Catégories
Chroniques d'albums

Sliver – Disobey Giants

chronique : Sliver - Disobey Giants
Sliver, quatuor du nord-est de la France, n’en est pas à son premier accomplissement : après un très réussi Music Is A Weapon sorti en 2009 et plusieurs EP, ils nous livrent ici un nouvel épisode spontané mais toujours mûr, cohérent et réfléchi, le tout mixé par le grand Pelle Henricsson (Hell is For Heroes, In Flames, Refused).

Sliver

Combinant paroles construites et engagées, les chansons mettent en avant nombre de références : du mouvement Occupy organisé par Adbusters aux livres de Chuck Palahniuk ou Bret Easton Ellis en passant par le Comité Invisible, tout y passe ; prise de conscience sur la maladie qui consume notre société actuelle, Disobey Giants fusionne punk, rock, et hardcore, mettant pourtant à contribution aussi bien des claviers et des samples que des guitares énervées ou des cris, formant au final une combinaison personnelle, une interprétation de la musique vécue comme moyen de résistance et de se faire entendre.

Au-delà de l’album au strict sens musical, est offert un manifeste (en anglais) de plusieurs pages écrit en juin dernier, exposant chanson par chanson – mettant en lumière les Giants à vaincre – des opinions et représentations sur la société actuelle, certes, mais également et surtout, sur la place de chacun en son sein. Au final, ce manifeste écrit par Ben (chant et guitare) en devient émouvant parce qu’est au final un message d’espoir : trouver sa place et le sourire dans un système corrompu est concevable, et peut faire songer à des réflexions poussées par Stig Dagerman il y a quelques décennies de cela : « je souhaite que le plus grand nombre de gens possible comprennent qu’il est de leur devoir de se soustraire à l’emprise de ces blocs, de ces Églises, de ces organisations qui détiennent un pouvoir hostile à l’être humain, non pas dans le but de créer de nouvelles communautés mais afin de réduire le potentiel d’anéantissement dont dispose le pouvoir en ce monde. C’est peut-être la seule chance qu’ait l’être humain de pouvoir un jour se conduire comme un homme parmi les hommes, de pouvoir redevenir la joie et l’ami des ses semblables ».

Sliver – Dead President$

Si l’on en revient à l’album en lui-même, s’il s’amorce avec une introduction qui donne le ton (les protestataires du mouvement Occupy et Tom Morello), Dead President$ entre dans le vif du sujet en évoquant la dictature de l’argent et de la déshumanisation du monde ; que ce soit bien clair, cette chanson est une petite merveille, à la mélodie entêtante, au rythme enivrant et aux paroles offensives. The Invisible Committee est dans la même lignée : avec ses « we are invisible, we are invincible », elle se réfère à « L’insurrection qui vient », essai politique de 2007. The Future innove avec le piano présent dans son intro, mais niveau intro, c’est sûrement Small Is Beautiful qui marque le plus (les mots de Naomi Klein à propos du mouvement Occupy). The Quiet Riot est un interlude menant à une deuxième partie d’album toujours aussi électrique : Polaris, We Shall Live et Bring Down The Casino ne relâchent aucune énergie contestataire, puisant une ardeur à la Refused sans pour autant s’y confondre.

Ce nouvel opus se clôt sur une reprise, moins incisive auditivement parlant, mais loin d’être anodine : quel meilleur choix que de donner sa version du Partisan (la version bilingue de Leonard Cohen), symbole prégnant de la résistance durant la 2nde Guerre mondiale. Belle adaptation, belle conclusion, logique et sans fioritures.

Disobey Giants est sans doute encore plus abouti que son prédécesseur ; Sliver est engagé et engageant, prouvant encore une fois que « résister c’est créer, et créer c’est résister » ; Sliver met des mots sur les maux, écrit à propos des vérités plutôt que des slogans (à la Strummer) et emploie encore et toujours avec brio « la musique comme une arme ».

Sliver – Disobey Giants4.0
8/10
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

DaYTona - Ma seule héroine

[EXCLU] Vidéo : DaYTona – Ma seule héroïne

Il en faut en ces temps avilis de l’Allégresse pour illuminer les sourires. Alors on s’enfile une bonne dose d’héroïne avec DaYTona pour accompagner ce pseudo reconfinement qui conduit seulement les sirènes à l’usine.
LAETITIA SHERIFF

Se lever avec Laetitia Shériff

Power to the trio. Laetitia Shériff revient enfin avec les essentiels Thomas Poli (Dominique A) et Nicolas Courret (Eiffel). Stillness est une claque magistrale comme on en fait peu en France rance. Un brûlot qui ravive la flamme et rassure (un peu) sur l’avenir qui fait culbuter The Mamas and the Papas et PJ Harvey.…

The Besnard Lakes est le meilleur groupe du monde

Enfin une bonne nouvelle en 2020 ! Après l’impeccable A Coliseum Complex Museum et surtout après quatre années de silence, les Besnard Lakes sont de retour. On peut ranger ses compilations de My Bloody Valentine et prévenir les voisins… Le gros son est de retour.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Al Qasar

[MaMA 2020] 5 questions à … Al-Qasar

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Al-Qasar qui aurait du ambiancer le MaMA festival avec son rock psyché venu d’ailleurs. Alors on se contentera pour l’instant de leur…
Thruston Moore © Louis Teyssedou

Thurston Moore, la symbolique du feu

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire est le disque qui devrait faire aimer la musique de Thurston Moore à ceux qui ont détesté les disques de Sonic Youth pendant les années…

Plus dans Chroniques d'albums

The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.