Monument Valley – Walking On Skin

Monument Valley - Walking On Skin
L’univers enchanteur et planant du londonien – et se revendiquant comme tel dans ses vidéos - officiant sous le pseudonyme de Monument Valley nous avait déjà capturé les oreilles avec Your Cover Blown, ce genre de chansons que l’on peut écouter le temps d’une éternité environ, sans s’en lasser.

Monument Valley

Cette fois-ci, c’est encore sur la toile que l’histoire a lieu. Puisque Ned Younger, de son vrai nom, se plait à demeurer à une échelle relativement intime, c’est d’abord sur internet que son premier album, Walking On Skin, est disponible début juin.
On y retrouve, évidemment et heureusement, les déjà connues Your Cover Blown, Decade of Divas – réenregistrée et plus lunaire cette fois, à la façon de la précédente citée -, When I Go Clear et la plus récente Plans. Si ce premier volume sonore ne surprend guère, c’est avec joie que l’on retrouve un musicien fidèle à lui-même, à la voix et aux mélodies toujours aussi apaisantes, et dont les mélodies ont toutes ce « petit truc », soutenues par une union synthé/guitare à la Monument Valley que l’on avait aimés à ses tous premiers pas en tant que tel.
Conteur d’histoire et de différentes formes de solitude, sensible et touchant, le jeune homme nous rend accro à ses enregistrements ; Too Loud, qui introduit ce LP, ferait presque songer à un habile brassage de Soap & Skin et Chris Garneau dans son instru ; Tattooed Fists nous livre son histoire avec nostalgie et délicatesse, mais insufflant avec force un vent de robustesse et de vitalité (« And they waited for you to fall but your glass jaw isn’t glass anymore »). La voix de Kerry Leatham accompagne toujours notre narrateur pour When I Go Clear, et Walking Home, déconcertante par sa musicalité plus commune, n’en est pas moins une réussite de par sa mélodie, portée par une voix plus vigoureuse qu’à l’accoutumée. Enfin, Plans, avec des paroles toutes aussi soignées que ses consœurs (« You’re saying now that you wished me luck but never meant me to have that much »), clôt ce premier album, que l’on trouvera forcément trop court (une demi-heure).

Monument Valley – Tattooed Fists

A l’instar de son artwork, la musique de Monument Valley est simple mais magnifique, naturelle, accompagne le quotidien de tout un chacun. Et si vous n’aviez pas été insensible à son compatriote britannique King Krule sans pour autant en devenir un inconditionnel, c’est peut-être avec Ned Younger que vous trouverez la fragilité, la délicatesse et l’évidence de la vie dont vous manquiez pour être hypnotisé. Et si vous éprouvez l’envie de vous évader dans un univers où une réalité cruelle devient poétique et délicieuse, Walking On Skin vous attend. Enfin.

Monument Valley – Your Cover Blown

Monument Valley – Walking On Skin
8/10

Cela pourrait vous intéresser

Bon Entendeur – Basta Cazzate

Vidéo : Bon Entendeur – Basta Cazzate

Vous ne partez pas en vacances cette année ? Vous appréciez l’Italie ? Bon Entendeur vous fait vivre la dolce vita depuis votre canapé avec son nouvel album Rivages sorti au printemps.

Plus dans Chroniques d'albums

Mattlow-uneviecool

Matt Low – Une vie cool

Il y a des voix qui vous séduisent, vous enveloppent, vous rassurent. Matt Low sort son deuxième album après le formidable La ruée vers l’or, et Une vie cool est drôlement bath.
Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]