The Pastels – Slow Summits

The Pastels - Slow Summits
Stephen McRobbie n'est pas un type pressé. Il y a vingt ans, alors que tous ses concurrents dégoupillaient des singles tous les quinze jours, lui sortait des disques tous les quatre ans. Il est comme ça le Stephen. Dans sa bulle. Et chaque sortie d'un album de son groupe est une petit événement dans le monde de la pop écossaise. Après une collaboration avec les Japonais de Tenniscoats en 2009, revoilà donc les Pastels avec un album en leur nom propre.

The Pastels

Bienvenue dans le monde de la perfection pop. Au même titre que Norman Blake des Teenage Fanclub, Stephen McRobbie est un petit orfèvre de la chanson pop. La comparaison s’arrête assez rapidement…
En effet, à la différence des Fannies, les Pastels privilégient une sévère économie de moyens et une atonie vocale qui pourrait être un motif de renvoi chez n’importe quel autre groupe. Wrong light et Night Time Made Us sont des petits menuets portant la voix d’un Stephen Pastel d’outre-tombe. McRobbie excelle toujours dans le contre-pied.

The Pastels – Check my heart

Discographie

La batteuse Katrina Mitchell vient donc mettre un peu d’entrain dans cette affaire.
Elle pose sa voix sur le premier single Check My Heart et le rend dément. Ce morceau laisse une ribambelle de rigolos pop sur la bande d’arrêt d’urgence. Il en va de même avec le jouet cassé de Come To The Dance. Oui car chez les Pastels, les choses ne sont jamais simples. On brise n’importe quelle mélodie fluette et on la transforme chanson autistique. Sinon cela ne serait point drôle. Summer Rain en est la démonstration éclatante.

A dans six ans. Ou dix.

The Pastels – Slow Summits
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
2 réponses sur « The Pastels – Slow Summits »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

The Pastels (copyright The Pastels)

[1997 – 2017] Illumination, la toile de maître des Pastels

En 1997, les Pastels entrèrent en studio pour donner naissance à Illumination, leur quatrième album. Deuxième album pour Domino (qui les soutient comme aucun autre label ne soutient ses groupes), Illumination est un disque où les Pastels prennent tous les risques. Stephen McRobbie arrive à conserver l’A.D.N. des chansons des Pastels mais offrent à ces […]
The Goon Sax - Up To Anything

The Goon Sax – Up To Anything

L’année 2016 est déjà pliée pour les Australiens de The Goon Sax. Ce trio de jeunes premiers vient de ramasser 5 étoiles chez le très prestigieux The Guardian pour son premier disque Up To Anything. L’équivalent d’un FFFF chez Télérama doublé d’un disque du mois chez Rock & Folk pour ainsi dire.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.