Kavinsky – Outrun

Chronique : Kavinsky - Outrun
Drou - 25/02/2013

Chronique : Kavinsky - Outrun
Kavinsky – Outrun

Vincent Belorgey était connu pour son Nightcall, présent sur la B.O de Drive, et dans toutes nos têtes depuis ce jour. Voilà qu’il sort son premier album, Outrun, album concept basé sur l’histoire de son personnage, Kavinsky, et hommage au jeu vidéo du même nom, sorti en 1986. Avec un son électro-pop clairement inspiré des eighties, on suit l’histoire de Kavinsky, victime d’un accident de Ferrari Testarossa en 1986, qui se transforme en zombie quelques années plus tard… Encore des voitures donc.

Kavinsky

On retrouve dès le départ ce son si particulier (Blizzard) qui a fait sa réussite avec Nightcall, en featuring avec Lovefoxxx, la chanteuse de CSS. Puis les guitares s’énervent (Protovision) et s’ajoutent aux synthés à tendance kitsch. On ne peut s’empêcher d’associer ses sons au cinéma, Kavinsky nous livre une bonne B.O avec des titres comme Rampage. C’est intense et rempli de suspense. Les voix parsèment les morceaux, de temps à autre, qu’elles soient chantées (Old Look, First Blood) ou rappées (Suburbia). On est comme happé par la vitesse; on serait presque nous même au volant… (Testarossa Audodrive). Bien sûr la perle qu’est Nightcall est présente, même si l’on ne sait toujours pas si c’est une perle par son rattachement au film Drive ou par sa réelle qualité.
Des titres déjà connus mais réajustés sont aussi de la partie (Deadcruiser, Grand Canyon et Roadgame).

Kavinsky – Protovision

Kavinsky nous offre donc un roadmovie sur cd. Cependant, l’univers n’a rien de novateur puisqu’on ne peut s’empêcher de penser à l’univers de Drive par les sonorités et par la typographie utilisée sur la pochette, de même que la silhouette de Kavinsky semble avoir des airs d’un certain driver…
Drive était un bon tremplin mais peut-être aurait-il fallu s’en détacher un peu.

sortie : 25 février 2013
Kavinsky – Outrun
2.5
Réponses
  1. pauvre abruti fini kavinsky a bossé sur cet album depuis 2006 donc bien avant la sortie de Drive et le revival 80’s existait depuis bien longtemps avec de nombreux artistes dont le plus célèbre est sans doute Kavinsky mais il y a aussi Anoraak, College ou bien the Outrunners par exemple.
    Renseignez vous avant d’écrire de telles débilités. C’est plutôt Drive qui s’est complètement inspiré de l’univers de types comme Kavinsky et des films qu’il cite en interview comme Christine par exemple.

    Bonnne continuation.

  2. L’abruti fini te remercie de ton commentaire pertinent… 7 ans pour sortir un album sur lequel 4 des 13 morceaux sont déjà sortis auparavant,soit. Pour le reste des « débilités »,il me semble pas avoir écrit qu’il était l’instigateur d’un nouveau mouvement musical mais que Drive avait propulsé Kavinsky aux oreilles du grand public et qu’il s’en servait en utilisant encore les mêmes codes même si cela fait partie de ces influences; et oui le revival 80’s n’est pas une création de l’artiste. Bref, si au bout de 7 ans d’attente, tu te contentes de ça alors tant mieux pour toi et bon écoute.

  3. Merci Charles Ancery, cet article m’a fait m’arrachai les cheveux avec si peu de recherche sur l’artiste. Kavinsky a crée lui même sont univers, le Label Valerie (Anoraak, College (dans la Bo de Drive aussi) et Outrunners) est très bon aussi)

  4. On sens juste une légère amertume du rédacteur suite à un bon plantage sur sont article.
    C’est pas grave sont album est juste terrible et même si (5 titres) sont déjà connu, ce disque sera mieux distribuer aux grand publique (sous la forme d’un vrais album).

  5. Pas de plantage en ce qui me concerne, on attend pas la même chose d’un album tout simplement et on ne semble pas lire la chronique de la même manière. L’amertume est dû au fait de se faire insulter, donner son avis avec politesse, ça fonctionne aussi. Pour ce qui est de la meilleure distribution, je suis d’accord avec toi « PJ Toulouse »; pour le reste, mon avis ne change pas, cet album est décevant et repose sur des acquis(ce qui ne remet pas en cause le label ou l’univers de base de Kavinsky…).

  6. Alors déjà quand on commence par « Vincent Belorgey était connu pour son Nightcall, présent sur la B.O de Drive » ça ne va pas du tout. Excuses-moi, mais ce n’est pas parce qu’il a fallu que tu (ainsi que la population) attendent de voir un titre de Kavinsky passé sur les radio françaises commerciales ou dans un film pour le connaitre qu’il n’était pas déjà connu avant ! Je tiens à rappeler aussi que « Nightcall » est produit par Guy-Manuel et que c’est Drive qui vient emprunter cette zik et non pas l’inverse. Il était déjà bien connu avant (il n’a pas eu besoin de ça) mise à part, à être connu du grand public…

    Si tu ne peux t’empêcher de penser à Drive en écoutant cette album, on ne peut rien pour toi, car cette ambiance, cette sonorité, l’artiste l’a depuis le tout début. Du même que le background (Atwork, personnages, ect…) était présent depuis le début, qu’il avoue lui même s’être inspiré de Michael Knight dans K2000.

    Donc arrêtez tous de lier Kavinsky à Drive sans arrêt… « qu’il s’en servait en utilisant encore les mêmes codes même si cela fait partie de ces influences » Drive ou pas Drive, l’album aurait été identique.

  7. Quel ennui que ce disque à part un ou deux titres déjà entendu dans ce film très surestimé… Je ne saisis pas le concept d’univers, on est loin de kraftwerk, je retourne à mes vieux Giorgio Moroder… Caresse et bises à l’oeil.

  8. Franchement j’espère que tu écris des chroniques juste comme ça pour passer le temps parce que si t’espères faire du journalisme ou bosser dans un mag ou webzine reconnu c’est mal barré pour toi mon grand. Fais un peu de recherche avant d’écrire une chronique parce que là on sent que le sujet est pas du tout mais DU TOUT maitrisé.
    Soit, l’album est à chier, mais c’est pas pour ça qu’il fallait que ta chronique le soit aussi.

    Cordialement.

  9. Dommage pour Kavinsky. Connu sur une obscur compilation de nouveaux talents français en 2006 avec son titre « Testarossa Autodrive » (toujours aussi réussi), puis plus ou moins disparu de mes écrans radars. La « consécration » avec un film. Mis à part ça, album bof. Univers et visuels assez réussis. M’enfin, c’est juste de la zic que je mettrais pour me réveiller le matin à 160 sur l’autoroute (déconnade)

    @l’auteur de ce blog: je sais pourquoi je n’ai pas ouvert de blog pour y pondre des chroniques. Uniquement parce que je préfère lire des gens qui ont de vrais choses à dire. Désolé pour toi, mais la moitié de ce que tu dis est faux (en particulier le haut). C’est le problème d’Internet, tout le monde donne son avis, même sur de la médiocrité (et encore une fois, Kavinsky époque anté-Drive ça pouvait le faire), et ça devient navrant.
    Bonne continuation quand même.

  10. Pourquoi les gens sont si méchants ici? La chronique sert à donner son avis sur un disque. Pourquoi ne pas débattre calmement avec chacun ses arguments, on n’est pas en train de voter pour celui qui va sortir au prochain épisode de Koh Lanta! Je rejoins le chroniqueur, cet album est hyper décevant. Kavinsky est bien loin d’égaler Testarossa Autodrive et Nightcall. C’est froid, répétitif, les mélodies ne sont pas recherchées, le synthé est redondant. Bref, 100% d’accord, on ne peut pas se contenter de ça venant d’un mec comme Kavinsky, avec tout le respect qu’on lui doit. Et quand le chroniqueur dit « connu pour son « Nightcall », il faut bien sûr entendre « connu du grand public ». De mon point de vue, suivant son actualité depuis son premier EP, ça ne change absolument rien à l’histoire. Après, c’est vrai que pour l’univers visuel, le fait de dire qu’il a des allures de « driver » n’est pas forcément pertinent.

  11. En effet, je suis trouve dommage le peu de recherche. Il a simplement réunit ses morceaux sur un album. Mais beaucoup de morceau son du « remix » Blizzard, viens de la vielle serie « san ku kai ».
    Protovision a été inspiré par une musique de Albator 78. Et pour rampage, on retrouve Dragon Ball Z. Donc on est loin pour moi de l’univers de Drive :)
    Y a du Remis de musique de Outrun aussi. Sur ceux…

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Pictish Trail – Thumb World

L’Écossais Johnny Lynch aka Pictish Trail est tellement fou qu’il ferait passer son compatriote Steve Mason (The Beta Band) pour quelqu’un de totalement ennuyeux. La preuve avec Thumb World, son nouvel album.

The Lost Brothers - After The Fire After The Rain

The Lost Brothers – After The Fire After The Rain

Encensés par Richard Hawley, produits par Brendan Benson (The Raconteurs) et amis de M. Ward, les Lost Brothers ont tout pour réussir. Si c’est le cas au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis (où ils vont assurer la première partie de M. Ward lors de sa prochaine tournée), fort est de constater que la greffe ne prend…

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.