Interpol – El Pintor

Interpol - El Pintor
Les fans d'Interpol sont des gens courageux. Depuis le splendide Turn on the Bright Lights, il ne s'est pas passé grand chose chez la Paul Banks Company. Ou très peu. On se rappelle des larmes qui ont coulé lorsque leur deuxième album Antics a résonné pour la première fois dans les enceintes de la chaine hi-fi de papa... Et la suite est du même tonneau. Par politesse, on ne parlera pas des escapades solo de Banks.


Alors imaginez la surprise chez ces gens quand All The Rage Back Home, le premier single d’El Pintor, a déboulé cet été. Paul Banks s’est remis à écrire des chansons! Paul Banks chante comme jamais! Et cette ligne de basse…. Que se passe t-il ? Interpol s’apprête juste à sortir le disque que tout le monde attend depuis la millième écoute de Turn on the Bright Lights.

Interpol

Et non All The Rage Back Home n’est pas le single qui cache le désert. Étrangement placé au début du disque, on pouvait s’attendre au pire. Que se passe t-il après ? Banks a t’il cramé toutes ses cartouches dans ce morceau ? Car mine de rien All The Rage Back Home replace Interpol à sa place initiale.
Les deux morceaux qui suivent (My Desire & Anywhere) montrent un Interpol en pleine forme. Tous les ingrédients sont présents : Kessler et ses sirènes hurlantes, la batterie sèche de Fogarino et cette urgence urbaine. Ça nous change de la recette à la béchamel-chantilly de Barricade ou de Success, seuls morceaux comestibles du naufrage que représente le précédent album. Et encore, le risque d’indigestion n’était pas à prendre à la légère.

Interpol – All The Rage Back Home

Discographie

S’assumant désormais en vrai trio et en évitant de chercher des bassistes de luxe, le groupe tient la corde toute la durée du disque. Everything is wrong excitera tous les amoureux de Stella et la conclusion qu’est Twice As Hard est sensationnelle. Tous les obstacles sont franchis….

Malins, Banks et ses copains sont allés recruter le très récurrent Alan Moulder pour le mixage du disque. Le résultat est la hauteur des chansons écrites par le groupe. Interpol sonne comme jamais. Diable que c’est bon.

Le retour (sombre) en grâce de cette rentrée. Ou de l’année. De la décennie ?

Interpol sera en concert à L’Olympia le mardi 27 Janvier 2015.

Interpol – El Pintor
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
6 réponses sur « Interpol – El Pintor »

Enorme album dans la continuité de Turn on the Bright Lights….
Merci :)

Ben si il écrit la musique !! :p
(je me rattrape comme je peux !)
Effectivement, Paul écrit les textes et Daniel la musique, je me suis viandé ! :) Désolé !

Pas encore asse connaisseur pour comparer tous les albums (à ma décharge, j’ai découvert y’a pas longtemps, avec El Pintor justement), mais je vais les voir à l’Olympia !

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Interpol @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

photos : Interpol et Idles @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

L’orage sur Fourvière a galvanisé les déjà très remuants Idles jusqu’à improviser Thunderstruck d’AC/DC. Mais une fois les grondements du tonnerre et les vociférations brutalisantes de Joe Talbot passés, ce sont les classieux Interpol en maraude qui ont interpellé le public des nuits de Fourvière enfin apaisées.
Photos : Interpol @ l'Olympia, Paris | 02.07.2019

Photos : Interpol @ l’Olympia, Paris | 02.07.2019

Les fans d’Interpol sont des gens courageux. Depuis le splendide Turn on the Bright Lights, il ne s’est pas passé grand chose chez la Paul Banks Company. Ou très peu. On se rappelle des larmes qui ont coulé lorsque leur deuxième album Antics a résonné pour la première fois dans les enceintes de la chaine hi-fi de papa… Et la…
Interpol

Bon week-end avec Interpol

Les choses se précisent pour Interpol. Avant de venir jouer quelques concerts en France, les New-Yorkais publient un deuxième extrait d’A Fine Mess, un EP qui sera dans les bacs (ou en ligne) le 17 mai 2019.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.