Daytona, sur la piste à tombeau ouvert touche la corde sensible avec une pop orageuse.

Daytona

Les membres de Daytona ont connu bien des parenthèses. Le groupe lyonnais, né à la fin des années 90 sur les cendres de Surfer Rosa était pourtant promis à un avenir radieux avec deux albums et des premières parties pour Luke ou Dolly dont ils espèraient sucer la roue et profiter de leur aspiration (inspiration ?).

Après quatre années de réflexion, privé de leur batteur accidenté en moto et remis du départ de deux de leurs acolytes, Jean-Luc Derobert et Sylvain Gallo sont à nouveau dans la course avec un nouvel album qui signe la pôle position. Et comme une course ne se gagne jamais sans une équipe, ils se sont entourés de précieux co-pilotes pour éviter de sur ou sous virer. Une touchette par ci avec David Fanfare d’Apple Jelly, Simon Nodet de Rhesus, les ex Dolly Nikko et Emmanuelle ou encore par là avec l’ancienne moitié des Valentins, Edith Fambuena ou la suédoise Annika Grill de Spring. L’album sort facilement du peloton des groupes français qui ahanent un anglais approximatif en se demandant ou est Brian pour masquer l’indigence des textes. Daytona soigne ses paroles sans se viander, tantôt rugueuses et désabusées (Fermons les yeux, Ces images, Le jour d’après) ou ironiques et mordantes (Je suis modern, A faire). L’influence des Pixies est toujours là, les riffs de guitares sont soignés, une tension électrique et ecclectique parcoure le disque, la voix peut tour à tour être rêche et sensuelle.

Un morceau ‘daytone’ et étonne, ce 17 septembre qui reprend l’indispensable discours de Robert Badinter demandant à l’assemblée nationale au nom du gouvernement de la République, l’abolition de la peine de mort en France. Discours capital sur la peine capitale, Il rappelle ce qu’est le courage en politique pendant que certains, ces derniers jours, sont partisans de la double peine submergés de noirs désirs. Ce texte, samplé et scandé sur des guitares rageuses fait frissonner et encore aujourd’hui réfléchir à ce noble combat : « Ceux qui veulent une justice qui tue, ceux-là sont animés par une double conviction : qu’il existe des hommes totalement coupables, c’est-à-dire des hommes totalement responsables de leurs actes, et qu’il peut y avoir une justice sûre de son infaillibilité au point de dire que celui-là peut vivre et que celui-là doit mourir. A cet âge de ma vie, l’une et l’autre affirmations me paraissent également erronées. Aussi terribles, aussi odieux que soient leurs actes, il n’est point d’hommes en cette terre dont la culpabilité soit totale et dont il faille pour toujours désespérer totalement. Aussi prudente que soit la justice, aussi mesurés et angoissés que soient les femmes et les hommes qui jugent, rien ne peut changer que cette justice soit humaine et par conséquent faillible. »

Daytona de nouveau dans le circuit a des convictions, pas comme ces radios qui remplissent leur quota de chansons en français en diffusant du Zaz jusqu’à la nausée, cette Parenthèse ouverte doit être enchantée et devrait permettre au groupe de tourner partout en France avec des titres taillés pour la scène.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

DaYTona - Ma seule héroine

[EXCLU] Vidéo : DaYTona – Ma seule héroïne

Il en faut en ces temps avilis de l’Allégresse pour illuminer les sourires. Alors on s’enfile une bonne dose d’héroïne avec DaYTona pour accompagner ce pseudo reconfinement qui conduit seulement les sirènes à l’usine.
DaYTona - Malmö

[EXCLU] Vidéo : DaYTona – Malmö

Petite visite de Malmö avec DaYTona façon film d’anticipation puisque l’on ne croise pas grand monde. Mais l’allant vient de cet instrumental plein d’Allégresse qui forcit comme grossit souvent la mer dans le détroit de l’Öresund.
DaYtona - L'allégresse

DaYtona – L’allégresse

Comment choisit-on d’écouter un disque parmi les centaines qui sortent dans tous les formats chaque mois ? Avec le nouvel album de DaYtona (le précèdent La Parenthèse date déjà de 2011 !), c’est un mot qui nous happe par sa joliesse et intrigue par son anachronisme.
DaYtona

5 questions à … DaYtona

SK* a demandé à une soixantaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de DaYtona dont l’alerte nouvel album, L’allégresse vient de sortir. Celui-ci tient toutes ses promesses et pourraient décrocher des morceaux de…
DaYtona - bandeau

Prometteur DaYTona

Qui n’a pas été trahi par des promesses non tenues ? On avait quitté DaYTona avec des Morceaux de lune, revoilà les lyonnais plein d’Allégresse, superbe titre d’un album à paraître le 12 octobre 2018.
DaYTona - Morceaux de Lune

Vidéo : DaYTona – Morceaux de Lune

Des surimpressions qui impressionnent la rétine, des mots rugueux qui percutent l’âme, des guitares rêches qui lacèrent le cœur, après Pagan PoEtry qui nous invitait à visiter la face noire de la lune, voilà DaYTona qui nous en offre un morceau. DaYTona – Morceaux de Lune
Clip : Daytona – 17 Septembre

clip : Daytona – 17 Septembre

Parenthèse enchantée que cette année 1981 où un président et un ministre ont eu le courage d’aller contre l’opinion publique en faisant voter l’abolition de la peine de mort en France. Le combat continue ailleurs, aux Etats-Unis, en Chine ou en Iran, les 3 pays les plus assassins légalement mais pas sûr que nous retrouvions…

Plus dans Chroniques d'albums

Mogwai - As The Love Continues

Mogwai – As The Love Continues

Sorte de bizarrerie électrique à ses débuts, Mogwai s’impose aujourd’hui comme un grand fournisseur de chansons et endosse le statut de meilleur groupe écossais.
Brisa Roché & Fred Fortuny - Freeze Where U R

Brisa Roché & Fred Fortuny – Freeze Where U R

A ma gauche, Brisa Roché, chanteuse américaine installée à Paris depuis quelques années. A ma droite, Fred Fortuny, musicien ayant travaillé avec une kyrielle d’artistes dont Da Silva. Au milieu, ce disque, Freeze Where U R, qui réchauffe les cœurs et qui a le parfum des notes de Carole King.
Kiwi Jr. - Cooler Returns

Kiwi Jr. – Cooler Returns

Pour les radins qui ont refusé de débourser une vingtaine d’euros pour Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983 – 1987 (Captured Tracks), les Kiwi Jr. représentent la solution de secours et l’ultime chance de se rattraper. Pour une dizaine d’euros, Cooler Returns, le nouveau disque de ces Canadiens promet beaucoup et donne……
Chevalrex - Providence

Chevalrex – Providence

Écrit en partie l’hiver dernier sur l’île de la Désirade (Guadeloupe), Providence prend élégamment la suite d’Anti Slogan et nous fait espérer des jours meilleurs avec des chansons puissantes et tenaces.
Strum & Thrum

Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987

Attention. Grande compilation. Concoctée par Mike Spiner, le patron de Captured Tracks, Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987 soulève le couvercle d’un passé riche mais totalement oublié. En effet, dans les années 80, le rock indépendant américain avait des têtes de pont formidables mais avec toute une tripotée de seconds couteaux tout…

Half Japanese – Crazy Hearts

Fondé en 1975 par les frères Fair, Half Japanese est une créature artistique singulière qui possède un répertoire totalement biscornu. Adulée par Kurt Cobain, adorée par les soeurs Deal et aimée par tous les grands noms de la pop écossaise, la discographie de ce groupe s’enrichit d’un dix-neuvième disque cette semaine. Et comme depuis 1975,…