Rhye – Woman

chronique : Rhye - Woman Nous ne prenons pas trop de risques en prévoyant un futur radieux au duo formé par le canadien Mike Milosh et le norvégien Robin “Hannibal” Braun. L'album Woman vient chasser sur les terres des Metronomy et consorts et pourrait décrocher la cagnotte en France. Oui car c'est déjà le cas chez nos voisins anglo-saxons.

Rhye

Les Rhye réussissent un petit exploit : obtenir une meilleure note chez les pisse-froid de Pitchfork (8,5/10) que chez les éjaculateurs précoces du N.M.E. (5/10). Il faut le faire quand même.
L’album Woman est porté par un single bien ficelé. La voix douce et sensuelle de Milosh fait des ravages sur les mélodies de The Fall. Froid canadien et spleen scandinave.
One of those summer days fonctionne sur la même logique.
Et après ? C’est le problème.

Rhye – The Fall

Le reste des chansons mérite une place de choix sur une play-list mêlant le pire des années 80. Phil Collins, Midnight Oil et le quart d »heure slow assuré par Rhye. Une chanson comme Verse a le don d’accumuler les poncifs. Idem pour les boucles de Shed Some Blood et cette production convenue et pénible.
Mais comme nous sommes des gens aimables, nous ne nous attarderons pas plus longtemps sur ce disque aux promesses sensuelles et aux réalisations pénibles. Il y a des problèmes bien plus important : la faim dans le monde, la crise économique et surtout le nouveau disque de Christophe Maé.

Rhye – Woman
4/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
2 réponses sur « Rhye – Woman »

Cher Louis,
Je conçois qu’on n’aime pas Metronomy, mais là en comparant Rhye, aussi fade d’ennuyeux à Metronomy tu t’es quelque peu vautré, non?

Cher Conquerant,

J’apprécie Metronomy et je ne pense pas m’être vautré.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Themagiclantern-noonesfault

Non coupable

De l’étreinte musicale. Avec une économie de mots et une douceur infinie, The Magic Lantern éclaire notre nuit sentimentale.
Black Lilys @ Club Transbo, Lyon | 24.11.2022 © Stéphane THABOURET

Photos : Black Lilys @ Club Transbo, Lyon | 24.11.2022

Les Black Lilys ont rugi de plaisir de retour sur leurs terres lyonnaises après des concerts à Londres ou à Budapest. Ils viennent de sortir leur deuxième album, New Era sur le label La Ruche et Stéphane Thabouret était présent pour saisir les soubresauts de Störm ou la caresse de Gymnopédie.
Blacklilys-newera

Vidéo : Black Lilys – New Era

Se relever. Se régénérer. Et finalement renaître. Black Lilys titre son deuxième disque New Era et point d’errance ici, que de bonnes ondes, celles que l’on recueille tels des chamanes dans la forêt matricielle.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.