Monument Valley – Walking On Skin

Monument Valley - Walking On Skin
L’univers enchanteur et planant du londonien – et se revendiquant comme tel dans ses vidéos - officiant sous le pseudonyme de Monument Valley nous avait déjà capturé les oreilles avec Your Cover Blown, ce genre de chansons que l’on peut écouter le temps d’une éternité environ, sans s’en lasser.

Monument Valley

Cette fois-ci, c’est encore sur la toile que l’histoire a lieu. Puisque Ned Younger, de son vrai nom, se plait à demeurer à une échelle relativement intime, c’est d’abord sur internet que son premier album, Walking On Skin, est disponible début juin.
On y retrouve, évidemment et heureusement, les déjà connues Your Cover Blown, Decade of Divas – réenregistrée et plus lunaire cette fois, à la façon de la précédente citée -, When I Go Clear et la plus récente Plans. Si ce premier volume sonore ne surprend guère, c’est avec joie que l’on retrouve un musicien fidèle à lui-même, à la voix et aux mélodies toujours aussi apaisantes, et dont les mélodies ont toutes ce « petit truc », soutenues par une union synthé/guitare à la Monument Valley que l’on avait aimés à ses tous premiers pas en tant que tel.
Conteur d’histoire et de différentes formes de solitude, sensible et touchant, le jeune homme nous rend accro à ses enregistrements ; Too Loud, qui introduit ce LP, ferait presque songer à un habile brassage de Soap & Skin et Chris Garneau dans son instru ; Tattooed Fists nous livre son histoire avec nostalgie et délicatesse, mais insufflant avec force un vent de robustesse et de vitalité (« And they waited for you to fall but your glass jaw isn’t glass anymore »). La voix de Kerry Leatham accompagne toujours notre narrateur pour When I Go Clear, et Walking Home, déconcertante par sa musicalité plus commune, n’en est pas moins une réussite de par sa mélodie, portée par une voix plus vigoureuse qu’à l’accoutumée. Enfin, Plans, avec des paroles toutes aussi soignées que ses consœurs (« You’re saying now that you wished me luck but never meant me to have that much »), clôt ce premier album, que l’on trouvera forcément trop court (une demi-heure).

Monument Valley – Tattooed Fists

A l’instar de son artwork, la musique de Monument Valley est simple mais magnifique, naturelle, accompagne le quotidien de tout un chacun. Et si vous n’aviez pas été insensible à son compatriote britannique King Krule sans pour autant en devenir un inconditionnel, c’est peut-être avec Ned Younger que vous trouverez la fragilité, la délicatesse et l’évidence de la vie dont vous manquiez pour être hypnotisé. Et si vous éprouvez l’envie de vous évader dans un univers où une réalité cruelle devient poétique et délicieuse, Walking On Skin vous attend. Enfin.

Monument Valley – Your Cover Blown

Monument Valley – Walking On Skin
8/10

Cela pourrait vous intéresser

Richarddawson

Dawson freak

Le morne mois de novembre touche à sa fin après le débilitant vendredi noir, bientôt Noël et sa frénésie de bénévolence. Alors pourquoi ne pas se cloîtrer dans une bulle en écoutant The Hermit, la première plage de 41 minutes du nouvel album de Richard Dawson, The Ruby Cord.
Themagiclantern-noonesfault

Non coupable

De l’étreinte musicale. Avec une économie de mots et une douceur infinie, The Magic Lantern éclaire notre nuit sentimentale.
Black Lilys @ Club Transbo, Lyon | 24.11.2022 © Stéphane THABOURET

Photos : Black Lilys @ Club Transbo, Lyon | 24.11.2022

Les Black Lilys ont rugi de plaisir de retour sur leurs terres lyonnaises après des concerts à Londres ou à Budapest. Ils viennent de sortir leur deuxième album, New Era sur le label La Ruche et Stéphane Thabouret était présent pour saisir les soubresauts de Störm ou la caresse de Gymnopédie.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.