Aline - Regarde le ciel (chronique)
Depuis quelques mois, c’est la course aux années 80. Daho par ici, Depeche Mode par là. Quelques nouveaux élèves bien disciplinés se dégagent de la masse de morfales à la gloire rapide et au refrain parfait. Lescop a dégainé le premier mais s’est cramé tout seul avec des textes d’un niveau scolaire flirtant avec le CM2 et La Femme se fait attendre. Les Aline pourraient décrocher la timbale des charts et le pompon des cœurs.

Aline

Aline était un secret bien gardé de la pop depuis quelques années. C’était un autre temps… Ils s’appelaient Young Michelin et Myspace valait quelques millions de dollars. Aujourd’hui ce dernier ne vaut plus rien mais Aline (ex Young Michelin donc) a vu sa côte boursière grimper de manière vertigineuse. Et pourrait faire sauter la banque, la Bourse et surtout la boule à facettes de bon nombre de soirées d’ici quelques jours avec la sortie de ce premier disque le 07 janvier 2013.
Aline claque de suite une pièce maitresse. Je bois et puis je danse, single sexy gorgé de spleen, attaque frontalement l’auditeur.
On comprend assez vite que les Aline et leur pop sucrée jouent bien plus que leurs morceaux sur ce disque. Avec Regarde le ciel, c’est soit un tsunami soit un statut de groupe maudit comme celui des saints patrons de Sarah Records. Deux hirondelles devrait faire des ravages sur les ondes FM et contrecarrer les hypothèses de Bérézina commerciale.
Complétement soumis au service d’un conservatisme rigoriste studieux, les types d’Aline sont évidemment jugés sur leurs influences. Tous les drogués de pop ouvrent leur dictionnaire et se lancent dans un jeu de pistes quelques fois pénible. Il faut dire que cet album s’y prête à merveille.
Ils piochent là où il faut. Les types ont bon goût : The Smiths, The Stills ou encore les Field Mice sont au programme du panégyrique. Mais au final, l’impression d’un programme à la Felt se dégage rapidement. Conquérir le monde. Regarde le ciel est la rencontre de Maurice Deebank et de Martin Duffy. Le disque improbable. Les cordes de Voleur et d’Elle et moi sont d’une efficacité redoutable. Et ces claviers…

Ils osent tout. Romain Guerret et ses accents pop pourraient agacer. Mais non. On est pris dans cette spirale de désespoir et on réclame le deuxième chapitre.

Aline – Je bois et puis je danse

Aline – Regarde le ciel5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « Aline – Regarde le ciel »

Bonjour,

La rythmique est purement et simplement du Cure époque Seventeen Seconds / Faith.
On croirait entendre Lol Tolhurst et Simon Gallup de la grande époque…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Donald Pierre

(Il est revenu) mon Donald Pierre

La meilleure nouvelle de ces deux dernières semaines n’est pas le retour du printemps. Non, la meilleure nouvelle de cette fin de mars qui s’éternise est le retour de la mélancolie de Romain Guerret alias Donald Pierre. Avec Aline (ex Young Michelin), il a écrit les plus belles chansons pop françaises de ces dix dernières…
Dondolo - Dondolisme

Dondolo a bon dos

Pendant que tout le monde regarde le ciel en écoutant La Vie Électrique d’Aline, on en profite pour plier les gaules et faire de l’archéologie musicale en écoutant les disques solo de Romain Guerret alias Dondolo. En six ans avant Pilard, Jésus Guerret aime les claviers et… les claviers et le fait savoir. Grâce à…
Aline

L’électrisante Aline

Aline n’est pas une fille facile. Après avoir fait sa mijaurée sur Regarde Le Ciel, voilà qu’elle rebat complétement les cartes pour écrire une suite à sa belle histoire. Le ciel lui est sûrement tombé sur la tête. En effet, cette candide jeune fille a quitté son château de Thunder-ten-tronckh et découvre que l’être humain…
Festival Les Belles Journées à Bourgoin-Jaillieu

Et Bourgoin Jaillit !

Comment ne pas évoquer un festival qui regroupe la crème des artistes français qui font la musique d’aujourd’hui et que SK* affectionne particulièrement.
Aline

Aline se met un peu plus à nu

Aline a commencé il y a quelques semaines sa campagne militaire pour promouvoir son prochain disque. Le Generalfeldmarschall Guerret a passé en revue ses troupes et sort aujourd’hui l’artillerie lourde avec du gros calibre. En effet, Chaque jour qui passe fait partie des meilleurs morceaux de La Vie Électrique.
Aline - La vie électrique

Aline et les garçons

Aline Aline vient de publier son très attendu nouveau single. La vie électrique, c’est son nom, dévoile une autre facette du groupe marseillais. En effet le perdant magnifique de Regarde le ciel s’est transformé en Casanova sexy et nous emmène dans sa garçonnière. Dans un clip à la Thriller sous perfusion d’AB Production pour couronner…

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.