Youth Lagoon – The year of hibernation

Trevor Powers, jeune yankee de l'Idaho vient de sortir un disque assez dément malgré quelques faibles structurelles. État des lieux.

Youth Lagoon

Trevor Powers a 22 ans et toutes ses dents et a enregistré son disque à la maison en solitaire.
Si cette méthode permet au disque de dégager un sentiment de solitude exacerbé, elle donne aussi un coté un peu gauche et un peu faiblard. Car les chansons du jeune éphèbe frisé ne demande que deux choses : respirer et faire pleurer dans les chaumières.

Sous ses airs d’élève consciencieux (les Cocteau Twins par ici, les Cocteau Twins par là), Powers dispose d’un réel talent d’écriture. Le disque de Youth Lagoon regorge de chansons pop magnifiquement troussées.

Discographie

Youth Lagoon – Montana

Montana et sa montée en puissance innocente ont le potentiel pour faire pleurer un régiment de légionnaires. Seventeen (When I was 17, my mother said to me/don’t stop imagining/the day that you do is the day that you die) distille un sentiment de claustrophobie. Depuis quand nous n’avions pas ressenti ceci? Depuis la dernière livraison de Jason Pierce?

Youth Lagoon et son album réussissent peut être là où les MGMT ont foiré.

Youth Lagoon - The year of hibernation

Dès le morceau d’ouverture, Trevor Powers dépasse d’une coudée la mêlée des indés foireux.
Afternoon et son rythme faussement guilleret est un bon résumé du disque. Un disque qui ne possède aucun temps mort: les 10 chansons valent chacune leur pesant de cacahuètes chouettes.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
3 réponses sur « Youth Lagoon – The year of hibernation »

C’est sympa mais comment peut-on comparer à ça à du Spiritualized ?
Il y a un monde entre les deux !
Réécoutez le monument Let It Come Down :)

Qui parle de Spiritualized ici ? ;-) et puis Let it come down est vieux de 10 ans, 4eme album d’un excellent groupe qui avait déjà de la bouteille à l’époque, Youth Lagoon, c’est son premier disque, à 22 ans…

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Youth Lagoon - Wondrous Bughouse

Youth Lagoon prend le pouvoir

Youth Lagoon nous avait fait plonger dans des abysses de félicité avec son premier effort, The Year Of Hibernation en 2011 et une kyrielle de titres tous très bons, Montana, July, ou le splendide Seventeen.

clip : Youth Lagoon – July

Troisième extrait de The year of hibernation de Youth Lagoon, c’est gai, plein d’entrain et de vie. DiscographieYouth Lagoon
Youth Lagoon - Seventeen

clip : Youth Lagoon – Seventeen

« On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans Un beau soir, foin des bocks et de la limonade, Des cafés tapageurs aux lustres éclatants ! On va sous les tilleuls verts de la promenade. »
Youth Lagoon - Montana

vidéo : Youth Lagoon – Montana

Point de Brooke Shields dans ce lagon ci, juste la voix vaporeuse de Trevor William Powers, un piano sous anxiolytique, la bande son parfaite pour un nouveau film de Terrence Malick.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.