Jason Grove : Wax Classic

L’autre jour, sur YouTube je suis tombé sur une vidéo d’un groupe aujourd’hui tombé dans l’oubli Shades Of Rythm « Extacy », certaines images de ce clip semblent avoir été tournées à l’Aquaboulevard de Paris lors d’une rave mémorable organisée par je ne sais plus qui avec des bus entiers de britanniques qui avaient débarqué. Britanniques tous plus beaux les uns que les autres, déguisés, amusants, souriants, délirants, très drogués sûrement bien sûr, qu’importe, ces jeunes gens avaient, le temps d’une nuit inoubliable, apporté une magie folle dans notre capitale. Ils ne sont pas si nombreux les évènements auxquels j’ai participé dans ces années là à m’avoir laissé une telle impression.

Par delà, les années qui passent et ne reviennent jamais, il y a encore une tripotée d’organisateurs, de managers de labels, de musiciens à vouloir faire perdurer cette magie et ce sens de la fête que, il faut bien dire, nous autres français, avons toujours eu un peu de mal à cultiver. Hardrock Striker fait partie de ces gens qui n’ont pas oublié que la house sert avant tout à danser, le reste n’étant bien souvent qu’habillage de musiciens en mal d’inspiration. Vous souvenez vous la sensation ressentie à l’écoute des premiers disques de house à l’époque ? Cette étrange sensation qui vous dit que cette musique risque de vous hanter toute votre vie et vous garantira quelques beaux frissons. C’est exactement cette sensation que l’on éprouve lorsque les premières notes de « Need You » déboulent. On pense aux disques de Fnac Music, de Nu Groove, aux vieilles galettes de Strictly Rhythm et à tant d’autres trésors que notre mémoire refuse d’enfouir.

Jason Grove – Lost Cuts#1 / Wax Classic

On se laisse happer par la musique et l’on se dit que ce serait bien de ne vivre que de ça, de danse et de joie ressentie à l’audition de bonne musique. Jason Grove a débuté sa carrière sans doute dans les bas-fonds de Detroit à l’époque où ils n’étaient qu’une poignée à vouloir sortir cette ruine de ville de son déclin annoncé, il a eu l’occasion d’être invité sur les ondes de WDRQ et WJLB ce qui lui a apporté un semblant de notoriété au moment où d’autres traversaient l’Atlantique pour prêcher la bonne parole. Ayant toujours refusé de se compromettre avec de gros labels, sa musique aurait pu sombrer dans l’oubli si Hardrock Striker n’était tombé un peu par hasard sur deux cassettes audio de 1991 et 1992. Il décide de sortir pour la première fois en vinyl ces titres intemporels qui sonnent comme du Kerri Chandler avant l’heure ou du Romanthony très rough. Jason Grove continue, lui, à composer, sans ordinateur, il vend ses cassettes à des disquaires indépendants ou les donne à des copains.

Vous avez aimé ? Partagez !
1 réponse sur « Jason Grove : Wax Classic »

Bon album,mais toute la biographie&le personnage sont bidon…Encore une fois, on capitalise sur detroit, qu on utilise comme du merchandising…jason grove vient de detroit comme moi je viens de sydney,et du coup, que dire d autre sur l album???

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Faubourg

5 questions à … Faubourg

Se perdre pour mieux se retrouver. Faubourg avec Lost réalise un rêve en invitant Roya Arab qui prêtait sa voix au Londinium d’Archive. Ce morceau aux volutes enivrantes, aux sentiments stroboscopé est extrait d’un mini-ep avec un remix de Kooltrasher. On découvre un artiste qui risque d’être au centre du jeu rapidement.
Spitzer

Spitzer traque Chevalrex

Après avoir dynamité Thousand, remué Aquaserge et secoué Sure, Spitzer enténèbre le déjà angoissant Tant de fois sans doute le morceau le plus sombre de Chevalrex extrait de son quatrième album, Providence.
VAPA

5 questions de plus à … VAPA

En répondant à nouveau à nos questions, vous aurez votre propre avis sur VAPA. Avec son nouveau clip, Viscéral, on a envie de dire vas-y VAPA. Viscéral, qui se rapporte aux viscères, qui les contient : cavité viscérale. Qui vient des profondeurs de l’être : une haine viscérale. Avec VAPA, c’est la poésie qui sort […]
E-Riser

5 questions à … E-Riser

E-Riser répond à nos cinq questions et c’est un champion. Il nous offre en avant-première Corentin Crew extrait de son futur album, Electronica Cinematic. C’est un vol au dessus d’un nid de coucou auquel Benjamin « Jiben » Sire nous convie, son hôpital est peuplé de fantômes en quête de liberté kaléidoscopée et la musique permet cette […]

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.