Scott Of The Antarctic – Same EP

Scott of the antarctic - Same EP
Ce n’est ni un officier de la Royal Navy, ni un explorateur polaire britannique. Quoique. Scott, c’est un genre d’hommage hilare au Flying circus des Monthy python. Son prénom c’est Jérôme. Ca fait un moment qu’il traine ses guêtres dans les rues de Paris. Copain et guitariste des Captain kid, La Féline, Melody's Echo Chamber, Reza et d’autres encore, il a voulu y mettre de sa prosodie enjouée, balancer son propre groove et ses poèmes mélancoliques.

Produit par le tout nouveau label Savoury Snacks Records, son premier EP à l’étiquette pop-folk est comme un retour de voyage évasif d’un froid glacial polaire aux tropiques brésiliens heureux. Une douce escale solitaire.
On y retrouve subjectivement des inspirations afrobeat à la Kuti, un tropicalisme Gilberto Gil au ministère, en passant par la grâce spirituelle des Fleet foxes – Quiet wild– et des langueurs de farniente d’un Jack Jonhson croisé sur la plage – Chickens. Sur One fuzzy morning, je me passe en boucle la sensualité des échos de voix qui viennent caresser les oreilles avec le « tchi-tchi » des maracas qui rappelle étrangement celui des cigales.
Sur ces arpèges égrainés au nylon, on est clairement sur le transat d’été, adonné aux mains d’une délicieuse vahiné à des kilomètres du traintrain urbain. Scott y aurait sans doute puisé dans les souvenirs des parfums d’enfance d’une région gorgée de soleil.

Quiet wild. Le ton mélancolique accompagné des proses finales du violoncelle rappelle un peu l’engourdissement du corps et appelle au repos de l’âme. « C’est comme lorsqu’en plein hiver vous êtes seul dans votre appartement, le chauffage s’allume et vous ressentez un petit frisson. » m’explique Scott.

Chanter les pieds dans l’eau, flirter avec l’écume des vagues, Scott en rêverait. Mais pas en Antarctique. Sur une colline, dans une rue, ou même dans sa salle de bain, il le fera. Ce sera brut et varié. Au gré des saisons et des instants de vie, comme lui.

Ne le ratez pas, le 3 décembre au Pop In à Paris, dans le 11ème.

Tracklist : Scott Of The Antarctic - Same EP
  1. Chickens
  2. One Fuzzy Morning
  3. Quiet Wild
  4. Day Boy
  5. I Can't Breathe

Scott Of The Antarctic – Same EP
7/10

Cela pourrait vous intéresser

Aleladiane-whenwebelieved

Vidéo : Alela Diane – When We Believed

« L’amour fait songer, vivre et croire » écrivait Victor Hugo dans Les Contemplations. Alela Diane nous tend un miroir avec son nouvel album à paraitre à l’automne chez Believe / Naive.
Blacklilys

Lendemain de fête

Pendant que certains insouciants égoistes se ruent à la plage ou profitent de leurs piscines de lotissements pavillonnaires, d’autres luttent pour sortir des ténébres.
Andrew Bird – Make A Picture

Vidéo : Andrew Bird – Make A Picture

Avec plus d’une vingtaine d’albums, Andrew Bird continue de se réinventer en creusant dans son dernier album, Inside Problems les affres de son intimité.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.