The Kills – Blood Pressure

The Kills – Blood Pressure
Queen Mafalda - 03/04/2011

chronique: The Kills - Blood Pressure

Je l’attendais comme le Messie… Ou la petite souris. Mais je suis déçue déçue déçue. J’attendais des frissons, un album qui sent au moins (un peu) le stupre, des vibrations stomacales, un garage rock de boite à cul. Un album crado et électrique. Je le voulais mon super album des Kills.

The Kills

À la place j’ai eu un album convenu. Un enchainement de pistes soignées, maitrisées, sans faute de gout majeur mais qui ne viennent pas titiller là où ça fait plaisir. Des mélodies qui passent toutes seules, pas une aspérité qui viendrai t’accrocher l’oreille de l’auditeur. C’est peut être le côté plus produit que d’habitude qui dérange cette fois ci. Le son est plus poli, moins abrasif, plus propre… Oui, plus pop. Nail in My Coffin en est l’exemple parfait, le refrain tout plein de « Ohohohoh ohohohoh » est non seulement taillé pour la bande FM mais aussi pour devenir le digne successeur du Seven Nation Army et de son « Pohpohpohpohpohpohpoh ». Certains titres trainent un peu la patte, sonnent un peu besogneux, laborieux (You don’t won the road).

La première fois que l’album fait lever un sourcil c’est sur Wild Charms. Hotel colle sa voix sur ce titre Lenonnien, au bas mot. Un hommage à sa tige de frein de fiancée ? Les paris sont lancés. Un trésaut de l’oreille sur Last Goodbye où VV revêt une voix de Diva Rock en préretraite pour un titre dont l’instru semble tout droit provenir d’une vieille platine en fin de carrière, soutenue par un clavier un peu défraichi. Une vraie réussite. Les morceaux continuent de s’égrainer dans une morne platitude, jusqu’au dernier morceau. Arride et sèche comme une peau de fesse de septuagénaire, Pot & Pans c’est LA chanson que j’attendais, les Kills comme on les aime, lancinants, avec une guitare déglinguée et un blues qui sent les grands espaces.

Peut être les Kills ont ils fait le tour de la question avec leur trois albums précédents. VV l’a fait aussi avec les Dead Weather, si on compte les points on en est à deux déceptions en deux ans. Fais gaffe VV, heureusement que je t’aime (vraiment) bien.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Réponses
  1. Personnellement, mon coup de coeur ira pour Baby Says,
    la guitare de Hince qui ponctue le morceau rappelle l’energie brute et sexuelle des précédents albums.
    Souvent ce qu’on reproche à cet opus par ailleurs.
    Un des titres qui rend effectivement l’album moins propret, moins lisse.

    Sinon, l’album dans son ensemble reste bon. Il est différent certes.
    Mais peut-on en vouloir à un groupe de vouloir se renouveler, explorer un nouveau son ?

    Pas sur.

  2. Attendons la réponse de la principale intéressée, mon cher Guimauve ! Je tiens simplement à préciser que la première écoute du single « Satellite » m’avait également apporté son lot de déception, début février… rejoignant l’avis d’une jeune chroniqueuse lu sur les Inrocks 4 semaines + tard : j’ai juste eu l’impression d’entendre un pâle remix de « What you waiting for » de Gwen Stefani, mais considérablement ralenti et totalement dépourvu de son énergie initiale !!! Et puis, au bout d’un certain nombre d’écoutes… bah il se trouve que je m’y suis plutôt bien accommodé, en fin de compte ;-) Donc, à mon humble avis, nous ne saurions que trop conseiller à notre reine de multiplier les écoutes, et à force, ça devrait aller beaucoup mieux concernant les premières plages…

    Alors ensuite, j’ai découvert la plupart des autres morceaux en live sur le HibOO, en direct de la Flèche d’Or, mardi 22 : donc fatalement, mon approche est tout à fait différente, et j’ai plutôt très bien accroché d’emblée ! Du coup, ma première écoute intégrale de « Blood Pressures », dans la nuit de mardi à mercredi (merci Rod pour le lien sur Facebook ! ;-)) répondait précisément à une certaine impatience, de découvrir ces mêmes morceaux en version album… et lorsqu’on a kiffé un live, forcément, ça fait toujours plaisir de le revivre d’une certaine manière sur « disque » !

    Je plussoie par ailleurs la réponse finale d’Anton ;-) Donc oui, un album tout à fait honorable au final : je ne suis pas un expert en notation, mais comme ça, au feeling, je lui administrerais au moins un 15/20 !

    Mes coups de cœur : « Future Starts Slow », « Satellite » (comme quoi, y a que les imbéciles qui changent pas d’avis :)), « The Last Goodbye ».

  3. Je te trouve un peu dur, certes l’album est plus lisse que d’habitude mais il s’en dégage une douce mélancolie qui manquait peut être au groupe. Pour moi c’est une réussite et franchement un soulagement que le groupe ne sombre pas dans le trop commercial.

  4. C’est vrai que la découverte live doit beaucoup y faire, ne serait ce que pour le souvenir qu’on retrouve dans l’écoute.
    Pour se qui est d’écouter encore et encore l’album…
    D’une part la plupart des morceaux de l’album ne m’ont pas du tout donnée envie d’y revenir, et d’autre part, un album qui demande d’y revenir sans cesse pour que l’oreille « s’en accommode », je ne sais qu’en penser…
    Enfin si je sais, j’en pense en générale du mal.
    C’est un peu comme c’est chanson martelée à la radio que tu finis par aimer par habitude.

    Merci, mais non merci ;)

  5. Tant pis ! Tu rejoins Louis, du coup… Finalement, c’est un mal pour un bien, compte tenu de la quantité assez impressionnante d’excellents nouveaux groupes made in UK, qu’il nous a présentés ces dernières semaines ! ;-)

  6. Je suis tout à fait d’accord. On est bien loin de ‘No Wow’. ce qui choque surtout dans cette album, c’est son inégalité et son manque de cohérence. On a de véritables perles, et globalement je suis assez d’accord avec toi sur mes chansons favorites (si ce n’est que j’aime le souffle épique de « Future Starts Slow ») et puis des chansons totalement inintéressantes. Ah ‘The Last Goddbye’, c’est une VV qu’on ne connaît pas, tout en fragilité et en faiblesse, avec une chanson débordante d’émotion. pour moi c’est LA véritable réussite de l’album. J’adore la dernière aussi. Mais autrement;.. on ne tient pas grand chose, et « Satellite », « Baby Stays » et « Damned if she do » sont plus que médiocres.
    je trouve que les Kills avaient suivi une belle évolution avec « Midnight Boom » où la dynamique était devenue quelque peu différente, avec un air d’électro et très « pantin/naïveté/beats aux allures de jouets » qui me plaisait bien.

    espérons que le concert de novembre va rattraper tout ça! (ai peur d’être déçue, VV est moins bonne sur scène avec Hotel que avec White… moins à fleur de peau en tout cas)

  7. J’suis contente de voir que les gens lisent et commentent de « vieux » articles. J’avais fini par croire qu’en se qui concernait les webzines musicaux on ne pouvait que faire de l’actu brulante.

    De là à ce que je soumette une chronique d’un des premeirs Tom Waits… Il n’y a qu’un pas.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

Life - A Picture Of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.