Ed Harcourt – Time Of Dust

Ed Harcourt - Time Of Dust

Ed Harcourt - Time Of Dust
Ed Harcourt – Time Of Dust

Avec Here Be Monsters et surtout From Every Sphere, Ed Harcourt aurait pu devenir le maître du monde. Ou de la pop anglaise. Mais ce destin se refusa à lui et Ed la Mèche fut toujours cantonné au rôle de songwriter plus ou moins maudit et surtout confidentiel.


Les masses passent à coté de quelque chose. Si Harcourt n’est pas doué pour la sélection de ses chansons, force est de lui reconnaître un sacré talent pour la chanson habitée accompagnée d’un piano.
2014 débute donc avec le retour d’Harcourt sous le signe de la dépression. Tout le contraire du baroque The Beautiful Lie, son dernier grand disque en date.

Ed Harcourt

Changement radical et salvateur pour Ed Harcourt. Après quelques livraisons dispensables, le bougre revient vers nous avec un disque aussi court que sombre. La presse anglo-saxonne est tombée à ses pieds. On attend la sentence de Pitchfork. Sachant Here Be Monsters avait récolté l’excellente note de 4…
Louvoyant entre Richard Hawley et Brett Anderson, les six titres sont impeccablement produits.
The Saddest Orchestra (It Only Plays For You) et Parliament Of Rooks forment les deux pièces de choix de ce disque. Ed Harcourt fournit ici deux grands titres épiques et classiques qui font de l’ombre aux quatre autres. Problème récurrent chez Harcourt : quelques titres éclipsent toujours le reste.
Alors on oublie Love Is A Minor Key ou encore le très sobre Come Into My Dreamland. Et on s’en veut.

Discographie

Ed Harcourt – The Saddest Orchestra (It Only Plays For You)

Ed Harcourt - Time Of Dust

Ed Harcourt – Time Of Dust
7/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !
1 réponse sur « Ed Harcourt – Time Of Dust »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

[2000 – 2020] Studios (Ed) Harcourt

On l’a aperçu sur scène aux côtés des Libertines et de Marianne Faithfull. On l’entendra bientôt aux côtés de Mark Lanegan sur un des titres de Straight Songs of sorrow. Et on va surtout réécouter Maplewood, qui fête cette année ses 20 ans. Ce premier disque, paru chez Heavenly Recordings, fut le début d’une discographie […]
Ed Harcourt

Ed Harcourt toujours

Quand il n’accompagne pas The Libertines et Marianne Faithfull avec son piano, Ed Harcourt enregistre des disques. Et comme il s’agit des plus beaux disques du monde, on est forcément ravi quand on apprend que la sortie d’un nouveau Harcourt est imminente.
Ed Harcourt - Furnaces

Ed Harcourt court toujours

En 2001, ce natif de Brighton avait frappé un grand coup avec son premier disque. En effet, Ed Harcourt n’avait pas fait les choses à moitié avec Here Be Monsters. Ce disque avait retourné tous les romantiques de ce bas monde. Sous la houlette de Tim Holmes et de Gil Norton, Ed Harcourt chantait des […]

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.