Retour aux affaires pour le mélancolique frénétique Cyrz, il jouait au Mistral Palace de Valence ce samedi, c’était son premier concert depuis 2 ans.

Cyrz au Mistral Palace

Cyrz au Mistral Palace

Et pourtant Cyrz n’a pas été inactif. Il est devenu doublement papa, ce qui n’est pas une mince affaire.

Ce samedi Cyrz était l’invité avec les lyonnais de Yard de la photographe Carine Chevalier qui exposait au Mistral Palace des photos de la colorée Burano chère à Dominique A.

Cyrz, c’est un gars qui transpire la poésie de ses chansons par tous les pores de la peau, voir, en fait des ‘rototos’. Il n’aime pas qu’on les qualifie de littéraires mais pourtant il fait parti de ces artistes qui choisissent ses mots avec soin.

Cyrz joue avec les mots, avec les maux, il nous emmène souvent en voyage immobile avec des mots valises qui nous en mettent plein les mirettes sans cernes !

Cyrz au Mistral Palace

Cyrz au Mistral Palace

Cyrz, c’est une sensibilité à fleur de peau, parfois vache.

Cyrz, ce sont des chansons gigognes qui se lisent et s’écoutent, des textes qui prennent parfois de l’ampleur, se développent sur une même composition.

Cyrz veut faire partager plus que ses chansons, il souhaiterait des titres hyper-textualisés, car une chanson ne se suffit pas à elle-même.

Cyrz a dans ses tiroirs et ses placards des centaines de chansons depuis celles rassemblées sur Un morceau de mon avenir ou sur Mélancolie Frénétique qu’il désespère de dévoiler au plus grand nombre.

On ne peut oublier Cyrz quand on a entendu ses chansons lypémaniaques lumineuses, chantées fébrilement, assis sur son tabouret pivotant, cherchant des yeux des amis pour évacuer son trac, car il joue sur la corde, sensible, une vingtaine de titres totalement nouveaux, des chansons à l’os qui s’égrènent sur son pupitre et évoluent sans cesse au gré de son humeur. Elles ont quasi toutes été enregistrées et n’attendent qu’un label amateur de mots.

Non, vraiment, on ne peut oublier Cyrz.

Cyrz

Cyrz – Live au Mistral Palace