I Am Kloot – Let It All In

I Am Kloot - Let It All In Tiens, I Am Kloot sort un disque en 2012. Quelle incongruité. Car depuis leur sensationnel premier album, le soufflé est rapidement retombé et notre curiosité avec. Une suite de disques ennuyeux et une alliance avec les soporifiques Guy Garvey et Craig Potter des très pénibles Elbow ont eu raison de notre patience. L'auditeur est donc prévenu : il doit se lancer à l'assaut de Let It All In armé d'une couille dans le pli du coude. Tout un programme.

Les choses repartiraient-elles du coté des I Am Kloot ?
Magnifique pétard mouillé du début du siècle, I Am Kloot avait débuté les hostilités avec un refrain qui faisait rêver plus d’un compositeur pop : There’s blood on your legs, I love you
Et puis ? Plus rien. En 2007, l’album Moohla Rouge aurait pu les disqualifier à vie. Mais à Manchester, on a la peau dure. Certains de leurs collègues ont connu pire. Alors trois chroniques moisies dans le NME ou Mojo…

Le vieux briscard de Peter Jobson nous l’a fait à l’envers dès le début du disque. Sur Bullets, les croches de sa basse nous rappellent les saintes heures de Natural History. Les accents pris par John Bramwell sur Let them all in nous plongent dans la même faille temporelle. Retour en 2001 et au beau moment de la découverte des mancuniens. Cependant, on cherche désespérément les chansons. Les ruses ne font jamais long feu et l’ennui pointe rapidement le bout de son nez.
Il en va de même pour Hold Back the line : les arrangements des Elbow cachent la misère.

I am Kloot – These days are mine

Pourtant cette nouille de Bramwell est excellent quand il s’en donne les moyens. Et qu’il les économise surtout. La preuve avec Mouth on me. C’est peut être une de ses plus belles chansons. Ces petites touches de guitare et cette voix… Il pourrait nous faire danser en lisant l’annuaire ce con. Les deux minutes cinquante quatre secondes de cette chanson sont bénies. Début parfait. Le spleen mancunien et la morgue anglaise font le reste.
Après cette petite mort, on retombe dans les affres de la longueur et de la chantilly.
Il faudra attendre encore quelques minutes pour retomber sur l’autre pièce de choix du disque, Some Better Day. Le refrain liverpuldien fait office de petite madeleine de Proust. Un condensé de pop anglaise qui a le pouvoir de faire ressurgir de nombreux souvenirs. Il pourrait le faire pleurer son annuaire…
Quant à These days are mine, deuxième extrait officiel de Let it all in, on se demande encore l’intérêt de la chose. On remercie les gaziers d’Elbow ?

Tracklist

  1. Bullets
  2. Let Them All In
  3. Hold Back The Night
  4. Mouth On Me
  5. Shoeless
  6. Even The Stars
  7. Masquerade
  8. Some Better Day
  9. These Days Are Mine
  10. Forgive Me These Reminders

I Am Kloot – Let It All In
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Brlin-stateoffear

[EXCLU] Vidéo : Bärlin – State of Fear

Attention, ce titre n’est pas en faveur de la retraite à 64 ans. La crainte doit changer de camp. Il ne reste que la poussière de nos rêves. La tempête doit tout emporter.
Daughter-beonyourway

Vidéo : Daughter – Be On Your Way

« Je pense que c’est plus optimiste que nos précédents disques ». Be On Your Way s’ouvre sur des guitares scintillantes et des lueurs blafardes. Une sortie du tunnel ? Quand point la batterie, la lumière se fait et on avance sur le chemin.
Heyheymymy-restlessmind

Vidéo : Hey Hey My My – Restless Mind

« Quand je regarde la poitrine d’une femme, je vois double » affirmait Jules Renard. Hey Hey My My nous reveille en pleine nuit avec ce Restless Mind agité avant la sortie de leur nouvel album, High Life chez Vietnam le 3 février.

Plus dans Chroniques d'albums

Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.
Nickwheeldon-gift

Nick Wheeldon – Gift

Nick Wheeldon nous a fait cette année un beau cadeau avec Gift, un classique instantané dès la première écoute pour les Fragile Minds dont on fait partie.
Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?