Ed Harcourt – Time Of Dust

Ed Harcourt - Time Of Dust
Avec Here Be Monsters et surtout From Every Sphere, Ed Harcourt aurait pu devenir le maître du monde. Ou de la pop anglaise. Mais ce destin se refusa à lui et Ed la Mèche fut toujours cantonné au rôle de songwriter plus ou moins maudit et surtout confidentiel.


Les masses passent à coté de quelque chose. Si Harcourt n’est pas doué pour la sélection de ses chansons, force est de lui reconnaître un sacré talent pour la chanson habitée accompagnée d’un piano.
2014 débute donc avec le retour d’Harcourt sous le signe de la dépression. Tout le contraire du baroque The Beautiful Lie, son dernier grand disque en date.

Ed Harcourt

Changement radical et salvateur pour Ed Harcourt. Après quelques livraisons dispensables, le bougre revient vers nous avec un disque aussi court que sombre. La presse anglo-saxonne est tombée à ses pieds. On attend la sentence de Pitchfork. Sachant Here Be Monsters avait récolté l’excellente note de 4…
Louvoyant entre Richard Hawley et Brett Anderson, les six titres sont impeccablement produits.
The Saddest Orchestra (It Only Plays For You) et Parliament Of Rooks forment les deux pièces de choix de ce disque. Ed Harcourt fournit ici deux grands titres épiques et classiques qui font de l’ombre aux quatre autres. Problème récurrent chez Harcourt : quelques titres éclipsent toujours le reste.
Alors on oublie Love Is A Minor Key ou encore le très sobre Come Into My Dreamland. Et on s’en veut.

Ed Harcourt – The Saddest Orchestra (It Only Plays For You)

Discographie

Ed Harcourt - Time Of Dust

Ed Harcourt – Time Of Dust
7/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
1 réponse sur « Ed Harcourt – Time Of Dust »

Je suis venu voir sans m’attendre à grand chose et voilà une belle surprise avec un Harcourt qui mûrit bien dans la voix et dans la musique.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Ed Harcourt

[2000 – 2020] Studios (Ed) Harcourt

On l’a aperçu sur scène aux côtés des Libertines et de Marianne Faithfull. On l’entendra bientôt aux côtés de Mark Lanegan sur un des titres de Straight Songs of sorrow. Et on va surtout réécouter Maplewood, qui fête cette année ses 20 ans. Ce premier disque, paru chez Heavenly Recordings, fut le début d’une discographie […]
Ed Harcourt

Ed Harcourt toujours

Quand il n’accompagne pas The Libertines et Marianne Faithfull avec son piano, Ed Harcourt enregistre des disques. Et comme il s’agit des plus beaux disques du monde, on est forcément ravi quand on apprend que la sortie d’un nouveau Harcourt est imminente.
Ed Harcourt - Furnaces

Ed Harcourt court toujours

En 2001, ce natif de Brighton avait frappé un grand coup avec son premier disque. En effet, Ed Harcourt n’avait pas fait les choses à moitié avec Here Be Monsters. Ce disque avait retourné tous les romantiques de ce bas monde. Sous la houlette de Tim Holmes et de Gil Norton, Ed Harcourt chantait des […]

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.