49 Swimming Pools – The Violent Life & Death of Tim Lester Limbo

chronique : 49 Swimming Pools - The Violent Life & Death of Tim Lester Limbo Encore un album français, encore un album passé trop vite inaperçu cette année alors les 49 Swimming Pools ont fait l'effort de produire six vidéos pour six perles pop extraites de The Violent Life & Death of Tim Lester Limbo

49 Swimming Pools

Ce disque avait toutes les conditions réunies pour faire fuir : un groupe de pop français mené par un journaleux, redac’chef à Télérama, un double album, concept qui plus est, sur la vie d’un type qui n’a jamais existé, un titre à rallonge le tout sur leur propre label, Elap Music. Et pourtant quelle flamboyance, quelle classe, quelle délicatesse que cela soit la voix ou les arrangements. Les trois mousquetaires Fabien Tessier, Etienne Dutin, Samuel Léger menés par le d’Artagnan Emmanuel Tellier prouvent que l’on peut faire de très belles mélodies à écouter individuellement ou au fil de cette biographie fictive. L’album concept n’est plus une vieillerie obsolète, My Little Cheap Dictaphone l’a prouvé cette année avec d’autres. La première partie titrée, Sometimes you should let the great world spin est la plus incandescente, sept perles pop qui redonnent le sourire en cette fin d’année morose. L’été n’est pas encore là mais les tubes fleurissent, Hopi, Looking at the waves, Automatic Love, You’re too sentimental ou l’imparable A notebook at random, 2’36 de pure(té) à la Ian Broudie. La seconde partie, A man is best known by his friends accroche moins au premier abord mais regorge de pépites, les choeurs de 24 Frames/Lady Jane, la montée en puissance très 80′ de Is it a Blessing or a Curse, la dépouillement et la limpidité Tim Lester Zimbo’s friends ou encore la poignante Cities et son « The final kisses will drown in the lake of your tears ».
Bref, un disque à écouter par petits bouts, par les deux bouts, par tous les bouts, 14 titres enregistrés en 5 semaines pendant que certains mettent 14 ans pour en écrire 5 mauvais.

Les parisiens sont gâtés puisqu’ils auront l’occasion d’écouter trois fois 49 Swimming Pools en ce début d’année 2012, au Bus Palladium le 6 janvier, à La Bellevilloise en acoustique le 26 janvier et au Café de la Danse le 1er mars. On les verra aussi à La Coopérative de Mai à Clermont-Ferrand le 29 février, année bissextile oblige.

Discographie

A noter en plus de la pochette, la très belle création typographique de Pascal Blua qui accompagne le groupe en tournée aux éditions Dezzig.

Affiche : Pascal Blua
Affiche : Pascal Blua

49 Swimming Pools – Automatic love

49 Swimming Pools – Hopi, looking at the waves

49 Swimming Pools – A notebook at random

49 Swimming Pools – Summer is coming

49 Swimming Pools – Is it a blessing or a curse ?

49 Swimming Pools – You’re too sentimental

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal

Et Pascal Blua exposa

Pascal Blua exposera du 3 au 22 février dans le cadre du festival Hibernarock à Aurillac une sélection de ses travaux graphiques pour la musique.
Melville

[1998 – 2018] Notre amour pour Melville

Il y a des disques qu’on a beaucoup écoutés et qui ne comptent pas. Il y a aussi des disques qu’on a écoutés au final assez peu mais qui ont beaucoup compté. Est-ce que l’amour restera ? fait partie de la seconde catégorie. Ce disque, enfant prodige des Melville, combina le sens du détail des […]
49 Swimming Pools @ Le CentQuatre, 02/11/2017

Have You Seen the 49 Swimming Pools ?

Les 49 Swimming Pools ont investi pendant deux soirs une des scènes du CentQuatre, le centre d’art parisien dirigé d’une main de maître par José-Manuel Gonçalvès, pour jouer leur dernier album, How The Wild Calls To Me .
49 Swimming Pools - How The Wild Calls To Me

49 Swimming Pools – How the Wild Calls to Me

« La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre » écrivait Yves Lacoste en 1976. On lui rétorquera qu’elle sert aussi à faire de bons disques voire d’excellents. La preuve en est avec le nouvel album des 49 Swimming Pools intitulé How the Wild Calls to Me qui nous emmène à la recherche d’Everett Ruess.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.