Inglenook – Inglenook

Inglenook - Inglenook

Inglenook s’est déjà produit aux Trois Baudets, à La Dame de Canton, aux Francofolies… Cette année ils sortent leur premier EP, avant de démarrer une nouvelle série de concerts. Pour faire court, on pourrait dire qu’Inglenook est un trio de Folk, dans la tradition d’une Laura Marling au d’un Beirut. Sauf qu’évidemment, c’est un plus compliqué que ça.

Inglenook

Le trio est formé à la musique classique. Ce qui ne les empêche de mêler Tom Waits et Béyoncé à Debussy lorsqu’il s’agit d’aborder leurs influences. Agathe et Albane, les deux voix, sont chanteuses lyriques, ce qui donne une première particularité, une première texture au son d’Inglenook. Puissance et délicatesse sont entremêlées dans leur chansons aux arrangements soignés et fournis : piano, ukulélé, percussions en tous genres…

https://www.youtube.com/watch?v=fKhSYiTj1Es

Sur cet EP, Inglenook nous sert tour à tour des comptines, des chansons de marins, des berceuses, teintées de folk évidemment, mais aussi de sonorités presque médiévales. Et lorsqu’Agathe chante en français, c’est une douce poésie au ukulélé qui s’échappe. L’EP se clôt sur End Of The World, où l’apocalypse laisse place à une joyeuse mélodie qui prend corps et force tout au long de ses cinq minutes.

Une première réussite qui laisse espérer de jolies choses pour la suite.

Inglenook – Inglenook
6/10
Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
kramies-ohioillbefine2

Kramies va toujours bien

Deux versions, deux ambiances, mais toujours en Ohio. Si Matt Berninger a quitté l’état du pavier même s’il demeure dans son sang, Kramies va bien, qu’il soit dans une forêt féérique ou sur le toit d’un bulding.
Bob Dylan - License to Kill

Kill all hippies !

Oh, man has invented his doom, un avertissement qui date de … 1983. Le Zim est le seul a avoir cette permission de tuer le game près de 40 ans après la sortie de License to Kill sur son album Infidels.

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.