Edwyn Collins - Understated

Edwyn Collins sort enfin son huitième album. Il aura pris son temps l’Écossais. Trois ans séparent ce nouveau disque du très recommandable Losing Sleep.
Edwyn est comme ça. Il prend son temps et pense aux autres. Pendant ces trois années, le type a produit des disques comme celui des Charles Boyer and The Voyeurs. Et a recruté une petite armada de gens de bonne compagnie pour enregistrer ce disque.

Edwyn Collins

Les amateurs de pop estampillée Urban Outfitters vont l’avoir mauvaise: adieu les Drums et tchao les Cribs. Pour ce disque, Edwyn Collins a recruté des piliers de la vieille garde (Walbourne, bodyguard de Ray Davies et des types des Dexys Midnight Runners). Et l’ambiance s’en ressent.
Understarted est un disque sombre aux influences soul évidentes. Véritable caméléon, l’ex leader des Orange Juice claque son talent d’écriture sur une table couverte de disques des 70’s.

Edwyn Collins – TOO BAD (THAT’S SAD)

Cependant les gimmicks sont là. Dilemna qui ouvre le bal pourrait se retrouver sur n’importe quel disque d’Edwyn Collins.
Le basculement se fait sur Carry On, Carry On. Les cuivres annoncent la couleur. On ne regarde plus vers Glasgow la moche ou Liverpool l’attendrissante. Direction Detroit et le siège de la Motown.
Et là il déroule. Crooner sur Down the line, Edwyn Collins terrasse tout le monde sur le morceau éponyme.
Nom de Zeus. Prêcheur pop, Collins surplombe une guitare et une basse pécheresses qui n’ont d’autre choix que de se rendre.

Edwyn Collins - Understated
4.5Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis