Micachu & The Shapes and The London Sinfonietta- Chopped & Screwed

Micachu & The Shapes and The London Sinfonietta- Chopped & Screwed Il va falloir un peu se décrasser les oreilles avant de se plonger dans l’écoute de Micachu & The Shapes accompagné de l’orchestre contemporain London Sinfonietta. En effet la musique de la britannique est quelque peu perturbante et désarçonnante si l’on n’y prend pas garde.

Micachu & The Shapes and The London Sinfonietta

La surdouée de la musique qui a étudié le violon et l’alto depuis l’âge de 4 ans, a composé pour l’Orchestre Philharmonique de Londres nous balade ici à travers des territoires non balisées et quelque peu sombres. Le terme Chopped and Screwed fait référence à une technique musicale issue du hip-hop de la région de Houston contribuant en des tempos divisés et des rythmes qui sautent. Une approche influencée par le sizzurp, une boisson mixant un sirop contre la toux à base de codéine et de Sprite par exemple qui n’est pas utilisée pour se soigner au cas où vous vous poseriez la question. « Chopped & Screwed » s’inspire largement des œuvres de Harry Partch, musicien autodidacte, ignoré par l’intelligentsia, créateur d’instruments de sa conception, obsédé par la microtonalité et précurseur de la musique minimaliste. Le plus intéressant dans cet album est qu’il déborde de son champ (la musique experimentale et réservé à une élite) pour investir le champ plus large de la musique populaire sans faire de concession aucune afin de capter un large public. Le London Sinfonietta, orchestre de chambre spécialisé dans la musique contemporaine prête main forte à Micachu dans cette balade sonore hors-norme et hors-mode.



1 réponse sur « Micachu & The Shapes and The London Sinfonietta- Chopped & Screwed »

Ah oui en effet, je pense qu’il convient d’être quelque peu shooté, pour apprécier cette balade sonore à sa juste valeur ! Enfin, j’aurai au moins appris quelque chose : car je croyais que les sirops à base de codéine étaient suffisamment « délicieux » pour être consommés purs, sans les mixer avec d’autres breuvages ! Surtout gazeux… comme son nom l’indique, le « sizzurp » doit produire un effet assez proche du sirop d’ipéca !!

By the way, quand je pense qu’on nous a retiré le dextro, prétendu dangereux, pour le remplacer à terme par un ibuprofène codéiné… No comment ! Mais ceci est un autre débat ;-)

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Odalie-oragesintrieurs

Vidéo : Odalie – Orages intérieurs

On avait découvert Odalie grâce aux Black Lilys et à ce We are nature mis en images par Sébastien Labrunie. Son premier album au titre immédiatement cathartique, Puissante Vulnérabilité vient de sortir sur le label Mesh de Max Cooper.

Plus dans Chroniques d'albums

Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]
Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.