Planetary Assault Systems – The Messenger

chronique : Planetary Assault Systems – The Messenger On dirait que cette fin d'année va être propice aux retrouvailles avec nos vieux de la vieille. Jeff Mills, Gescom, Sandwell District, Plastikman, Leyland Kirby... C'est donc une grande joie de retrouver Luke Slater toujours en grande forme chez Ostgut Ton pour son dernier L.P.

Planetary Assault Systems

L’homme est un malin et un artiste au grand coeur, il n’a jamais cédé à la facilité afin de mieux se vendre, sa musique il la dédie aux puristes, quel vilain mot… Sa rigueur parfois un peu martiale ne doit pas faire oublier qu’il est un des vétérans du milieu techno dans ce qu’il a de plus noble. Ses compositions répétitives et roboratives sonnent un peu comme si vous étiez transpercé de milles parts par des flèches acides ou au milieu d’un cataclysme apocalyptique tout en, paradoxalement, laissant une grande respiration. Il n’a jamais oublié d’où il vient et il sait certainement où il va, ce n’est pas à lui de s’adapter à son époque, c’est aux auditeurs de le suivre ou pas. Nul doute que les vieux comme moi n’auront aucun mal à adhérer à son monde brut de décoffrage, et les plus jeunes devraient y trouver une entrée en matière idéale.

Planetary Assault Systems – Rip The Cut

Planetary Assault Systems – Bell Blocker

2 réponses sur « Planetary Assault Systems – The Messenger »

« ce n’est pas à lui de s’adapter à son époque, c’est aux auditeurs de le suivre ou pas. » Voilà une belle définition de l’artiste !

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Magenta – Un Peu d’Amour

Vidéo : Magenta – Un Peu d’Amour (avec Yoa)

Après les discours riants du duo comique Vincent Lindon et Volodymyr Zelensky sous le regard complice et ému de Thierry Frémaux en ouverture du 75ème festival de Cannes, on avait envie d’un peu d’amour, petit lâcher prise offert par Magenta avant leur nouvel EP disponible le 17 juin et en précommande ici.
Brisa Roché & IX

I want my BRMD !

Attention. Alerte OMNI. Brisa Roché & IX (prononcer ixe nous précise t-on) bousculent le dress code musical avec leur « Heavy Dreaming pop » qui ne rentre pas dans les cases.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.