Bjork – Biophilia Biophilia, le nouvel album de Björk originellement prévu pour sortir en septembre, s'est fait attendre jusqu'au 10 Octobre.

Björk

Avant même d’avoir pu entendre une seule note de Biophilia, on connaissait d’un bout à l’autre le dispositif qui en accompagnait la sortie. Le disque, fait parti d’une expérience globale : une appli Iphone par piste sur les thèmes de la création de l’hiver et de la création sonore, une série de concerts dans différentes villes européennes assortie d’ateliers, des instruments créés spécialement pour l’album et ses représentations live… Le tout regroupé sous le nom de Cosmogony. C’est que Björk se prendrait presque pour mère nature, notre mère à tous…
Bref, Björk innove, a de la suite dans les idées et soigne son produit. Elle est la plus mainstream des divas expérimentale et doit vouloir le rester.

De Biophilia on connaissait Crystalise, premier extrait aux larges influences Drum’n’Bass, un cas d’école, avec toutes les ficelles du genre. Presque simpliste, mais terriblement efficace, donc. Ce morceau est a peu de chose près le seul à provoquer une secousse tellement le reste est minimaliste.
Biophilia regorge d’utilisation d’orgues, de carillons cristallins, d’harmonies vocales, de voix doublées, triplées, qui donne au tout un esprit presque mystique, introspectif. Parce que c’est bien la voix de Björk qui est le véritable protagoniste de cet album et le mixage ne ment pas. L’idée de départ est parfaitement respectée, l’imagerie est cohérente d’un bout à l’autre. Biophilia est une véritable bande son de la cosmogonie, ce qui tombe plutôt bien.

Discographie

Avec son dernier album, Björk prouve qu’elle est une des artistes les plus douée de sa génération (et même un peu au delà) c’est une parfaite technicienne avec de la suite dans les idées et assez de talent pour pouvoir les mettre en application. Mais il y a un mais, forcément. Soit, l’album est diablement bien ficelé, conceptualisé jusqu’à la corde, la maitrise est indéniable. Mais presque trop, on admire la dextérité, le travail, mais on n’entre jamais vraiment dans ce Biophilia dans lequel il ne se passe finalement pas grand une chose. Björk ne nous donne rien, aucune attache, aucun point d’entrée, Biophilia est simplement une démonstration de son savoir faire. Trop froid, presque hermétique.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
1 réponse sur « Björk – Biophilia »

ah très bon article, rien à redire
meme si comme vous le dites il n’y a que tres peu d’attache et que cet album represente une fois de plus son talent de création et de quasi hors norme,comme toujours, il va de soit que Bjork est la meilleure dans ce domaine de musique expérimentale et le prouve encore dans cet album !

bon, perso, ce n’est pas celui qui me parle le plus mais Bjork reste Bjork, l’Indétrônable Bjork =)

love xxx

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Björk - Ancestress

Vidéo : Björk – Ancestress

Si vous faites partie des déçus d’House of the Dragon ou des fans de Midsommar, suivez la procession funéraire de Björk avec Ancestress qui rend hommage à sa mère Hildur Rúna Hauksdóttir, disparue en 2018.
Fufanu

La folle furie froide de Fufanu

Dirigé par Kaktus Einarsson et Gulli Einarsson, ce quintet islandais ne perd pas son temps. Repéré par Damon Albarn en 2014, ce groupe a publié en novembre 2015 son premier album et va se lancer à l’assaut de l’Europe en 2016.
Björk - Vulnicura

Björk – Vulnicura

Originellement prévu pour Mars le dernier Album de Björk, Vulnicura a « leaké » et voit sa sortie avancée au 20 janvier. Du coup qu’en est-il de ce nouvel opus que la chanteuse définit comme un retour au Songwritting traditionnel. Bon de ce côté là, alerte spoiler, traditionnel, c’est peut-être pas le mot.
Nuits de Fourvière 2012

Les Nuits de Fourvière en plein jour

La programmation complète des Nuits de Fourvière vient de tomber. Les nuits de Fourvière demeurent le rendez-vous incontournable de l’été lyonnais alliant très grand public (lire très grosses daubes variétoches), artistes sur le retour et pépites pour amateurs de musique ciselée.

Plus dans Chroniques d'albums

Michelcloup-backflipaudessusduchaos

Michel Cloup – Backflip au dessus du Chaos

Encore rien à écouter sur les internets et pourtant on a envie déjà de vous parler de Backflip au dessus du Chaos de Michel Cloup qui ne sort que le 18 novembre chez Ici d’ailleurs et qui est déjà essentiel.
Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]