Florence and The Machine – Ceremonials

chronique : Florence and The Machine - Ceremonials La belle rousse avait méchamment cartonné avec son premier disque. Ce dernier n'était pas si idiot que ça : la Winehouse et Miss Duffy avaient pris de belles parts de marché. Quant à la petite nouvelle, Adele, elle a carrément fait une O.P.A. sur le marché du disque anglais. Florence et ses acolytes appuient donc sur l'accélérateur pour ce deuxième disque qui porte magnifiquement son nom.

Florence and The Machine

Florence et son producteur, Paul Epworth, en ont dans le caleçon. Une seule solution pour la suite de Lungs : charger la mule. Pour être chargé, c’est chargé. A coté de ce disque, un morceau de The Verve paraît bien maigrichon. Production massive, chœurs massifs et chansons massicotées. C’est une chose de jouer les gros bras, mais les faiblesses des chansons n’en sont que plus voyantes. Et les deux premiers titres de ce très attendu Ceremonials sont un beau coup d’épée dans l’eau. Une bande son pour la fête foraine de Cardiff ou de Manchester. Avec le fish and chips, la bière et les doigts sales. Alors que son premier disque était assez malicieux, Florence se piège elle même. Merde. Pour une fois qu’on en tenait une pas trop bête…. Ceremonials redresse le cap au bout de 10 longues minutes. What the water gave me et sa basse pernicieuse et son refrain en béton armé font tourner la tête. Mais l’éclaircie dure peu de temps.
Never let me go retombe dans les mêmes travers. On part avec une traversée du désert longues de vingt minutes. Après une overdose de chantilly parsemée de coulis Evanescence, Heartlines et son coté tribal font illusion quelques instants. Spectrum rappelle les heures heureuses du premier album et enchante. Mais au final, la fin de l’album n’est pas une sinécure.  Leave my body… Quelle bonne idée.
Mais Dieu que le temps est long. Tout est gâché par une avalanche d’effets et de refrains pénibles. Florence and The Machine se prend donc les pieds dans le tapis. Un Be Here Now de qui on sait avant l’heure. C’est con.

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

photos de concert : Florence And The Machine @ Nuits de Fourvière, Lyon | 05.07.2015

photos : Florence and The Machine + Singtank @ Nuits de Fourvière | 05.07.2015

La belle rousse avait méchamment cartonné avec son premier disque. Ce dernier n’était pas si idiot que ça : la Winehouse et Miss Duffy avaient pris de belles parts de marché. Quant à la petite nouvelle, Adele, elle a carrément fait une O.P.A. sur le marché du disque anglais. Florence et ses acolytes appuient donc sur l’accélérateur pour ce deuxième…
Photos concert : Pe0000000000000arl Jam @ Main Square Festival, Arras | 30 juin 2012

photos : Main Square Festival, Arras | 30 juin 2012

La belle rousse avait méchamment cartonné avec son premier disque. Ce dernier n’était pas si idiot que ça : la Winehouse et Miss Duffy avaient pris de belles parts de marché. Quant à la petite nouvelle, Adele, elle a carrément fait une O.P.A. sur le marché du disque anglais. Florence et ses acolytes appuient donc sur l’accélérateur pour ce deuxième…
clip : Florence + The Machine – Spectrum

clip : Florence + The Machine – Spectrum

Le nouveau clip de Florence + The Machine, extrait de son dernier album « Ceremonials », est filmé par David Lachapelle et John Byrne, on ne se refuse rien. C’est beau, c’est kitch, les garçons sont bien filmés mais ça m’emballe pas plus que ça, un peu de simplicité irait beaucoup mieux à cette fille.
Florence + The Machine

Florence + The Machine : Deux titres en pré-écoute

Sur ce point, il n’y a pas à tortiller : Florence Welch possède la voix la plus puissante de la scène Indie britannique en ce moment. Il ne suffit que d’une rapide écoute de son album Lungs, sorti en 2009, pour s’en apercevoir. A plein décibels, la jeune chanteuse britannique de Florence + The Machine […]

Plus dans Chroniques d'albums

Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.
Nickwheeldon-gift

Nick Wheeldon – Gift

Nick Wheeldon nous a fait cette année un beau cadeau avec Gift, un classique instantané dès la première écoute pour les Fragile Minds dont on fait partie.
Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?