Da Brasilians – Da Brasilians

chronique : Da Brasilians - Da Brasilians Outch. Mille millions de mille milliards de mille sabords de tonnerre de Brest. Ou de Saint-Lô. Cette bande d'hurluberlus a regardé consciencieusement  par dessus la Manche pendant de longues heures de cours. Et a pioché, en bon èlève, les meilleures pointures d'outre-Manche (Lee Mavers et ses La's, Belle and Sebastian and co) et d'outre-Atlantique (Crosby et ses moustaches). Et évidemment rend une superbe copie. Aidés par une production impeccable, ils font preuve d'un goût relativement sûr avec une pochette classieuse.

Da Brasilians

Et les chansons me direz vous? Et bien il y en a. A la différence d’une paire de groupes actuels.
Si on peut se passer des accents suaves de I’ll be blue, les types nous ont déjà mis une claque avec Revolution. San Francisco, la plage, un joint. Ils ont dû déprimer une paire de jours dans leur cave de Saint-Lô. Et répéter, répéter, répéter. Pour arriver à un piano entraînant et une mélodie rigoureuse et folle…

Les Da Brasilians sont des filous. Avec Janis, on croit le scénario déjà écrit. Et bien non. Le morceau part « en sucette  » au bon moment, surprend et finit dans une orgie: les touches de piano culbutent les choeurs et les cuivres. Et pan. Et la force de ce disque réside dans cette capacité à avoir toujours une avance sur l’auditeur. Si Shadows peut faire sombrer dans la mélancolie (ou l’ennui), ils claquent de suite l’impeccable About You et son riff salvateur et ses voix enchanteresses. Même chose avec l’excellent Please Stay (on ne se remet pas dans l’enchevêtrement fou des dernières secondes) et le plus discutable Grettings from America (on balance le refrain?).

Please Stay chantent-ils. La même.

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Echo Orange Festival

Le Clacson passe à l’Orange !

Un festival pour 30 euros avec une programmation pop de qualité et un accueil chaleureux, c’est possible, c’est au Clacson à Oullins du 14 au 16 avril.
Agenda concert avril 2011 - Lyon

C’est le printemps à Lyon !

En avril il faut se découvrir, goûter au soleil enivrant et aux terrasses bienveillantes mais aussi découvrir tous les chouettes concerts qui fleurissent dans les petites salles lyonnaises. Sélection subjective et donc forcément rigoureuse et indispensable…

Rencontre américaine : les Da Brasilians

Tiens, Soul Kitchen se paye le luxe d’interviewer les Da Brasilians. Ces derniers s’étant payé le luxe de sortir l’un des tous meilleurs albums de pop de 2010. Rencontre avec Benoit.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.