Idaho – You were a dick

Idaho – You were a dick
Guimauve - 03/09/2011

J’admire les personnes qui écrivent au mètre dès la réception des disques promotionnels des artistes. Pour ma part, je suis incapable de faire partager une impression si je ne me suis pas imprégné longuement de la galette afin d’en découvrir éventuellement la fève.

You were a dick d’Idaho fait partie des disques qu’il faut laisser mijoter longtemps sur sa platine, il faut se laisser couler dedans, petit à petit, se perdre dans ses méandres mélodiques, dans son univers sensible et neurasthénique, négatif total du Wagner tonitruant utilisé par Lars Von Tries dans son Mélancholia pourtant mélancolique. Jeff Martin revient donc seul à bord de son bateau ivre, idéal Idaho après six ans d’absence, une sorte de traversée du désert où on l’imagine au commande du petit avion dans Zabriskie Point d’Antonioni, No Words en étendard, que de la musique tant l’écriture pour ce Lone Gunman est difficile : « Je n’ai jamais été très doué avec les mots. Quelque chose se passe quand j’écris les textes, que je ne contrôle pas consciemment. Avec le recul, je vais me dire « tiens, c’est intéressant ». Mais les idées ne viennent pas naturellement. Je ne raconte pas d’histoires, je ne parle pas ouvertement de ma vie ou de la vie de quelqu’un d’autre. Je ne veux pas être trop direct ou trop évident. J’aime les paroles qui ont des significations multiples. Elles doivent correspondre à une sorte de vérité enfouie quelque part en moi. La façon dont elles sonnent est également très importante. »

Ce nouveau disque, le huitième, il l’a composé dans la durée, reclus sur les hauteurs friquées de LA à Laurel Canyon, ex lotissement pour stars du show-business où se sont cotoyés Morrisson, Young, Hendrix, Joni Mitchell, ou encore Janis Joplin. Tel un Howard Hughes de la musique, Martin a pris son temps pour ciseler une musique qui lui est propre, qui tient de la déambulation, de l’ondulation, du frémissement. Inspiré par les paysages californiens et son soleil, les mélodies s’égrènent, lumineuses et mélancoliques, spleen et Idaho. A 47 ans, il n’est plus attiré par la lumière des projecteurs, par la vitesse de notre société hypermondialisée, il fait l’éloge de la lenteur comme perdu dans un songe ouaté et protecteur. « Je vis une vie « solipsiste », mon problème crucial est celui de la relation sociale » avoue-t-il à Bayon dans Libération. « Je sais que ma musique ne s’adresse pas à tout le monde, elle demande beaucoup d’écoutes avant d’être comprise » souffle t-il à Parlhot.


Idaho – Reminder

Et c’est vrai que ce disque n’est pas aisé à appréhender comme s’il était inachevé avec ses plages souvent très courtes, ses instrumentaux parenthèses. Mais l’ensemble pourtant fait de bric et de broc avec des bouts de BO, de thèmes pour documentaires est cohérent, une petite musique lente et émotionnelle, douce et âpre. Reminder et ses gouttelettes de piano sur une guitare horlogère, les un peu plus énervés et électriques The space beetween / Up the hill, A million reasons et son piano ouaté au fond de l’océan avec des boucles amples qui s’amplifient comme l’onde d’un tsunami affectif, The setting sun où le soleil caché par la grisailles des nuages se dévoile avec les notes éparses du clavier ou encore ce Flames élégiaque qui vous brule à froid l’âme à la façon d’un Manset, solitaire mais pas ours.

Le disque d’un ami américain où le silence est aussi important que le reste, à écouter les jours de déprime ou pas, un verre d’absynthe à la main, ou pas.

Idaho – A Million Reasons

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Réponses
  1. J’aime bien quand tu dis : « J’admire les personnes qui écrivent au mètre dès la réception des disques promotionnels des artistes. Pour ma part, je suis incapable de faire partager une impression si je ne me suis pas imprégné longuement de la galette afin d’en découvrir éventuellement la fève. » J »aurais pu dire de même !

    Sylvain

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…