Ca bouge à Bourges !

Ca bouge à Bourges !
Guimauve 13/05/2009

Stuck In The Sound @ Chorus, 26 mars 2009

Bourges est sans conteste l’un des festivals les plus populaires de France, au sens noble du terme. D’abord parce que la ville et ses habitants se mettent en quatre pour vous accueillir, parce que de plus il n’y a pas que le festival officiel mais quantité de scènes gratuites qui proposent une réelle diversité musicale, sans compter les bars bondés et qu’enfin l’ambiance est décontractée, à peine remarque t-on Jack Lang ou François Bayrou arpenter doctement les allées du Printemps.

Comme toute la ville est en fête, il n’y a pas cet effet de masse que l’on peut rencontrer dans d’autres gros festivals, le public se croise d’un lieu à l’autre, d’une méga scène à un théâtre à l’Italienne, des bords de l’Auron au centre ville… et cela donne cette atmosphère particulière, les gens se parlent, échangent leurs impressions d’après concert (si, si, c’est possible en ces temps d’individualisme morose). Autre point non négligeable, ici on est ici pour la musique, on festoie, on slame, on s’extériorise sans qu’un méchant videur vous vire de la scène qui est très accessible, on touche physiquement les artistes comme ils nous touchent artistiquement…

Ce Mercredi 22 avril était dédié au gros son dans toute sa variété avec au programme le rock mentol des toulousains The Dodoz, le Post Rock en stéréo des japonais de Mono, les remuants Von Bondies ou les frenchies qui ont rafflé la mise cette année et qui ont collé tout le monde loin derrière, les Stuck in the sound

Premier à entrer en scène dans une salle toute acquise, les très jeunes et talentueux Dodoz… Très loin de la hype parisienne biberonnant les baby rockers soutenus par des journalistes essoufflés et hors d’âge émargeant sur la petite chaine qui monte, les Dodoz ont prouvé ce soir là que l’on pouvait faire du tatapoum adolescent intelligent. Leurs missiles rock font mouche, les guitares acérées, la voix affutée et juste de Géraldine galavanise et enflamme un public jeune bien sûr, mais connaisseur, et quand elle susurre son Do you like boy les jeunes filles acquiescent immédiatement dans un pogo hystérique et sensuel. Et quand un problème technique surgit, le groupe ne s’affole pas et gère comme des pros qu’ils sont en train de devenir à force d’écumer les scènes.
On est loin d’un épiphénomène bourgeonnant, la reconnaissance est bien là avec prochainement la première partie d’Oasis au théâtre antique de Vienne ou de Franz Ferdinand aux arènes de Nimes et des festivals à foison comme Art Rock ou Musilac…

Après l’énergie adolescente et une alarme incendie stridente provoquée par la chaleur torride des corps remués en tous sens, survint le lyrisme post rock des nippons de Mono… Première grosse claque du festival, un peu comme si le Delano Orchestra percutait Mogwai, My bloody valentine ou Ride… ce groupe existe depuis 10 ans et mêle le calme des eaux de l’océan pacifique au tellurisme incandescent des volcans, Mono joue assurément en stéréo même s’il ne s’agit « que » de musique instrumentale… celle-ci vous emporte et vous bringuebale en tous sens, vous secoue l’âme et les sens, vous laisse groggy après une virée épique et une orgie électrique. On est pas loin de l’expérience mystique… Les images surgissent en fermant les yeux, on est emporté par le déluge mélancolique de ce quatuor, on pense aux éléments qui se percutent, eau, terre, feu, … les musiciens sont en transe… le Japon est une terre de séismes, même musicaux : c’est à la fois sombre et lumineux, Mono nous emporte dans les entrailles de la terre pour mieux nous éblouir avec un soleil salvateur…

The Von Bondies sont plus classiques, un garage band de Detroit centré autour de son leader gouailleur Jason Stollsteimer (sans son masque) et dorénavant entouré de deux accortes guitariste et bassiste qui ont mis l’auditoire en pamoison à coup de shorty à damiers rose et noir et de poses lascives… Alors ici rien d’orignal, mais une efficacité redoutable, avec des mélodies très accrocheuses, des nananana de she’s dead to me, aux rifs incisifs de C’mon c’mon qui ont déchainé le public, celui-ci grimpant allègrement sur scène pour mieux « communier » avec les escort girls du leader. Un set furieux, une débauche d’énergie sincère et salutaire…

Enfin, Stuck in the sound clôturait la soirée dans un déluge d’électricité et cette fois-ci sans l’excuse d’une tempête de neige new yorkaise… La tempête était bien sur scène ! Que de progrès depuis le CQFD des inrocks… Ils sont clairement en passe de devenir le groupe de rock référence en France, ils emportent tout sur leur passage, la structure de leurs chansons est ambitieuse et originale, la voix de josé fleurte souvent avec les cimes, leur son parfois groovy voir technoïde avec une basse vrombissante a mis en transe un public qui connait par coeur leur répertoire… Slams à gogo, morgue sous la capuche, guitare à la Pixies, Stuck in the Sound séduit définitivement sans passer par la case médiatisation de pacotille : « C’est vrai qu’on a parfois peur d’ être assimilé aux baby rockers… On est de Paris et beaucoup de gens, de loin, à force de propagande « Rock n’Folkienne », assimilent la scène parisienne à ceux-ci. On est souvent forcés d’affirmer haut et fort l’existence d’une «autre» scène parisienne, qui ne partage guère plus avec eux que des lieux, des salles, des bars et des clubs où forcément on se croise. » Mission accomplie, Stuck in the sound a « collé » loin derrière la concurrence le temps de ce concert sonique.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Réponses

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».

Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène. Produite par Ricky Reed (faiseur de tubes professionnel depuis 10 ans), la musique de Lizzo est un tourbillon…

Skip The Use @ Main Square Festival, 06-07-2019

Cool as Skip The Use

Samedi 6 juillet 2019 : le Tour de France débute à Bruxelles et l’Hollandais Mike Teunissen gagne la première étape et étonne tout le monde en endossant le Maillot Jaune. Samedi 6 juillet 2019 : le Main Square entame son deuxième jour. Les Skip The Use s’échappent du peloton et endossent le Maillot Jaune du…

Arnaud Rebotini @ Main Square Festival, 06-07-2019

Arras Calling ! Arnaud Rebotini can’t fail !

Avant de monter sur la scène du Main Square pour clôturer la deuxième journée de l’édition 2019, Arnaud Rebotini après un passage à l’Astropolis avec le Don Van Club pour un concert autour de la B.O. de 120 Battements par Minute et avant de jouer aux Eurockéennes de Belfort, Rebotini est passé par le Main…

[MALN 2019] La quête sacrée des Temples

Avant d’entamer une tournée américaine conséquente et une date au Trabendo en septembre, les Temples étaient à Amiens pour commencer à défendre leur troisième album, Hot Motion et poursuivre leur quête de la meilleure chanson psychédélique.

Jean-Louis Aubert

Aubert toujours vert !

Jean-Louis Aubert, solaire, seul mais pas solitaire, et surtout solidaire du monde, et de la vie. Une parenthèse enchantée d’un soir d’été, à Sète, un balcon sur la mer.

[MALN 2019] Balthazar nous a mis la fièvre !

« Il sort de nulle part, une frappe de bâtard, on a Benjamin Pavard ! » pouvait on entendre dans les rues d’Amiens en juillet 2019. Onze mois plus tard, résonnaient dans les rues d’Amiens plus ou moins les mêmes paroles : « Ils sortent de nulle part, une classe de bâtard, on a Balthazar ! »

[MALN 2019] Merveilleux Andrew Bird

Revenu avec My finest Work Yet l’un des albums de l’année, Andrew Bird a fait des merveilles pour le premier soir de Minuit Avant La Nuit.

[MALN 2019] Fondants Foxwarren !

Deux ans après sa venue à Amiens pour défendre et surtout jouer l’album The Party, Andy Shauf était de retour hier soir à La Lune des Pirates. Et avec Shauf, le changement c’est maintenant.

Cool as Wilco

Après un break de deux ans, Wilco remet la gomme avec une mini tournée française qui n’est qu’une étape vers la sortie dans les mois prochains mois d’un onzième album et d’un concert parisien au Trianon.

Angèle @ Zénith Amiens - 05 juin 2019

Balance ton concert

Avant d’être la tête d’affiche du Main Square et du Paléo Festival (pour ne citer qu’eux), Angèle posait ses enceintes dans un Zénith d’Amiens qui affichait complet (comme les autres) pour faire danser et chavirer les cœurs de plusieurs générations.

Le Souldier Tour de Jain fait étape à La Halle Tony Garnier

« C’est la plus grande salle que j’ai jamais faite ! » s’est exclamée Jain devant le public de la Halle Tony Garnier. L’artiste, pourtant déjà détentrice d’une double victoire de la musique, à laquelle s’est ajoutée une nomination aux prestigieux Grammy Award, tout cela dans le cadre d’une tournée mondiale n’a pourtant rien d’une débutante. Elle…

Add to Jeanne Added

Quasiment quatre ans après son passage à La Lune des Pirates, Jeanne Added revient à Amiens. Entre 2015 et 2019, elle est restée la même.

Balthazar © Fabrice Buffart

Fièvre à l’Epicerie avec Balthazar !

Belle fête d’anniversaire pour Michiel, batteur du groupe belge Balthazar qui avait invité plusieurs centaines d’auditeurs pour célébrer fiévreusement l’événement à l’Épicerie Moderne de Feyzin.

Bryan’s Magic Tears : It’s Kind of Magic

Les Bryan’s Magic Tears étaient de passage à Amiens pour deux missions éminemment dangereuses. Ouvrir pour Le Villejuif Underground le vendredi soir et faire un goûter-concert le lendemain après-midi. Missions impossibles pour le gang de Benjamin Dupont, le Ethan Hunt de l’affaire ? Du tout. Attention, cet article s’auto-détruira dans 20 secondes.

Shaka Ponk © Elsa SCHULHOF

Shaka’Lyon : Beautiful Freak

Il y avait quelque chose dans l’air, comme une réminiscence d’un air de Eels et du fabuleux Beautiful Freak.

P’tit Gibus & Grand Dando

Point final d’une tournée européenne (triomphale), le concert des Lemonheads au Gibus Club a tenu toutes ses promesses.

The Wombats @ le Trabendo, Paris, 05/02/2019

The Wombats au Trabendo

En ce début du mois de février le Trabendo accueillait Circa Waves et The Wombats pour un show rock des plus déjantés !