Catégories
Chroniques d'albums

Dona Confuse – Ghost Healers, Fascinating Box

Chronique : Dona Confuse - Ghost Healers, Fascinating box
Après Broken Silver Cigarette in Tristan Da Cunha, le groupe toulousain Dona Confuse revient cette année avec son second album Ghost Healers, Fascinating Box. Si le groupe est toujours chez Le Son Du Maquis, pour ce deuxième opus ils sont distribués par Harmonia Mundi.

Dona Confuse

Dona Confuse ne se perd pas dans des circonvolutions, 32OO ISO entre dans le vif du sujet. Une ambiance electro-anxiogène de fond de cave qui laisse peut de place à l’éclaircie. Quelque part entre un gothique 80’s, des drones qui vrillent les tympans, des guitares de lonely cow boys… Un morceau qui me fait invariablement penser à Paris, Texas. Si l’album s’ouvre avec un morceau pareil, Dona Confuse a intérêt à tenir ses promesses sur la longueur.


Ghost Healers, Fascinating Box enchaine avec l’inquiétant Echoes From The Fascinating Box. Glaciale et introspective, la descente continue avec Ordinary Death. Puis Here arrive et marque une respiration, une éclaircie fraiche et pop bienvenue. Une décharge dansante qui passe des oreilles aux pieds en faisant un petit détour par l’estomac. La rythmique du morceau fait mouche à tous les coups.
Le répit est de courte durée, l’atmosphérique Ordinary Life se déploie dans une moiteur et une lenteur presque lascive. Puis arrive le bruitiste Ghost Healers. Une machinerie cyber punk hallucinée et hallucinante. Le morceau bascule dans un post punk / cold wave, qui fini de rendre humaine et habitée cette déferlante artificielle de près de 8 minutes. White & Hot suinte la mélancolie romantique. Dona Confuse remet le couvert bruitiste avec Blue Baritone, bande son lynchienne de 4 minutes, avant de clore ce deuxième album avec un Farniente Coffee foisonnant, tout en clair obscur, contenant à elle seule une bonne part de la recette de Dona Confuse ; inquiétante, cybernétique, introspective,

Dona Confuse offre un album audacieux et ambitieux, entre expérimentation, morceaux bruitistes, agrémentés de drones introspectifs, qu’ils contrebalancent intelligemment et efficacement de morceaux plus abordables et immédiats. Ghost Healers Fascinating Box accompagne les pérégrinations d’un cow boy punk et dépressif dans une quête chamanique au coeur d’une friche industrielle.
Signalons au passage que l’album est un très bel objet, vous auriez tort de vous en priver.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Partager cet article
2 réponses sur « Dona Confuse – Ghost Healers, Fascinating Box »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Nicolas Comment & Xavier Waechter

Retrouvailles et redécouvertes

Pourquoi écrire laborieusement des paroles de chansons en français alors qu’il existe des textes orphelins de musique, des diamants bruts à façonner, à mettre en son et en voix.
Dona Confuse @ La Machine, 21 mai 2011

Dona Confuse @ La Machine

Dona Confuse, pour fêter la sortie imminente de son second album, monte sur la scène de la chaufferie de La Machine du Moulin Rouge.

Appletop + Mina May + Jacques C @ La Flèche d’Or

Peu de monde dans les salles ce weekend, à croire que le festival des Inrocks a attiré la foule ?! Je passerai sur le concert de The Charlatans, au Trabendo, où seulement deux cents personnes étaient présentes. Evidemment les fans inconditionnels, sont sortis dithyrambiques, contrairement à moi ! J’ai trouvé que leur musique n’avait guère…

SK Session : Luc Vertige

Luc Vertige Il y a des rencontres musicales que l’on n’aurait jamais faites sans un intermédiaire, un ami qui vous fait écouter un pur morceau, un nouvel artiste, ou dans le cas présent Damien qui me propose de faire une SK Session avec Luc Vertige. Il a 47 ans et vient de sortir son premier…

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.