Born In Alaska – Above The Swaying Trees

chronique : Born In Alaska - Above The Swaying Trees On dit souvent que les plus belles pépites sont celles qu'on ne découvre que par hasard. Qu'il faut parfois savoir sortir des sentiers battus pour tomber sur l'étrange, l'inattendu, le spectaculaire. Parfois. Mais c'est pourtant par mon circuit le plus habituel, et dans la plus pure veine de mes préférences musicales que j'ai découvert ce magnifique groupe qu'est Born In Alaska. Produktion TV, avec un sens assez aiguë de la nouveauté avait mis en ligne, il y a plusieurs mois déjà, une session acoustique mettant un scène un groupe de cinq Saint-Lois, quelques part aux environs de Pigalle, jouant les mains gelées, à trois heures du matin, près d'une fontaine. Improbable session envahie par les bruits de la rue, des passants, des squatteurs, improvisation totale qui avait su dégager une certaine poésie, malgré tout. A la première écoute c'était, plus que ce sens intime de la guitare folk, plus que cette maîtrise parfaite de la ballade et de la mélancolie, l'harmonie de leurs voix qui m'avait frappé. Tout en eux appelait au rêve, à l'abandon.

Born In Alaska

« Above The Swaying Trees ». Swaying, ce mouvement lancinant que provoque le vent lorsqu’il se faufile entre les branches des arbres. C’est bien à cet endroit, ni trop loin dans l’atmosphère, ni certainement trop près du sol, que nous emmène le très jeune groupe. Et quel coup de maître, pour un premier EP. Quel fantastique et entraînant songe développe-t’on là, perdu entre les longues plaintes épiques du chanteur et les guitares parfois douces parfois rythmées de la folk, où électriques et habitées, à l’instar du solo de Fairbanks, sauvage et intouchable. Préférera-t’on The Plain, véritable accroche de l’EP, et son lancinant battement de guitare électrique, ou Chilness Flayed et son paisible piano aux accents de réveils d’hiver ?

Born In Alaska – Fairbanks (clip)

Qu’importe, à vrai dire, tant la voix de Melin les subliment, et les rassemblent toutes. Que demande t’on finalement à un chanteur, si ce n’est de fédérer, d’apposer cette patte reconnaissable entre toutes, tour de force que seuls quelques Thom York ou Justin Vernon réussissent à appliquer ? C’est peut-être quelque part à la croisée de ces deux univers que se situe Born In Alaska. Une folk un peu trop lancinante, un peu trop hantée pour n’être que de la folk. Beaucoup trop simple, parfois, pour être appelé progressif, et pourtant mû par une force fantastique, un souffle glacé, une énergie magnifique. Il se trouve que c’est le film Into The Wild, de Sean Penn, et la musique d’Eddie Vedder qui a inspiré les trois membres fondateurs lors de la création du groupe. Cette Folk atmosphérique a des accents de voyage initiatique, et l’on peut comprendre que l’Alaska ait fait renaître ces cinq là.

Dans l’ordre, on pourrait balancer une petite tonne de compliments sur chacun des titres de cet EP. Aucun n’est mal placé, aucun n’est inutile, aucun n’est trop ceci, ou pas assez cela. Dark Winters en particulier, et ses départs en envolées magnifiques, émeut, bouleverse, séduit. Playing For The Sun est peut-être la piste la plus travaillé, la plus progressive et la plus épique de l’album. « Ouvrez toutes les fenêtres nous dit Léo Melin  » Quelque part, je m’y envole, je vois l’océan ». Fairbanks retrouve les grandes plages d’Ebow de la piste précédente pour une montée plus sèche de basse, plus terre à terre. Mais c’est sans étonnement que cette voix vient nous reprendre et nous ramener proche des plus hautes branches des arbres. On ne les quittera plus.

Born In Alaska – The Plain

C’est peut-être cela, finalement, Born In Alaska, ce vent qui souffle, caresse, et met les cimes en mouvement. C’est peut-être aussi cela, cette poésie glaciale qui nous fait lever les yeux vers le ciel lors de froids matins d’hivers. En deux mots comme en mille : débordante de beauté et de passion. A suivre de très, très près.

Cela pourrait vous intéresser

Richarddawson

Dawson freak

Le morne mois de novembre touche à sa fin après le débilitant vendredi noir, bientôt Noël et sa frénésie de bénévolence. Alors pourquoi ne pas se cloîtrer dans une bulle en écoutant The Hermit, la première plage de 41 minutes du nouvel album de Richard Dawson, The Ruby Cord.
Sebmartel-mybestfriend

Vidéo : Seb Martel – My Best Friend

La guitare comme meilleure amie. Seb Martel nous propulse sur Saturne avec My Best Friend et son ballet de guitares, cérémonie païenne entêtante en noir et blanc.
H-burns-morningflight

Vidéo : H-Burns – Morning Flight

Paix et tranquillité. H-Burns tutoie l’horizon et se rapproche encore davantage d’Elliott Smith avec ce Morning Flight premier titre de Sunset Park à paraître le 3 février 2023.
Kramies – 4:44am

Vidéo : Kramies – 4:44am

Se perdre pour mieux trouver le chemin du retour ? 4:44am clôt le nouvel album féerique de Kramies paru en septembre dernier chez VanGerrett Records et Hidden Shoal avec aux claviers Jason Lytle de Grandaddy.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.