Cage The Elephant – Thank You, Happy Birthday

chronique : Cage The Elephant - Thank You, Happy Birthday La sortie du dernier album de Cage The Elephant a fait un peu de bruit. C'est qu'il tombait juste à point voyez vous. Les 20 ans de Nevermind... Si vous ajoutez à ça un visuel de circonstance (comprendre t-shirt semi dégueu, ourlet DIY et tignasse en perpétuel Work in Progress...) vous aurez une mayonnaise bien ferme. Et encore, je n'ai pas mentionné le titre Aberdeen. Cage The Elephant vient pour combler un vide. Oui mais voilà...

Cage The Elephant

Oui mais voilà, c’est que musicalement, on n’est pas vraiment au même endroit. En lieu et place de brulot grunge, le groupe du Kentucky propose un album patchwork.
L’entrée en matière se fait avec un Something à la ritournelle de guitare très « Ennio Morricone qui ferait une pub pour Bacardi », suivi d’un refrain expressément composé pour être repris en chœur du largement pop Aberdeen. Un peu plus loin : Shake Me Down, 2024 et Around My Head; enferment des mélodies pop qu’on a l’impression d’avoir déjà entendu. Et pas parce qu’elles suscitent l’ennui, plutôt parce qu’elles semblent familières.
Sur le sombre Indy Kidz le groupe prouve qu’il connait son petit Iggy Pop illustré, toutes proportions très très gardées. Même tarif pour Sabertooth Tiger. Avec Sell Yourself on est dans le déferlement punko grunge jouissif, une décharge d’hormones adolescentes, pleine de rage, en peu plus de 2 minutes. Japanese Buffalo fini par renfermer tout cela : échappée pop, guitare et saturation punko-grunge.

On passera sur le Right Before Your Eyes Pop mélodique et romantique digne d’un Angus & Julia Stone. On lui préfèrera le doux Rubber Ball à la guitare cristalline qui n’en fini pas de me faire penser à Jeff buckley tendance Je n’en connais pas la fin. Pour finir, Thank You, Happy Birthday se termine sur le doux et crépusculaire Flow.

Discographie

Entre ritournelle pop à la cool et morceaux rigoureusement (néo) punk cradingues et énervés, Cage The Elephant réveille sans doute aucun une fibre 90’s, mais pas grunge. Non non non. Qu’on essaye pas de nous faire gober n’importe quoi.
Finalement Thank You, Happy Birthday est un album d’ado, pour jeunes rebelles ou nostalgiques attardés, amateur de musique de leurs temps, mais pas que.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.

Cela pourrait vous intéresser

photos : Rock en Seine 2014 - 22/08/2014

Rock en Seine 2014 : live report du 22 août

Rock en Seine le vendredi 22, on y était (courtoisie de nos amis de chez Martini), retour sur quelques événements marquants qui ont traversé cette journée étrange. La rédaction tient à préciser que tout placement de produit serait fortuit et involontaire.

Avant Scène 2011 par Rémy Grandroques

Voici la suite de cette série “Avant-Scène” commencée il y a quelques année. Vous pouvez également voir une compilation des années précédentes.
The Streets @ Rock En Seine 2008

Rock En Seine 2011 – Jour 2

Et voilà, le mois d’Aout arrive, c’est la période de l’année qu’attendent avec impatience les sacs de hipster et les t-shirt les plus cools pour sortir de leur placard. On notera cette année une recrudescence des chemises à carreaux. Et si les lunettes de soleil se font timides c’est l’occasion de sortir ses bottes en […]
Programmation Rock En Seine 2011

Programmation Rock En Seine 2011

Alors que la programmation était dévoilée au compte goutte jusqu’ici, voici enfin le programme complet, scène par scène et heure par heure de cette édition 2011 de Rock En Scène, toujours situé dans le cadre très agréable du Domaine National de Saint-Cloud. Ce seront les anglais d’Archive qui clôtureront le dimanche 28 août le festival […]

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.