Aaron – Birds In the Storm

chronique : Aaron - Birds In the Storm
Après trois ans d’absence, c’est le lundi 4 Octobre que sort le tout dernier album de Aaron, « Birds in the Storm » après le salutaire album éponyme « Artificials Animals Riding On Neverland », qui avait prouvé en 2007 que la bonne musique pouvait encore, parfois, avoir un succès national.

Aaron

Pour mon grand plaisir personnel, le duo Olivier Coursier/Simon Buret avait aidé à repopulariser le mouvement « piano rock », concentré comme son nom l’indique sur des parties de piano à (semi) queue, et non de pâles synthés comme on l’entend malheureusement (et souvent faute de moyens) trop souvent, là où les marteaux devraient résonner de leur patte profonde.

Discographie

Forcément, aujourd’hui, après un tel succès et des titres comme « U-turn (Lili) », ou encore « Little Love », on voit déjà frémir d’impatience les adeptes du « c’était mieux avant », qui, après une demi-écoute sous la douche d’un quart de morceau se contenteront d’un lapidaire « bof », assassinant avec désinvolture trois ans de travail acharné. La question se pose, néanmoins : doit-on ici faire part de plus de sévérité dans le jugement ou écouter l’album comme il est, sans attache antérieure ? J’opte, princier, pour la seconde solution.

Le disque s’ouvre sur « Ludlow L », première piste plutôt déroutante introduite par un combo batterie-voix, prenant ensuite un rythme assez martial tout le long de la chanson. Heureusement, coeurs et violons viennent nous faire décoller le tout, donnant au titre un côté « montée progressive » des plus appréciables.
Les batteries électroniques me semblent déjà bien plus justifiées pour « Rise », qui avait été le tout premier single de l’album, sans me convaincre plus que ça à l’époque. Le morceau est sympathique, mais à quelque chose de très terre à terre, la basse fixant la chanson dans le béton, à la manière d’un Joy Division ou d’un The Killers fatigué qui ne correspond pas forcément à l’image qu’on attend du duo.

On accède heureusement, dès la troisième piste à un des meilleurs morceaux de l’album. « Seeds of Gold » était en écoute depuis quelques temps, vous l’aviez vu chez nous ou ailleurs, et je ne m’en lassais déjà pas à l’époque. Ici, elle prend tout son sens avec sa lente ascension rythmée.
Ce titre est important dans le sens qu’il porte le sceau d’Aaron en n’utilisant pas les mêmes ficelles, à savoir le duo piano-voix strict qui les a fait connaître. Ici, pas de deuxième U-turn, l’utilisation des choeurs et du riff de guitare est totalement inédite par rapport à la composition du premier album, et apporte ce que l’on attendait réellement de « Birds In the Storm ». L’artiste reste le même en utilisant une technique différente.
On passe assez rapidement sur « Waiting for the Wind to Come », qui à mes yeux, n’est pas à la hauteur de l’album.

Une piste plus loin, « Song For Ever » marque un autre des temps forts de l’album. Musique simple et posée, voix contemplative, Simon and Garfunkel dessinent paisiblement leurs fantômes dans la voix et les accords lascifs de guitare. On s’intéresse un instant aux paroles : « Hello Darkness, what’s your name today, I heard you were back in town. » Plutôt joli, et toute la chanson suivra cette tristesse tranquille et amère. Voilà pour moi une belle façon d’exprimer la douleur, sans se presser, avec calme et contemplation presque dans l’absence. Olivier Coursier semble presque ailleurs, chantant pour un autre, et c’est cet éloignement qui donne toute la force à la chanson.

Appréciant au passage Arm Your Eyes, on en vient à se demander l’intérêt de Birds in The Storms, et ses synthés technophilisant qui ne prouve pas son utilité dans l’album dont elle (lourde charge) porte quand même le titre. A vouloir aller trop loin dans les machines, il me semble que le duo se perd dans une sorte de complexité trop travaillée et sans grand rendu final.

Et puis l’album passe, j’aime, j’aime moins, je m’interroge sur les structures, où ont ils voulu aller, qu’ont ils voulu prouver, et j’en arrive à la dernière chanson, presque convaincu d’avoir tout écouté, prêt à finir ma chronique. L’album pour moi tient le pari de tout bon deuxième opus. Il consolide la base du talent de Simon Buret et d’Olivier Coursier, tout en apportant sur certaines chansons une nouvelle couleur musicale qui ne peut que bien présager pour l’avenir. Birds In the Storm est, mis à part quelques faux pas, très bon, notamment avec Seeds Of Gold et Song For Ever.

Je crois qu’il m’a fallu quelques secondes pour sortir de ma réflexion, et puis j’ai levé les mains de mon clavier, toutes oreilles dehors. Les premières notes d’ « Ember » venaient de résonner dans le silence et ma chronique entière allait être bouleversée. Il était là, ce morceau sublime que j’attendais d’Aaron, ce Little Love qui m’avait levé le coeur sur le premier album, cette ligne de piano intime et touchante, et cette voix qu’on entend, triste et magnifique, nous conter avec simplicité la douleur des amours perdus. Il était là ce morceau que j’attendais pour arrêter de réfléchir simplement, et partir, la gorge serrée, dans mes propres pensées noires.

Et elle est là, la vraie force d’Aaron, quels que soient les albums. Pas dans les envolées de violon, pas dans les montées en puissance de machines ou de batteries, de voix ou de piano, mais dans le simple fait qu’il a fallu cinq secondes de piano pour que mes sens m’échappent, et que ma pensée s’envole, loin, bien loin de mon clavier, vers mes propres fantômes.

Vous avez aimé ? Partagez !
4 réponses sur « Aaron – Birds In the Storm »

Je suis tellement d’accord avec toi concernant « Embers ». Coup de poing de tristesse. Meilleure pièce de l’album. Je recherche d’ailleurs les paroles de la chanson sur internet si tu peux m’aider !

Merci !!

Rien de plus à dire sur « Embers »… Bouleversant
Je recherche également les paroles (en Anglais)
merci de m’aider

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

AaRON @ le Zénith, Paris, 26/11/2021

Photos : AaRON + Adam Naas @ le Zénith, Paris | 26.11.2021

Après trois ans d’absence, c’est le lundi 4 Octobre que sort le tout dernier album de Aaron, « Birds in the Storm » après le salutaire album éponyme « Artificials Animals Riding On Neverland », qui avait prouvé en 2007 que la bonne musique pouvait encore, parfois, avoir un succès national. Aaron Pour mon grand plaisir personnel, le duo Olivier Coursier/Simon Buret avait aidé…
AaRON - Ultrarêve

Vidéo : AaRON – Ultrarêve

Si votre rêve ultime c’est de voir Jean-Claude Van Damm danser sur un parking de L.A filmé par sa fille Bianca, alors le nouvel extrait du prochain album d’AaRON vous ravira.
Shaka Ponk @ Paléo Festival, Nyon, 25/07/2014

Paléo dévoile sa programmation 2016

L’un des plus grands festivals d’Europe (plus de 230 000 festivaliers attendus sur 6 jours), le Paléo festival reviendra cette année du 19 au 24 juillet pour une « quarante plus unième édition » à la programmation qui, cette année encore, touche à tous les univers musicaux.

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.