Wu Lyf – Go Tell Fire To The Mountain

chronique : Wu Lyf- Go Tell Fire To The Mountain Wu Lyf (World Unite Lucifer Youth Foundation pour les intimes) sort cette semaine un brûlot attendu pour une flanquée de fans inconscients.

Wu Lyf

A l’heure de la toute puissance d’Internet, Wu Lyf a pris un chemin de traverse peu commun. Ne rien publier sur la toile, ne rien confier aux journalistes. Soit.
Les quelques bienheureux qui avaient assisté à un de leurs concerts étaient éclaboussés par la grâce absolue de leur musique. Re soit.
Les quelques clips disponibles montraient un groupe avec une violence contenue et des images de manifestants s’indignant contre la police.
Un O.V.N.I à la Rage Against The Machine ? Un groupe jouant avec les médias et les circuits traditionnels pour distiller un message singulier et attirer l’attention ? Pas du tout.
Pour attirer l’attention, la chose est entendue. Mais pour la musique, on repassera.
Ils sont gentils les Wu Lyf. Voilà. C’est tout. On oublie rapidement la possibilité d’avoir des roquettes en guise de chansons. Quelques pétards mouillés. Cave Song évoque un Foals sous crack de mauvais qualité, Concrete Song se perd dans un solo chiantissime.

Originaires de Manchester, nous serons courtois et nous ne nous lancerons pas dans des parallèles ou des comparatifs douteux. La seule chanson pouvant faire office de pavé dans la gueule est Concrete Gold. Et encore…

Discographie

L’album est une suite de litanies monocordes. Les dirigeants de ce bas monde peuvent se rassurer et trinquer à l’ensemble des mesures néo libérales qu’ils vont prendre. Face à eux, les Wu Lyf et leurs chansons devraient provoquer une émeute de pacotille.

Les Rage Against The Machine étaient peut être signés sur une multinationale, certes. Mais ils envoyaient des Scuds.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
5 réponses sur « Wu Lyf – Go Tell Fire To The Mountain »

« Concrete Song » ? Je ne vois aucune chanson de ce nom sur l’album… Sinon je ne suis pas surpris par cette critique, il était certain que l’album allait se faire tacler de la sorte vu le buzz qu’il a provoqué. Mais je dois dire que la comparaison avec RATM me semble totalement hors de propos, WU LYF n’ayant que la prétention de faire de la musique sans rentrer dans le cercle vicieux de la presse britannique.

Pas du tout d’accord, Go Tell Fire To The Moutain est un très très bon disque. Pas politique du tout dans le même sens que Rage Againt The Machine, beaucoup plus poétique. Mais si on se range d’office dans le camp des grincheux désabusés et qu’on ne prend pas la peine de l’écouter suffisamment pour connaître le titre des chansons, c’est sûr qu’on risque pas de l’aimer beaucoup. « Wu Lyf, c’est pas un fast-food ou un single sur iTunes », dixit le chanteur.

Enfin une chronique qui ne va pas dans le sens du vent…
C’est agréable.
cette album est quelconque. D’accord sur le Foals de mauvaise facture.
les textes sont insipides et le reste… Bof pour être sympa.
Merci beaucoup, en tout cas, pour ce petit billet qui m’a fait plaisir.

Je trouve absolument ridicule et inadapté de la part d’un webzine musical d’apprécier ou, en l’occurrence, de déprécier un groupe simplement de par son degré de notoriété, dans le simple but de s’éloigner de la masse conformiste. Certes, ces jeunes gens ont bien préparé leur coup. Certes, le fait de s’éloigner des micros était un remarquable coup de pub, et les médias n’ont pas vraiment tarder à s’en emparer. Mais ce n’est pas une raison suffisante pour se permettre de décrier le travail que nécessite un album.
Encore une fois, tout ce genre de puristes et critiques de l’indie me débectent tout particulièrement. Avoir l’esprit critique, ce n’est pas comparer tout nouveau produit de l’industrie musicale aux Foals ou autres Horrors (citation, qui au passage, fera plutôt bonne impression, et vous donnera un semblant de hype et d’anticonformisme). Si vous voulez du neuf, allez écouter de la p*tain de pop suédoise.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

LUH 2016

LUH est approuvé

En 2011, les médias dans leur grande majorité nous annoncé une révolution avec l’arrivée des mancuniens de WU LYF. La montagne accoucha d’une souris et Liam Gallagher coucha ces jeunes « NuitDebout » de Manchester.

Le biscuit LUH

Ellery James Roberts, le chanteur de feu Wu Lyf, prépare son retour sur le devant de la scène. Le chanteur de Wu Lyf dîtes-vous ? Qu’est-ce ?
The Jim Jones Revue @ Rock En Seine 2011 - photos concert

photos : Rock En Seine 2011 – jour 2

Wu Lyf (World Unite Lucifer Youth Foundation pour les intimes) sort cette semaine un brûlot attendu pour une flanquée de fans inconscients. Wu Lyf A l’heure de la toute puissance d’Internet, Wu Lyf a pris un chemin de traverse peu commun. Ne rien publier sur la toile, ne rien confier aux journalistes. Soit. Les quelques bienheureux qui avaient assisté à…
Programmation Rock En Seine 2011

Programmation Rock En Seine 2011

Alors que la programmation était dévoilée au compte goutte jusqu’ici, voici enfin le programme complet, scène par scène et heure par heure de cette édition 2011 de Rock En Scène, toujours situé dans le cadre très agréable du Domaine National de Saint-Cloud. Ce seront les anglais d’Archive qui clôtureront le dimanche 28 août le festival […]

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.