Idaho – You were a dick

Idaho – You were a dick
Guimauve - 03/09/2011

J’admire les personnes qui écrivent au mètre dès la réception des disques promotionnels des artistes. Pour ma part, je suis incapable de faire partager une impression si je ne me suis pas imprégné longuement de la galette afin d’en découvrir éventuellement la fève.

You were a dick d’Idaho fait partie des disques qu’il faut laisser mijoter longtemps sur sa platine, il faut se laisser couler dedans, petit à petit, se perdre dans ses méandres mélodiques, dans son univers sensible et neurasthénique, négatif total du Wagner tonitruant utilisé par Lars Von Tries dans son Mélancholia pourtant mélancolique. Jeff Martin revient donc seul à bord de son bateau ivre, idéal Idaho après six ans d’absence, une sorte de traversée du désert où on l’imagine au commande du petit avion dans Zabriskie Point d’Antonioni, No Words en étendard, que de la musique tant l’écriture pour ce Lone Gunman est difficile : « Je n’ai jamais été très doué avec les mots. Quelque chose se passe quand j’écris les textes, que je ne contrôle pas consciemment. Avec le recul, je vais me dire « tiens, c’est intéressant ». Mais les idées ne viennent pas naturellement. Je ne raconte pas d’histoires, je ne parle pas ouvertement de ma vie ou de la vie de quelqu’un d’autre. Je ne veux pas être trop direct ou trop évident. J’aime les paroles qui ont des significations multiples. Elles doivent correspondre à une sorte de vérité enfouie quelque part en moi. La façon dont elles sonnent est également très importante. »

Ce nouveau disque, le huitième, il l’a composé dans la durée, reclus sur les hauteurs friquées de LA à Laurel Canyon, ex lotissement pour stars du show-business où se sont côtoyés Morrison, Young, Hendrix, Joni Mitchell ou encore Janis Joplin. Tel un Howard Hughes de la musique, Martin a pris son temps pour ciseler une musique qui lui est propre, qui tient de la déambulation, de l’ondulation, du frémissement. Inspiré par les paysages californiens et son soleil, les mélodies s’égrènent, lumineuses et mélancoliques, spleen et Idaho. A 47 ans, il n’est plus attiré par la lumière des projecteurs, par la vitesse de notre société hyper-mondialisée, il fait l’éloge de la lenteur comme perdu dans un songe ouaté et protecteur. « Je vis une vie « solipsiste », mon problème crucial est celui de la relation sociale » avoue-t-il à Bayon dans Libération. « Je sais que ma musique ne s’adresse pas à tout le monde, elle demande beaucoup d’écoutes avant d’être comprise » souffle t-il à Parlhot.


Idaho – Reminder

Et c’est vrai que ce disque n’est pas aisé à appréhender comme s’il était inachevé avec ses plages souvent très courtes, ses instrumentaux parenthèses. Mais l’ensemble pourtant fait de bric et de broc avec des bouts de BO, de thèmes pour documentaires est cohérent, une petite musique lente et émotionnelle, douce et âpre. Reminder et ses gouttelettes de piano sur une guitare horlogère, les un peu plus énervés et électriques The space beetween / Up the hill, A million reasons et son piano ouaté au fond de l’océan avec des boucles amples qui s’amplifient comme l’onde d’un tsunami affectif, The setting sun où le soleil caché par la grisailles des nuages se dévoile avec les notes éparses du clavier ou encore ce Flames élégiaque qui vous brule à froid l’âme à la façon d’un Manset, solitaire mais pas ours.

Le disque d’un ami américain où le silence est aussi important que le reste, à écouter les jours de déprime ou pas, un verre d’absinthe à la main, ou pas.

Idaho – A Million Reasons

Idaho – You were a dick
5.0
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Commentaires

    J’aime bien quand tu dis : « J’admire les personnes qui écrivent au mètre dès la réception des disques promotionnels des artistes. Pour ma part, je suis incapable de faire partager une impression si je ne me suis pas imprégné longuement de la galette afin d’en découvrir éventuellement la fève. » J »aurais pu dire de même !

    Sylvain

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Eve Owen – Don’t Let The Ink Dry

Eve Owen – Don’t Let The Ink Dry

La jeunesse est un art écrivait Oscar Wilde. La jeunesse se chante et peut bouleverser avec quelques notes : la preuve avec le premier disque d’Eve Owen, une londonienne de 20 ans.

Liam Gallagher – MTV Unplugged

Liam Gallagher – MTV Unplugged

En 1996, Liam Gallagher plantait tout le monde. Une tournée américaine qui devait être triomphale pour Oasis n’eut pas eu lieu à cause d’une engueulade avec Mark Lanegan… et un MTV Unplugged qui s’annonçait aussi splendide que celui de Nirvana se solda par une prestation solo de Noel… Liam refusa de chanter et regarda son…

Brigid Mae Power – Head Above The Water

Brigid Mae Power – Head Above The Water

Originaire de Galway, Brigid Mae Power signe avec Head Above The Water son premier disque chez Fire Records (The Chills, Evan Dando, etc…). Successeur de trois albums, Head Above The Water s’impose comme une évidence et surtout dépasse le niveau des autres. Disque lumineux et élégant, il devrait accompagner notre été 2020. Et plus si…

Damien Jurado – What’s New, Tomboy ?

Damien Jurado – What’s New, Tomboy ?

Quinzième album pour Damien Jurado. Et comme d’habitude le même scénario : un disque superbe, des critiques dithyrambiques, des ventes quasi-nulles en France et donc aucun concert à Paris et en province. What’s New, Tomboy ? devrait donc réjouir les 45 fans français du Monsieur. Et comme d’habitude, on attend l’année qui suit pour avoir…

Tim Burgess – I Love The New Sky

Tim Burgess – I Love The New Sky

Qu’est-ce qu’il y a de plus anglais que Tim Burgess ? Liam Gallagher passe pour un touriste allemand à côté du maître des Charlatans. Le leader de ce groupe de Manchester est anglais, lettré et sympathique. Et en plus il sort des disques fortement sympathiques.

Patrón – Patrón

Patrón – Patrón

Loading Data est en sommeil, vive Patrón ! Le Français fait de nouveau alliance avec Alain Johannes et sa bande pour sortir un disque qui devrait rendre totalement priapique n’importe quel fan des Queens Of The Stone Age.

Duke Garwood + Paul May – The Bliss of Myth

Duke Garwood + Paul May – The Bliss of Myth

Proche de Mark Lanegan, collaborateur des sombres Archie Bronson Outfit et des Savages, Duke Garwood avait fait ces derniers temps le choix de se la jouer solo. Avec The Bliss of Myth, Garwood fait une entorse à son récent règlement et nous enchante avec le mystérieux Paul May le temps d’un disque, le bien nommé…

Hey Hey My My – British Hawaii

Hey Hey My My – British Hawaii

Avez-vous pensé au premier disque que vous allez écouter en bagnole, les fenêtres ouvertes, sur les routes de l’après, direction Merry Land pour piquer une tête in the lake un samedi soir en prenant son temps, « paisible, à la fraîche, décontracté du gland » ? Cela pourrait bien être British Hawaii d’Hey Hey My My.

BC Camplight – Shortly After Takeoff

BC Camplight – Shortly After Takeoff

Pour son cinquième album, Brian Christinzio aka BC Camplight a reçu la note maximale de 5/5 par le très chic The Guardian. Logique, cinquième album, cinq étoiles. Sauf que c’est tout sauf la logique qui anime Shortly After Takeoff, dernier volet de la trilogie commencée How To Die In The North et Deportation Blues…. On…

Danzig Sings Elvis

Danzig Sings Elvis

Qu’est-ce qui est plus ringard qu’un disque de reprises d’Elvis Presley par Danzig ? Un disque de reprises d’Elvis Presley par Danzig. L’ex-Misfits se fait étriller par la critique. Il faut dire que le contenant ne fait pas rêver. Par contre, le contenu vaut plus que le détour.

The Coral – Live At Skeleton Coast

The Coral – Live At Skeleton Coast

En attendant de reprendre les chamailleries habituelles du 1er mai, on peut écouter, confiné, l’album live des Coral qui vient de débarquer sans prévenir sur les Internet.

Black Bones – Ghosts & Voices

Black Bones – Ghosts & Voices

Qu’est-ce qui sent le champagne, qui a la couleur d’un chewing-gum à la fraise et qui est moulée dans un pantalon de cuir ? Une chanson de Black Bones ! Anthonin Ternant poursuit ses obsessions catho-crampsiennes et nous enchante avec Ghosts & Voices.

Brendan Benson – Dear Life

Brendan Benson – Dear Life

A quoi sert Sour Mash, le label de Noel Gallagher ? A sortir les disques ennuyeux de son groupe (les High Flying Birds) et à financer les chansons fascinantes de Shack. A quoi sert Third Man Records, le label de Jack White ? A sortir les disques ennuyeux de ses groupes (The Raconteurs & The…

Mark Lanegan – Straight Songs of Sorrow

Mark Lanegan – Straight Songs of Sorrow

Accompagnant la sortie de Sing Backwards and Weep, son autobiographie publiée chez White Rabbit, Straight Songs of Sorrow voit un Mark Lanegan évoquer son passé. Fascinant, ce cow-boy solitaire a traversé plus de trente ans avec des hauts (voire des sommets comme avec Bubblegum en 2004) et des bas. Agé aujourd’hui de 55 ans, l’ex-chanteur…

Mark Kozelek – All The Best, Isaac Hayes (A Spoken Word Album)

Mark Kozelek – All The Best, Isaac Hayes (A Spoken Word Album)

Il n’y a pas que Le SuperHomard qui est touché par l’hyperactivité. Mark Kozelek (Red House Painters, Sun Kil Moon) publie un live, un nouveau disque et s’apprête à revenir dans les librairies avec The Panther and the Honey Badger (A Correspondence) et Zhao Tao (A Correspondence) au début du mois de mai prochain.

RVG – Feral

RVG – Feral

Deux bonnes nouvelles en ce jeudi 23 avril 2020. Comme elles sont rares, on les savoure. La première est télévisuelle : l’idiot de C8 raccrocherait les gants définitivement à la fin de l’été 2020. La seconde est musicale : le rock australien est en pleine forme et RVG vient de remonter sur le ring pour…

Other Lives – For Their Love

Other Lives – For Their Love

C’est donc l’heure du grand disque, du succès pour Jesse Tabish et ses Other Lives ! Après deux albums qui avaient séduit les fans (pas trop allumés) de Radiohead et les amoureux de l’Amérique profonde, les Other Lives passent à la vitesse supérieure avec For Their Love.

Robert Forster – Calling From A Country Phone

Robert Forster – Calling From A Country Phone

Après avoir réédité Tales Told de Broudie (grand manitou des Lightning Seeds et sorcier du son des Shack et de The Coral), le label de Peter Paphides ressort des éditions remasterisées des deux premiers albums de Robert Forster.

Ron Sexsmith – Hermitage

Ron Sexsmith – Hermitage

On va encore se répéter : il faut absolument écouter Ron Sexsmith. Que l’on soit fan des mièvreries de Chris Martin ou que l’on adule les Strokes, il faut parfois se confronter à la vérité et accepter de se dire qu’on a pris la mauvaise route. Oubliez tout et écoutez ce canadien qui se croit…

The Warlocks – The Chain

The Warlocks – The Chain

En 2020, les Warlocks font toujours du Warlocks. Rien ne change à ce détail près que The Chain est sûrement le meilleur disque du groupe depuis… The Mirror Explodes paru en 2009.