Catégories
Son du jour

James Blake : Klavierwerke

en écoute : James Blake - Klavierwerke
On pourra crier au génie à l’écoute de la musique de James Blake ou bien au contraire crier à l’imposture. C’est selon… Ce qu’on ne pourra retirer à l’Anglais c’est de bénéficier d’une solide culture musicale. En effet, « Klavierwerke » nous apporte des réminiscences de Debussy, Burial, Kid 606 voire Ravel.

James Blake

Les quatre titres sont introspectifs, mélancoliques à la limite du dépressif. Inutile de chercher une porte de sortie, il n’y en a pas, on est comme happé par ces micros samples de voix qui résonnent comme autant d’échos fantomatiques, ces tentatives de dubstep vite avortées. La musique de James Blake semble comme en apesanteur, bancale comme si le musicien n’avait pas eu le temps de terminer de composer. Cette perception infime d’inachevé ajoute une humanité supplémentaire à ce disque qui aurait pu paraître trop désincarné à force d’abstractions. Aux dernières nouvelles, il semblerait que James Blake se rapproche d’un format beaucoup plus pop avec sa reprise de Gonzales et Feist « There’s a limit to your love ».

James Blake – Klavierwerke (128)

James Blake – Limit To Your Love

Partager cet article
1 réponse sur « James Blake : Klavierwerke »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

TINALS 2019

Ça c’est TINALS !

Qu’importe les ‘ronchondoillons’, le TINALS demeure le festival indé incontournable du début de l’été. Malgré le succès et les tentations que cela aurait pu entraîner, ce festival a conservé sa philosophie exprimée dans sa profession de foi : « une programmation dictée uniquement par les coups de cœur dans un cadre verdoyant. De la musique avant…

James Blake, un cas de conscience ?

Il aura été une des sensations de 2011 pour beaucoup, James Blake avait repris Feist, collaboré avec Bon Iver, était nommé pour le Mercury Prize comme Antony Hegarty en 2005 mais ne l’a pas eu, le clip de sa reprise du standard de Joni Mitchell avec Rebecca Hall fait se pâmer la planète musicale.
IOTDXI

IOTDXI

Le cheval n’est pas mort, il n’a pas encore livré sa dernière course. Après une pause de plusieurs années me semble-t-il R&S Records est venu se rappeler à notre bon souvenir. Ces derniers temps ont vu fleurir des rééditions bienvenues, Derrick May, Aphex Twin, Model 500 et certains vinyles sont encore pressés. Renaud et Sabine…
chronique : James Blake – James Blake

James Blake – James Blake

3,5/11*. Non je ne me suis pas mise soudainement à noter les albums que je chronique. Mais si je jouais à la maitresse de classe, je pourrais annoter son bulletin comme suit: L’élève Blake est appliqué, studieux, mais n’arrive pas toujours au but. Doit poursuivre ses efforts.

Plus dans Son du jour

Matt Berninger - One More Second

Vidéo : Matt Berninger – One More Second

Il est libre Matt. En solo, on quitte la nationale pour le suivre sur les chemins de traverse à émotions et à désillusions. One More Second sonne l’heure des adieux à jamais, des regrets mâtinés d’espoir.
Neptune - Stella

Vidéo : Neptune – Stella

On a tous rencontré une Stella, une pour qui le dernier verre est de trop, celui qui au choix fait perdre un peu de dignité ou gagner un peu d’humanité.
Rosemarie - Nuit d'été

Vidéo : Rosemarie – Nuit d’été

Hier c’était notre dernière Nuit d’été, et c’est un renouveau pour Rosemarie qui a rangé les Paillette et l’anglais pour chanter enfin en français.
Laura Veirs

Vidéo : Laura Veirs – Turquoise Walls

Vous ne connaissez pas Laura Veirs ? Elle sort pourtant son onzième album (!), My Echo le 23 octobre chez Bella Union / Pias avec la participation de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau, Matt Ward et d’autres.