Temple – Serrez Les Rangs, Serrez Les Dents

Temple - Serrez Les Rangs, Serrez Les Dents (chronique) Originaires des Ardennes, Temple offre ici un EP mêlant rap et métal, à l’image d’esquisses de brassages de genres ayant surgi dans les années 90. C’est pourtant depuis cette année que leur autoprodution Serrez Les Rangs, Serrez Les Dents est disponible. Quatre chansons, quatre chances de découvrir davantage ce quatuor contestataire.

Temple

Avant tout, le rap qui nourrit les idéaux du groupe est violent et haineux ; si vous détestez le rap, vous avez le choix : vous pouvez soit passer votre chemin, soit prendre votre courage à deux mains et y prêter une oreille attentive. Parce que si Cam&Leon rappe à tue-tête et que l’instru peut paraitre répétitive, il ne s’agit pas moins de métal brutal et furieux. « Yallah !!! » inaugure cet EP arduement, lançant la danse avec un riff entêtant et une rage évidente. S’y greffent des paroles sommairement adroites et perspicaces, prônant la révolte, l’insoumission et l’espoir. (« Il n’est plus interdit de se lever, il n’est plus interdit d’espérer, comme d’aller de l’avant poing levé !! »)

Temple – Serrez les rangs, serrez les dents, teaser1

Bastards entame une nouvelle facette du paysage musical de Temple, imposant davantage un petit son électronique à ses débuts ; du reste, elle n’en est pas moins percutante et brute ; ça crache dans le micro, ça insulte (« Arrête de faire la pute »), c’est vulgaire… c’est incontrôlable. Lorsque A l’intérieur s’amorce, on penserait presque avoir le droit à un petit interlude à la Linkin Park (cf. Session ou Cure For The Itch) ; à première vue lourde et lente mais loin d’être maladroite ; discontinue, elle est sans doute la plus élaborée au niveau sonore parce que brasse tous styles et influences sans complexes aucuns.
My Roots se faufile l’air de rien dans la langue de Shakespeare, mais Temple revient vite vers sa langue natale pour servir des couplets énergiques et toujours aussi exacerbés. Le refrain rompt le rap brut avec une voix doublée, plus aigüe et au final, mélodieuse.

https://soundcloud.com/templemusic/myroots

Somme toute, des mélanges qui auraient pu paraître déroutants (métal et rap, le tout en français) paraissent évidents et la pression ne redescend jamais ; un sentiment d’urgence se fait ressentir, loin de quelque chose de réfléchi, calculé, « surpensé » : ce qui doit être hurlé l’est, sans fioriture, et pourtant intelligemment. Si ce groupe pourra rappeler à certains de ma génération des groupes tels que Enhancer ou Pleymo, ou peut-être davantage des groupes cultes tels que RATM, Temple signe avant tout un EP incisif, dur, énergique, pur et puissant, à qui la langue française, contrairement à ce que l’on pourrait craindre, rend justice.

Temple – Serrez Les Rangs, Serrez Les Dents
8/10

Cela pourrait vous intéresser

Roxaane-horsligne

Vidéo : Roxaane – Hors Ligne

On avait pris une bonne claque aux iNOUïS du Printemps de Bourges en 2019, Roxaane poursuit sa route intime et universelle avec un deuxième EP, Hors ligne ce soir, entre errances nocturnes et amours déçus.
Yassablaster-salam

[EXCLU) Vidéo : Yassa Blaster – Salam

Enfin une chanson invitant à la paix et à la fraternité qui groove et donne envie de reverser la table pour filer sur le dance floor. Yassa Blaster, citoyen du monde nous offre Salam, son titre fraternel que l’on espère prophétique.

Plus dans Chroniques d'albums

Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]
Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.