Jonathan Fitoussi – Pluralis

Jonathan Fitoussi est un musicien parisien. Il travaille à divers projets dont Fuschia Music puis Two Colours au coté d'Alexandre Bazin. Depuis 2008, il explore un parcours solo mêlant sonorités électros et acoustiques. Pluralis est son premier album.


En parallèle, le musicien restaure des archives radiophoniques au sein de l’INA. Si on ajoute à cela son accointance avec le Groupe De Recherches musicales (créé par Pierre Schaeffer) et sa rencontre avec Daniel Caux (musicologue et directeur artistique de Shandar, label accueillant les oeuvres de Philip Glass, Steve Reich, La Monte Young) on se trouve face à un artiste ayant un sens du son un peu plus développé que le commun des mortels. Par la force des choses, on s’attend à trouver avec Pluralis, un son différent, un peu au dessus de la moyenne.

Jonathan Fitoussi – Pluralis

Après l’écoute de deux ou trois morceaux, on sait que l’on va aimer le travail de Jonathan Fitoussi, et que nos attentes risque fort d’être exaucées. Pluralis fait parti de ces albums évidents. Jonathan Fitoussi fait de son premier album une bande son lumineuse et frénétique, qui se suffit à elle même ; un road trip sonore et urbain, entre électro minimale et nerveuse.
Méditative et presque transcendantale, la musique de Fitoussi est néanmoins frontale. On ne s’y perd pas, il ne nous perd pas. S’il est si facile de susciter l’ennui avec une musique pareille, c’est loin d’être le cas de Pluralis, qui en multipliant les atmosphère et en conservant un format court, réussit à tenir son auditeur en haleine.

Il en sort donc un album intelligent mais ni exigent, ni hermétique. On se laisse facilement porter par la force des mélodies. L’album déjà paru en vinyle sortira en digital en janvier. S’il est trop tard pour l’auréoler en 2011, il n’y coupera pas en 2012.

Jonathan Fitoussi - Pluralis

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.

Cela pourrait vous intéresser

Lafurarnalds

Ólafur art thérapie

« Le monde entier est cruel à l’intérieur et cinglé en surface » déclare Lula Fortune dans Wild at Heart. Et il faut un coeur bien accroché pour ne pas sombrer dans le vague à l’âme et basculer par dessus le bastingage de la vie.
Daan Vandewalle au festival Superspectives à Lyon

2X2 places pour Alvin Curran par Daan Vandewalle au festival Superspectives à Lyon

Encore un concert pas comme les autres au festival funambule Superspectives à Lorette La Maison de Pauline Jaricot et son balcon suspendu. Après la magie du concert de Christophe Chassol et sa gentillesse légendaire, François Mardirossian et Camille Rhonat invitent l’immense pianiste belge Daan Vandewalle pour une soirée le jeudi 7 juillet consacrée au non […]
Chassol

Do ré mi fa Chassol !

Le Basquiat de la musique, Christophe Chassol sera en concert le samedi 2 juillet dans le plus beau lieu de Lyon, la maison de Pauline Jaricot, maison de Lorette pour la quatrième édition du fantastique festival Superspectives .

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.