Jake Bugg – Jake Bugg

Jake Bugg
Clope au bec et coupe de douille comme Liam Gallagher en 1994, assurance à la Lee Mavers et veste Fred Perry comme les piliers de pub, voilà Jake Bugg, jeune pré-pubère adoubé par Noel Gallagher. Une histoire de famille qu'on vous dit. Le petit a décroché le gros lot en Angleterre en plaçant son disque directement à la première place des charts. Le plan de communication est rudement bien fichu faut dire.

Petite révolution Outre Manche. Les gros balèzes de Mumford & Sons se font gicler du haut des classements par un mec aussi épais qu’un bâton de sucette. Jake Bugg, minot miteux de Nottingham, vient de sortir le disque de bon nombre d’espoirs déçus du rock anglais. Un objet alternant entre folk ricain et sensibilité anglaise.
Howie Payne des défunts Stands doit manger son chapeau et ses frisettes.
Rembobinage : 2002, Liverpool, Noel Gallagher en guise de parrain. Les Stands ne parviendront jamais à conquérir le public anglais et resteront cantonnés aux premières parties d’Oasis et à la banlieue de Liverpool. Même trajectoire pour le moustique mais le deal est payant.
Et le disque ? Comme pour sa trajectoire, ce premier disque est truffé de références. Du Dylan par ici, du Tim Hardin et quelques bons clins d’œil à Donovan. Aucun défaut donc. On renifle le produit idéal et l’assaut marketing de Mercury et nous ne sommes pas loin de se demander si le Bugg n’est pas un James Bond musical: le placement de produits, ça le connait.

https://www.youtube.com/watch?v=T2DOYbZUMS8

Discographie

Des défauts, on peut aller en chercher sur le disque. On se demande l’intérêt de certains morceaux. Et pas les moindres. Des singles comme Country Song et le putassier Lighting Bolt peuvent ennuyer et agacer. Intérêt ? Aucun.

Jake Bugg
Jake Bugg

Par contre le type est bon quand il regarde Noel Gallagher. Taste It et son refrain malicieux remplit aisément le contrat. Quant à Seen It all ? Pop addictive, Jake Bugg devrait augmenter le chiffre d’affaires de toutes les tavernes du Royaume Uni. Les Coral n’auraient peut être pas renié ce titre… Broken et Ballad of Mr Jones démontrent bien que ce type est efficace quand il fait de la pop et non des pastiches de Dylan. Comparez Fire et Simple As This.

Jake Bugg – Jake Bugg
7/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Primal Scream © Fabrice Buffart

Crucial TINALS #2

Le TINALS 2018 est en approche du 1er au 3 juin avec comme toujours une programmation impressionnante sous le soleil gardois dans l’antre accueillante Paloma ! L’occasion de revenir sur l’énormissime édition 2017 avec les photos de Fabrice Buffart de la deuxième journée !
TINALS 2016 © Fabrice Buffart

The TINALS countdown !

Une grande partie de la programmation du meilleur festival de la ‘non chanson d’amour’ est connue. Le festival TINALS aura lieu du 9 au 11 juin et les derniers noms seront dévoilés ce mercredi à la conférence de presse à Paloma à Nîmes.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.