Daniel Darc – La Taille De Mon Ame

Daniel Darc - La Taille De Mon Âme
Guimauve - 08/11/2011

Il surgit de sa nuit et doit en avoir marre d’être présenté comme un rescapé flamboyant, comme un lost boy magnifique qui aurait retrouvé la lumière. Daniel Darc sort aujourd’hui un nouvel album, La Taille De Mon Âme, ni nouvelle chanson française, ni punk sur le retour, juste un chanteur à coeur ouvert, ange vagabond, clochard céleste.

Sur la pochette, Daniel Darc est à genoux dans le choeur d’une église, il pourrait être le bad lieutenant de la scène française en quête de rédemption, et pourtant c’est lui qui nous donne l’absolution avec un disque qui vous étreint dès la première écoute. Daniel Darc, c’est d’abord une voix hypnotique, traînante parfois, entraînante souvent, une diction particulière dont il s’amuse (« je suis doué pour l’addiction, pas très pour la diction »). Les mots sont mis en valeur constamment, point d’artifices même si les arrangements sont soignés (des cordes en passant par le charango, la trompette, la flûte, les orgues Wurlitzer & Hammond ou encore l’étonnant Marxophone). Après Frédéric Lo, Daniel Darc rencontre grâce à Christophe un nouvel alter ego, Laurent Marimbert qui à mis en son (dessus dessous) ses maux les plus intimes. Baptiste et Lacenaire à la fois, il chante le destin, les hasards, la fatalité, l’espoir, la renaissance, l’amour. Kamikaze de la chanson, il ose l’extrême fragilité, des textes à peines ébauchés qui prennent vie en chanson durant l’enregistrement, des improvisations textuelles à la William Burroughs.

Daniel Darc - La Taille De Mon Âme

Des titres à l’os, d’une sobriété ébouriffante (Ira, La taille de mon âme, collage sublime d’un enfant du paradis), une autobiographie drolatique (C’était mieux avant, ses violons, son refrain imparable, ses références, son phrasé gainsbourien, son auto-dérision à la 3ème personne, Ana, sous le soleil assurément avec un violoncelle magnétique). My Baby Left Me ou Seul Sous La Lune semblent échappés de Melody Nelson ou de L’homme à la tête de chou, Vers l’infini, ode d’une douceur infinie aux amis disparus est un regard tendre par dessus une épaule de 52 ans qui bouleverse avec son piano ouaté et sans filet. Quelqu’un qui n’a pas besoin de moi et son final au choix Maldororesque ou Morrisonien ouvre les portes d’un pénitencier aux choeurs façon Ennio Morricone, les filles aiment les tatouages (« qui partent au lavage ») est un récit intime, cocasse et burlesque au son aigrelet d’un ukulélé, une improvisation très proche d’un Raindrops Keep Fallin’ on My Head. Les Voeux De Bonne Année qui « D’année en année/Sont moins longs à rédiger/Moins nombreux à poster » sont moins fastidieux mais toujours poignants. Et comme « La beauté d’un disque c’est les accidents » selon Saint Daniel, il a laissé quartre virgules, quatre petites respirations qu’il nomme variations, on a l’impression de participer à un workin’ in progress, à l’enregistrement dans la chambre d’un ami. Le disque se clôt sur un titre sublime, Sois Sanctifié, le diamant noir de l’album, quelques notes répétitives de piano pour une prière française, « parole de la nuit sauvage » sur les bienfaits du pardon (« Et si tu avais commis tous les crimes / Gravi du vice les cimes / Une place à jamais te resterait… »)

Il n’y a plus beaucoup de disque que l’on écoute, que l’on prend le temps d’écouter, La Taille De Mon Âme fait partie de ceux-là, « ce qu’il nous faut, de la lenteur » loue t-il dans un de ses petits haïkus musicales en interlude, l’écriture à tiroir est certes très proche de Gainsbourg mais pour le meilleur. C’est l’album d’un géant à l’élégance racée, une mise à nue qui prend aux tripes mais qui n’est jamais lénifiante ou pesante, ici, point de spleen, qu’un idéal, celui d’être « un passager qui aimerait être un passeur »

Daniel Darc – La Taille De Mon Ame

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Réponses
  1. Excellent article. Je ne sais pas si la formule de clochard céleste, après Kerouac, est de vous, mais elle fait mouche. Bravo.

  2. Superbe chronique pour un superbe album, merci :) Je me suis permis d’utiliser une phrase de votre article pour illustrer mon billet sur Darc, si il y a un problème, n’hésitez pas à me contacter. Cordialement. Goldo

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.