Catégories
Chroniques d'albums

The Kills – Blood Pressure

chronique: The Kills - Blood Pressure

Je l’attendais comme le Messie… Ou la petite souris. Mais je suis déçue déçue déçue. J’attendais des frissons, un album qui sent au moins (un peu) le stupre, des vibrations stomacales, un garage rock de boite à cul. Un album crado et électrique. Je le voulais mon super album des Kills.

The Kills

À la place j’ai eu un album convenu. Un enchainement de pistes soignées, maitrisées, sans faute de gout majeur mais qui ne viennent pas titiller là où ça fait plaisir. Des mélodies qui passent toutes seules, pas une aspérité qui viendrai t’accrocher l’oreille de l’auditeur. C’est peut être le côté plus produit que d’habitude qui dérange cette fois ci. Le son est plus poli, moins abrasif, plus propre… Oui, plus pop. Nail in My Coffin en est l’exemple parfait, le refrain tout plein de « Ohohohoh ohohohoh » est non seulement taillé pour la bande FM mais aussi pour devenir le digne successeur du Seven Nation Army et de son « Pohpohpohpohpohpohpoh ». Certains titres trainent un peu la patte, sonnent un peu besogneux, laborieux (You don’t won the road).

Discographie

La première fois que l’album fait lever un sourcil c’est sur Wild Charms. Hotel colle sa voix sur ce titre Lenonnien, au bas mot. Un hommage à sa tige de frein de fiancée ? Les paris sont lancés. Un trésaut de l’oreille sur Last Goodbye où VV revêt une voix de Diva Rock en préretraite pour un titre dont l’instru semble tout droit provenir d’une vieille platine en fin de carrière, soutenue par un clavier un peu défraichi. Une vraie réussite. Les morceaux continuent de s’égrainer dans une morne platitude, jusqu’au dernier morceau. Arride et sèche comme une peau de fesse de septuagénaire, Pot & Pans c’est LA chanson que j’attendais, les Kills comme on les aime, lancinants, avec une guitare déglinguée et un blues qui sent les grands espaces.

Peut être les Kills ont ils fait le tour de la question avec leur trois albums précédents. VV l’a fait aussi avec les Dead Weather, si on compte les points on en est à deux déceptions en deux ans. Fais gaffe VV, heureusement que je t’aime (vraiment) bien.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Vous avez aimé ? Partagez !
13 réponses sur « The Kills – Blood Pressure »

Personnellement, mon coup de coeur ira pour Baby Says,
la guitare de Hince qui ponctue le morceau rappelle l’energie brute et sexuelle des précédents albums.
Souvent ce qu’on reproche à cet opus par ailleurs.
Un des titres qui rend effectivement l’album moins propret, moins lisse.

Sinon, l’album dans son ensemble reste bon. Il est différent certes.
Mais peut-on en vouloir à un groupe de vouloir se renouveler, explorer un nouveau son ?

Pas sur.

Attendons la réponse de la principale intéressée, mon cher Guimauve ! Je tiens simplement à préciser que la première écoute du single « Satellite » m’avait également apporté son lot de déception, début février… rejoignant l’avis d’une jeune chroniqueuse lu sur les Inrocks 4 semaines + tard : j’ai juste eu l’impression d’entendre un pâle remix de « What you waiting for » de Gwen Stefani, mais considérablement ralenti et totalement dépourvu de son énergie initiale !!! Et puis, au bout d’un certain nombre d’écoutes… bah il se trouve que je m’y suis plutôt bien accommodé, en fin de compte ;-) Donc, à mon humble avis, nous ne saurions que trop conseiller à notre reine de multiplier les écoutes, et à force, ça devrait aller beaucoup mieux concernant les premières plages…

Alors ensuite, j’ai découvert la plupart des autres morceaux en live sur le HibOO, en direct de la Flèche d’Or, mardi 22 : donc fatalement, mon approche est tout à fait différente, et j’ai plutôt très bien accroché d’emblée ! Du coup, ma première écoute intégrale de « Blood Pressures », dans la nuit de mardi à mercredi (merci Rod pour le lien sur Facebook ! ;-)) répondait précisément à une certaine impatience, de découvrir ces mêmes morceaux en version album… et lorsqu’on a kiffé un live, forcément, ça fait toujours plaisir de le revivre d’une certaine manière sur « disque » !

Je plussoie par ailleurs la réponse finale d’Anton ;-) Donc oui, un album tout à fait honorable au final : je ne suis pas un expert en notation, mais comme ça, au feeling, je lui administrerais au moins un 15/20 !

Mes coups de cœur : « Future Starts Slow », « Satellite » (comme quoi, y a que les imbéciles qui changent pas d’avis :)), « The Last Goodbye ».

C’est ton « pas sûr » que je plussoie, en fait : sachant que j’ai commencé à rédiger mon post entre 2h14 et 2h27 ;-)

Je te trouve un peu dur, certes l’album est plus lisse que d’habitude mais il s’en dégage une douce mélancolie qui manquait peut être au groupe. Pour moi c’est une réussite et franchement un soulagement que le groupe ne sombre pas dans le trop commercial.

C’est vrai que la découverte live doit beaucoup y faire, ne serait ce que pour le souvenir qu’on retrouve dans l’écoute.
Pour se qui est d’écouter encore et encore l’album…
D’une part la plupart des morceaux de l’album ne m’ont pas du tout donnée envie d’y revenir, et d’autre part, un album qui demande d’y revenir sans cesse pour que l’oreille « s’en accommode », je ne sais qu’en penser…
Enfin si je sais, j’en pense en générale du mal.
C’est un peu comme c’est chanson martelée à la radio que tu finis par aimer par habitude.

Merci, mais non merci ;)

Tant pis ! Tu rejoins Louis, du coup… Finalement, c’est un mal pour un bien, compte tenu de la quantité assez impressionnante d’excellents nouveaux groupes made in UK, qu’il nous a présentés ces dernières semaines ! ;-)

Je suis tout à fait d’accord. On est bien loin de ‘No Wow’. ce qui choque surtout dans cette album, c’est son inégalité et son manque de cohérence. On a de véritables perles, et globalement je suis assez d’accord avec toi sur mes chansons favorites (si ce n’est que j’aime le souffle épique de « Future Starts Slow ») et puis des chansons totalement inintéressantes. Ah ‘The Last Goddbye’, c’est une VV qu’on ne connaît pas, tout en fragilité et en faiblesse, avec une chanson débordante d’émotion. pour moi c’est LA véritable réussite de l’album. J’adore la dernière aussi. Mais autrement;.. on ne tient pas grand chose, et « Satellite », « Baby Stays » et « Damned if she do » sont plus que médiocres.
je trouve que les Kills avaient suivi une belle évolution avec « Midnight Boom » où la dynamique était devenue quelque peu différente, avec un air d’électro et très « pantin/naïveté/beats aux allures de jouets » qui me plaisait bien.

espérons que le concert de novembre va rattraper tout ça! (ai peur d’être déçue, VV est moins bonne sur scène avec Hotel que avec White… moins à fleur de peau en tout cas)

J’suis contente de voir que les gens lisent et commentent de « vieux » articles. J’avais fini par croire qu’en se qui concernait les webzines musicaux on ne pouvait que faire de l’actu brulante.

De là à ce que je soumette une chronique d’un des premeirs Tom Waits… Il n’y a qu’un pas.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Cavale

Cavale – Le crocodile, les chouchous et le clitoris

Tout colle. Derrière la confortable banquette émeraude où elle est enfoncée, un crocodile coiffé d’un couvercle de vieille cafetière sur le crâne se donne des airs farceurs ou de joyeux touriste. A sa gauche, deux canards, empaillés comme lui, se disputent la porcelaine d’une tasse toute britannique. Le thé, qui aurait pu s’y trouver, doit […]
Photos : The Kills @ l'Olympia, Paris | 19.10.2016

Photos : The Kills @ l’Olympia, Paris | 19.10.2016

Je l’attendais comme le Messie… Ou la petite souris. Mais je suis déçue déçue déçue. J’attendais des frissons, un album qui sent au moins (un peu) le stupre, des vibrations stomacales, un garage rock de boite à cul. Un album crado et électrique. Je le voulais mon super album des Kills. The Kills À la place j’ai eu un album…

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.