L’année 2016 est déjà pliée pour les Australiens de The Goon Sax. Ce trio de jeunes premiers vient de ramasser 5 étoiles chez le très prestigieux The Guardian pour son premier disque Up To Anything. L’équivalent d’un FFFF chez Télérama doublé d’un disque du mois chez Rock & Folk pour ainsi dire.

James Harrison, Riley Jones et Louis Forster ne pensaient sûrement pas avoir de telles chroniques quand ils ont commencé à enregistrer leurs morceaux de dépressifs dans la chambre du premier sus-cité. Forster dîtes vous ? Oui Louis est bien le fils de Robert (The Go-Betweens). Ce dernier lui a transmis ce flegme aristocratique, cette mèche et ce super pouvoir de trousser des mélodies comme personne.

The Goon Sax, c’est donc l’histoire de deux amis qui recrutent une Moe Tucker (Riley Jones, un mois de batterie dans les pattes quand elle a débuté l’aventure) et qui écrivent des chansons pour écrire des chansons. Sauf que ces dernières ne sont pas n’importe quelles chansons. The Goon Sax, c’est les The Pastels à l’heure australe, le Teenage Fanclub qui se dore la pilule sur une terrasse anonyme de Brisbane. Bref dans ce bordel organisé, où James et Louis alternent la prise de parole pour déclamer sur un ton morne et faussement triste des rimes simples, tout est étrangement rangé.

The Goon Sax – Boyfriend

Signés chez Chapter Music, ces trois là enquillent des perles sans s’en rendre compte. On les a découverts avec Sometimes Accidentally et on pensait en rester là. Sometimes Accidentally est arrivée par accident ? Non, non mon bon monsieur. Les douze titres d’Up To Anything sont du même tonneau.
Il faut d’urgence se précipiter sur la belle Susan et décrocher le Telephone.

Bon orgasme !

Up To Anything de The Goon Sax sera publié le 8 avril dans nos contrées via le label Chapter Music.

The Goon Sax - Up To Anything

The Goon Sax - Up To Anything

Tracklist : The Goon Sax - Up To Anything
  1. Up To Anything
  2. Sometimes Accidentally
  3. Target
  4. Telephone
  5. Home Haircuts

  6. Boyfriend
  7. Sweaty Hands
  8. Susan
  9. Making The Worst
  10. Anyone Else
  11. Maggie
  12. Ice Cream (On My Own)

The Goon Sax – Up To Anything4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Robert Forster

En attendant Forster

Robert Forster est de retour. Enregistré avec Victor Van Vugt, déjà présent à l’époque de Danger in the Past, Inferno étonne par son apparente simplicité et séduit par son efficacité redoutable. Ecouter ce disque nous renvoie au début des années 90. A la fin de 1989, les chemins de Grant McLennan et Robert Forster se…
Franck Carter © Fabrice Buffart

Triomphal TINALS #3 !

Le TINALS 2018 est en approche du 1er au 3 juin avec comme toujours une programmation impressionnante sous le soleil gardois dans l’antre accueillante Paloma ! L’occasion de revenir sur l’énormissime édition 2017 avec les photos de Fabrice Buffart de la troisième journée !

[1988 – 2018] The Go-Betweens, Pictures for your memory

Premier album des Go-Betweens à entrer dans le Top 50 australien (de justesse…) et dernier album de la période dite classique du groupe, 16 Lovers Lane arriva sans prévenir en 1988 et arrive toujours à égayer nos journées pluvieuses de 2018.
The Pastels (copyright The Pastels)

[1997 – 2017] Illumination, la toile de maître des Pastels

En 1997, les Pastels entrèrent en studio pour donner naissance à Illumination, leur quatrième album. Deuxième album pour Domino (qui les soutient comme aucun autre label ne soutient ses groupes), Illumination est un disque où les Pastels prennent tous les risques. Stephen McRobbie arrive à conserver l’A.D.N. des chansons des Pastels mais offrent à ces…

[1997-2017] L’enivrant Grant McLennan

Le duo formé par Robert Forster et Grant McLennan passa les années 90 de manière séparée. En effet, après avoir publié 16 Lovers Lane en août 1988, les Go-Betweens rentrèrent en hibernation. Robert Forster et Grant McLennan se lancèrent alors chacun dans une carrière solo. McLennan publia quatre albums : voici l’histoire de l’enregistrement de…

Plus dans Chroniques d'albums

Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.