Orange Juice : Rééditions

Orange Juice (Crédits: David Corio/Redferns)
Glasgow reste et restera la ville des perdants magnifiques. Élève exemplaire de cette situation géographique singulière : Orange Juice.


A coté, les membres de Belle and Sebastian passent pour d’authentiques célébrités hollywoodiennes.
Avant de dépasser Kim Deal et son Cannonball avec son A Girl Like You, l’ami Edwyn Collins est à la tête d’un groupe dont l’insuccès chronique est inversement proportionnel au talent des membres du groupe. Un vrai cas d’école.

Domino Records rend donc de nouveau accessible les trois albums du groupe et l’EP Texas Fever. Plus besoin de donner rendez-vous à un type louche sous un pont qui franchit la Clyde pour acheter un disque d’Orange Juice… Plus besoin de débourser l’argent de poche de l’année pour acheter Texas Fever.
Sortie prévue le 03 février 2014.

Orange Juice

Domino Records ressort de l’ombre les quatre disques d’Orange Juice sans qui sa tête de gondole actuelle ne serait pas grand chose. Le label devrait rafler la mise rapidement. On se rappelle de la déflagration qu’avait constitué en 2005 la sortie de la compilation The Glasgow School. Quoi, il y avait des musiciens à Glasgow avant Franz Ferdinand ?
Il faudra tout de même se reporter aux compilations du groupe (The Glasgow School et Coals To Newcastle pour bénéficier des faces B et des inédits) car ces rééditions en sont totalement dépourvues.

Discographie

Remastérisés et rhabillés, les disques d’Orange Juice sont donc prêts pour affronter une nouvelle génération de gens de bon goût.
You Can’t Hide Your Love Forever , boite de Pandore du rock indé depuis sa sortie en février 1982, fait toujours le même effet. La déflagration post punk Falling And Laughing, le foutraque Satellite City… Tout est là. Les guitares de James Kirk, les cuivres et la production d’Adam Kidron: tout ce petit monde est au service de la voix du crooner Collins, Tony Bennett méchu qui écrase de classe la masse de la concurrence.
You Can’t Hide Your Love Forever montre un groupe fichtrement libre qui se fiche de tout. Ça tombe bien, le succès se fiche d’eux.. Pour le coup, en 1982, les Orange Juice obtiennent le meilleur classement de leur courte histoire. Vingt-et-unième. Pas sûr que le public soit sensible aux désirs tordus de ces Écossais qui maltraitent les mélodies et déforment tout ce qu’ils trouvent.

Orange Juice
Orange Juice (Crédits: David Corio/Redferns)

L’affaire aurait pu prendre une autre tournure avec la sortie du deuxième disque des joyeux drilles huit mois plus tard.
Mais non.
Enregistré à Londres avec un groupe renouvelé (le guitariste James Kirk et le batteur Steven Daly ont quitté le navire et sont respectivement remplacés par Malcom Ross et Zeke Manyika), Rit It Up fait un four dans les charts. Malgré le succès tout relatif du single Rit It Up, mix génial entre Chic et les Buzzcocks, la mayonnaise ne prend pas. Et pourtant…
Zeke Manyika, Paul Simon de l’affaire, offre à Edwyn Collins un tremplin pour prêcher ses textes. Graceland avant l’heure. L’apport de Manyika (A Million Pleading Faces et Hokoyo), l’instinct pop de la doublette Collins/McClymont (I Can’t Help Myself) et les guitares de Ross font de Rit It Up une véritable madeleine de Proust: on se rappellera toujours de l’endroit où le très cuivré Flesh of My Flesh a raisonné pour la première fois.
Groupe libre, Orange Juice ne s’interdit rien. Les Highlands sont loin derrière et le groupe galope dans les plaines africaines et américaines. Pop, soul, funk. Tout y passe.

La suite ne sera que désillusion. Les six morceaux de l’E.P. Texas Fever produits par le très dub Dennis Bovell (guitariste des excellents Matumbi) n’auront aucun effet sur la clientèle des H.M.V.
Le chant du cygne est pour 1985. Collins, uniquement épaulé par Bovell et Manyika, lâché par sa fidèle garde, sortira l’un des plus beaux derniers disques de groupe. The Orange Juice laisse Collins écrire peut être ses plus belles chansons.

La suite, tout le monde la connait.

Orange Juice – Rip it Up (Official Video) (1983)

Tracklist : Orange Juice - You Can’t Hide Your Love Forever
  1. Falling And Laughing
  2. Untitled Melody
  3. Wan Light
  4. Tender Object
  5. Dying Day
  6. L.O.V.E. (Love)
  7. Intuition Told Me (Part 1)
  8. Upwards And Onwards
  9. Satellite City
  10. Three Cheers For Our Side
  11. Consolation Prize
  12. Felicity
  13. In A Nutshell
Tracklist : Orange Juice - Rit It Up
  1. Rip It Up
  2. A Million Pleading Faces
  3. Mud In Your Eye
  4. Turn Away
  5. Breakfast Time
  6. I Can’t Help Myself
  7. Flesh Of My Flesh
  8. Louise Louise
  9. Hokoyo
  10. Tenter Hook
Tracklist : Orange Juice - Texas Fever
  1. Bridge
  2. Craziest Feeling
  3. Punch Drunk
  4. The Day I Went Down To Texas
  5. A Place In My Heart
  6. A Sad Lament
Tracklist : Orange Juice - The Orange Juice
  1. Lean Period
  2. I Guess I’m Just A Little Too Sensitive
  3. Burning Desire
  4. Scaremonger
  5. The Artisans
  6. What Presence?!
  7. Out For The Count
  8. Get While The Gettings Good
  9. All That Ever Mattered
  10. Salmon Fishing In New York

Orange Juice : Rééditions
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Orange Juiice

[Micro-Photos] Les vitamines d’Orange Juice

David Corio a commencé sa carrière de photographe à Londres en 1978. Pigeant pour le N.M.E au début des années 80, Corio est aux premières loges pour attraper avec son appareil les groupes issus du mouvement punk anglais. Aztec Camera, Felt, Orange Juice… Ces jeunes groupes du début des années 80 sont appelés à marquer […]

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.