Paul Woolford : Classic Re-Edits Volume 1

Paul Woolford : Classic Re-Edits Volume 1 - chronique Qui se souvient encore de Paul Rutheford, le moustachu au look très Village People de Frankie Goes To Hollywood, l’un des premiers groupes synth-pop à revendiquer haut et fort sa gayttitude ? Je me souviens plus du titre « Get Real », sorti en pleine vague acid-house en 1988 et de l’insondable mélancolie sourde qui s’en dégageait.

Paul Woolford

Paul Woolford, lui n’a pas oublié cette période où il devait sans doute traîner au Back To Basics de Leeds et l’a inclus dans son album de remixes « Classic Re-Edits Volume 1 ». Et comme il ne fait pas les choses à moitié il a décidé de nous balader dans ce qu’il convient presque d’appeler l’âge d’or de la techno et de la house, même s’il manque une bonne centaine de titres, puisque la plupart sont sortis sur une période qui va de la fin des 80’s à la fin des 90’S. Quelle bonne idée que d’exhumer le titre de Kenny « Dope » Gonzalez « Jam The Mace » avec son sample terriblement daté de Technotronic ! Un vrai bonheur d’entendre à nouveau Orbital et son « Chime » dans une version survitaminée qui vous donnera des fourmis dans les jambes. « Berry » de TC 1991 et son déluge de snare qui n’en finit pas est le genre de titre vicieux qui s’immisce dans votre esprit et ne vous lâche plus. Que dire de Tori Amos, l’icône pop un peu ringarde que seul Armand Van Helden pouvait métamorphoser en vamp avec son « Professionnal Widow » ? « Work It Wilde » de Steve Poindexter, la relecture du mythique « Work That Mutha Fucker” s’égare un moment dans un sombre tunnel minimal avant de retrouver la lumière sur un groove house de haute volée. Petite déception en ce qui concerne « Rez » de Underworld, difficile de faire mieux que l’original pour le coup.

Le mash-up plutôt inattendu entre les Wee Papa Girl Rappers et LFO fonctionne à merveille et me donne envie de danser à nouveau dans une champignonnière ou l’Arche de la Défense au choix… Bien sûr, Paul Woolford est certainement meilleur dj que musicien et sa musique est sympathique à défaut d’être inoubliable. Il se trouve qu’en ces temps de rentrée souvent maussade où le cœur et l’esprit vagabonde vers un ailleurs inaccessible elle s’avère un parfait antidote à la grisaille passagère. Ce serait dommage de s’en priver.

https://www.youtube.com/watch?v=geJT4k4nkP8

Cela pourrait vous intéresser

Ghost in the Loop @ Plateau de Bure by Fabrice Buffart

Musique pour les cimes !

Ghost In The Loop est le projet assez fou d’Aurélien Buiron accompagné par le label de musique ambient Mare Nostrum. Son credo, créer de la musique en pleine nature dans des lieux protégés et parfois difficiles d’accès. Après la Cime de La Bonette, le Molard Noir ou le Col du Galibier, c’est plateau de Bure […]
Sombre Magenta

Sombre Magenta

Magenta donnera un peu d’amour le jeudi 22 septembre au Radiant-Bellevue à Caluire près de Lyon.
Berceau des Volontés Sauvages

On s’évade avec le BVS !

You must look up at the comet ! Le BVS n’est pas le Gepan mais le Berceau des Volontés Sauvages, duo néo-kraut & drones lyonnais.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.