Dinosaur Jr. – I Bet On Sky

Dinosaur Jr - I Bet On Sky
Il était une fois trois petits cochons qui s'ennuyaient dans leur Massachusetts natal. L'un pris une guitare, l'autre une basse et le dernier la batterie. Après de nombreuses péripéties, les trois compères arrivèrent sains et saufs en 2012 et publièrent de nouveau un album essentiel.

Dinosaur Jr.

Ces types sont diablement impressionnants. Après quelques disques fondamentaux et des disputes légendaires, J Mascis, Lou Barlow et Murph succombèrent à la tentation de la reformation en 2005. Pourquoi pas… Ils n’étaient pas les seuls à succomber à ce péché. Après la sortie de quelques rééditions, la bande d’Amherst reprit la route.
Comme si la blague n’avait pas assez duré, Dinosaur Jr. s’amusa à sortir un disque, Beyond. Excellent. Surpassant les livraisons des années 90. A l’aise. Un cas d’école. Alors que la grande majorité des reformations se vautraient lamentablement, Dinosaur Jr. sortait un chic disque avec une facilité déconcertante.
Jay et Lou font dans le comique de répétition : en 2009 Farm reprenait paresseusement mais avec talent les affaires de 2005. Nous sommes en 2012 et la blague dure toujours.

Et il se pourrait bien que I Bet On Sky soit le meilleur des trois. Les riffs autistes de Mascis et la basse lourde de Barlow sont au service de chansons parfaites. Les cinq premières de de disque relativement courts sont hallucinantes. Le riff du morceau d’ouverture peut rendre fou les gens fragiles. Une véritable cure de jouvence. 30 ans d’existence et une jeunesse immaculée. A coté d’eux, les Foo Fighters passent pour des séniles et Bloc Party pour des petits vieux débordés par leurs fuites urinaires.
Watch The Corners, morceau schizophrène alternant entre refrain pop juvénile et couple destructeur et abrasif (cette basse..) propulse le disque dans une autre dimension.

Discographie

Voyage au bout des 90’s. Après un tel moment de bravoure, Dinosaur Jr. ramasse la mise. Almost Fare, clin d’œil à Several Shades Of Why calme les choses.

A l’écoute de ce disque, on ne peut qu’accuser Mascis and co de paresse en ce qui concerne les deux derniers disques. I Bet On Sky est un album diablement inspiré.
Recognition, une des deux chansons écrites par Barlow, frise l’excellence. Rude, quant à elle, est assez dispensable.

Les types de Dinosaur Jr. sont des gens rassurants. Certaines choses sont immuables. La voix de Mascis et cette sempiternelle hésitation entre pop doucereuse et débroussailleuse métallique sont les piliers de ce groupe qui a malheureusement inspiré plus d’un tâcheron sur terre. On sait pourquoi on paye. Mais là, Dinosaur Jr. vient d’envoyer Cortez the Killer dans les nuages.

Dinosaur Jr – Watch the corners.

Dinosaur Jr. – I Bet On Sky
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Dinosaur Jr - Sweep

Dinosaur Jr. – Sweep It Into Space

Né avant la chute du Mur de Berlin, Dinosaur Jr. n’est pas touché par les années qui passent. Et ce n’est pas une pandémie qui va calmer les velléités sonores de ce trio américain… Enregistré en partie en 2020, ce douzième album fait des merveilles et nous propulse dans le monde d’avant tout en espérant […]
Mike Johnson

Mike Johnson, les hauts d’un bassiste

Membre de Snakepit (dont il faut réécouter urgemment les morceaux de From Vegas To Memphis), bassiste des Dinosaur Jr, proche de Mark Lanegan, Mike Johnson n’a pas chômé au cours des années 90. Il faut donc profiter de notre retraite forcée pour redécouvrir les disques de cette plume fine et sombre de l’Amérique des 90’s.
Photos : Download Festival France 2017

Photos : Download Festival France 2017 | 09.06.2017

Il était une fois trois petits cochons qui s’ennuyaient dans leur Massachusetts natal. L’un pris une guitare, l’autre une basse et le dernier la batterie. Après de nombreuses péripéties, les trois compères arrivèrent sains et saufs en 2012 et publièrent de nouveau un album essentiel. Dinosaur Jr. Ces types sont diablement impressionnants. Après quelques disques fondamentaux et des disputes légendaires,…

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.