, le Criminal Justice Bill au Royaume-Uni, les décisions de Giuliani à New York cherchant à interdire de danser dans la plupart des bars ou plus récemment à Paris. Que dire de plus sur ces lois qui cherchent à restreindre l’espace acquis de longue lutte par les minorités : les blacks, les femmes, les gays…
En nous baladant entre old school et nouveaux titres deep-house, deep-techno, groovy à mort, DJ Sprinkles a réalisé tout simplement l’un des plus beaux mixes house jamais sortis ces dernières années.

https://soundcloud.com/experimedia/dj-sprinkles-where-dancefloors

Tracklisting :

  1. Braxton Holmes: 12 Inches of Pleasure (Ron’s Foreplay)
  2. Alex Danilov: Deep S
  3. Sound Mechanix: I Can’t Forget
  4. The Rhythm Slaves: The Light You Will See (Trentemoller’s Deep Dub Mix)
  5. Lectroluv: If We Try (Ambient Dub)
  6. Manoo & François A: The Deep
  7. Classic Man: Rapid Winds (75 MPH Mix)
  8. Understars: Forestfunk I (No DAMKKB Mix)
  9. Gene Farris: Good Feeling
  10. The Rude Awakening: The Dip (5 AM Dipsco Mix)
  11. MyMy: Everybody’s Talkin’ (Original Mix)
  12. Choo-Ables: Hard To Get (BT’s Massive Groove)
  13. Fingers Inc.: Never No More Lonely
  14. Keys & Tronics Ensemble: Calypso of House (Paradise Version)
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

DJ Sprinkles - Queerifications & Ruins

DJ Sprinkles – Queerifications & Ruins

DJ Sprinkles – Queerifications & Ruins Il y a des artistes vers lesquels nous nous sentons inexorablement attirés voire liés. Pour moi ils sont une poignée de créateurs dont je pourrai acheter la musique les yeux fermés tant ma confiance en leur musique est inébranlable.

Skylax 117 & 118

En cet hiver glacial en Europe Skylax Records nous gâte une fois encore en sortant deux pépites signées Terre Thaemlitz.
chronique : DJ Sprinkles presents Kami-Sakunobe House Explosion

DJ Sprinkles presents Kami-Sakunobe House Explosion

L’actualité de Terre Thaemlitz est chargée en cet automne qui s’annonce puisque Skylax Records l’excellent label qui s’obstine à dénicher d’obscures pépites ressort l’un de ses projets sorti initialement en 2006 : K-S.H.E (Kami-Sakunobe House Explosion) sur Comatonse Recordings. Le E.P. s’intitule sobrement « House Explosion 1 » et c’est encore une fois une house…

Interview : Terre Thaemlitz

Est-il encore nécessaire de présenter Terre Thaemlitz ? Touche-à-tout de génie, fondateur du label Comatonse, il se définit lui-même ni homme, ni femme ni même homosexuel, son positionnement transgenre ne cesse de nous interroger. Il devait se produire à la Machine du Moulin Rouge en avril dernier, le label le représentant en France nous avait…

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.