Eugene McGuinness – Chroma
Who the fuck is Eugene McGuinness ?
Un Anglais qui a un don certain pour la mélodie bancale et la chanson bouleversante. En 2008, son premier disque avait cassé la baraque et les pubs environnants.
Après ? McGuinness est passé par un centre de musculation peu recommandable du nom de Miles Kane. Les mélodies se sont faites moins félines et McGuinness est devenu bedonnant.
Au régime sec depuis quelques mois, il se pourrait que le zouave soit redevenu fréquentable.

Eugene McGuinness

« Je souhaitais enregistrer un album plus direct, bâti autour d’une simple guitare » précise Eugene McGuinness. Tu m’étonnes. De la simplicité. L’ex petit génie aurait-il compris la leçon?
A l’écoute des onze titres produits par Dan Carey, le constat se fait de lui même. Cure d’amaigrissement, footing et carottes crues ont été la sainte trinité de l’enregistrement de Chroma.

Eugene McGuinness – Godiva

On peut évidemment critiquer la construction de ce disque autour d’une simple guitare. Surtout quand le meilleur titre du disque est bâti autour de quelques touches de piano et de subtils froissements de batterie. All in all, c’est son nom, fera pleurer toutes les chaumières du Kent et du Sussex.
Les autres titres sont donc dotés d’une certaine simplicité et ont en point de mire la guitare. Eugene McGuinness retrouve sa faculté à envoyer certains poncifs au septième ciel (Heart of Chrome, Amazing Grace) et son groove qui nous manquait tant. Le refrain de She Paints Houses fera écho aux saints moments du premier disque.
On oubliera bien volontiers quelques lourdeurs indigestes (Immortals par exemple).

Welcome home Boy.

Tracklist : Eugene McGuinness - Chroma
  1. Godiva
  2. Amazing Grace
  3. I Drink Your Milkshake
  4. She Paints Houses
  5. Immortals
  6. Crueller Kind
  7. Deception Of The Crush
  8. All In All
  9. Black Stang
  10. Heart Of Chrome
  11. Fairlight
Eugene McGuinness – Chroma3.5
7/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
2 réponses sur « Eugene McGuinness – Chroma »

« McGuinness est passé par un centre de musculation peu recommandable du nom de Miles Kane. » !!!
Bonjour ! Je suis tombé par hasard sur votre blog et suis pour le moins étonné par cette phrase lapidaire. En effet, bien que je ne me sente pas directement visé, n’ayant absolument rien du fan transi ne supportant pas qu’on touche à ses icônes, j’aurais néanmoins apprécié qu’elle soit étayée. Voilà, c’est tout ! Juste envie de quelques précisions, par simple curiosité, merci. Cheers ! dbbc

McGuinness était un gentil petit gars avec ses premiers disques. Après avoir fait des heures chez Kane, le voilà devenu un garçon facile.
Satisfait?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Teleman - Brilliant Sanity

Teleman – Brilliant Sanity

Le nouveau disque des Teleman contient dix fois plus de bonnes chansons que le premier ! Et comme cet album possède onze chansons, cela vous donne rapidement une idée de la qualité de la chose. Après le démantèlement de la maison Pete & The Pirates, les frères Sanders étaient réapparus sous le nom de Teleman…
Eugene McGuinness - Godiva

Vidéo : Eugene McGuinness – Godiva

Eugene McGuinness évoque sa lady Godiva (ode à l’onanisme musical ?) dans son nouveau titre extrait de son prochain album, Chroma à paraître le 07/07/14 (!). Ok, il a bien changé sur la photo ci-dessous, vous pouvez encore le préférer dans les portraits de Rémy Grandroques. Eugene McGuinness – Godiva
Portrait : Eugene McGuinness

Eugene McGuinness y va

Eugene McGuinness (© photo : Rémy Grandroques) Après quelques errements d’un goût douteux (The Invitation To The Voyage), le petit surdoué de la pop anglaise revient cet été avec un nouveau disque intitulé Chroma. Annoncé pour le 07 juillet 2014, il s’annonce comme un retour aux sources et surtout à la simplicité. La preuve par…
Top 2012 - SOUL KITCHEN

Top album & more 2012

Bon sang de bonsoir, pensais-je hier, en me renversant sur mon fauteuil en cuir, un verre de scotch dans une main et une attachée de presse dans l’autre, l’année 2012 était enfin terminée. Trois cent soixante-cinq jours de dur labeur à trimer pour le plaisir de vos oreilles, esclave de la musique enchaîné à mon…
Skip The Use @ Stereolux, Nantes | 29.11.2012

Top photos 2012

Une année de plus pour Soul Kitchen, une année riche en photos, découvertes musicales, chroniques et vidéos. Cet article est le premier de nos trois « Top 2012 » et cette année nos photographes ne sont pas restés dans les salles de concert, ils sont également allés à la rencontre des artistes pour leur tirer le portrait.

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.