Catégories
Chroniques d'albums

Interpol – El Pintor

Interpol - El Pintor

Interpol - El Pintor
Interpol – El Pintor

Les fans d’Interpol sont des gens courageux.
Depuis le splendide Turn on the Bright Lights, il ne s’est pas passé grand chose chez la Paul Banks Company. Ou très peu. On se rappelle des larmes qui ont coulé lorsque leur deuxième album Antics a résonné pour la première fois dans les enceintes de la chaine hi-fi de papa… Et la suite est du même tonneau. Par politesse, on ne parlera pas des escapades solo de Banks.

Alors imaginez la surprise chez ces gens quand All The Rage Back Home, le premier single d’El Pintor, a déboulé cet été. Paul Banks s’est remis à écrire des chansons! Paul Banks chante comme jamais! Et cette ligne de basse…. Que se passe t-il ? Interpol s’apprête juste à sortir le disque que tout le monde attend depuis la millième écoute de Turn on the Bright Lights.

Interpol

Et non All The Rage Back Home n’est pas le single qui cache le désert. Étrangement placé au début du disque, on pouvait s’attendre au pire. Que se passe t-il après ? Banks a t’il cramé toutes ses cartouches dans ce morceau ? Car mine de rien All The Rage Back Home replace Interpol à sa place initiale.
Les deux morceaux qui suivent (My Desire & Anywhere) montrent un Interpol en pleine forme. Tous les ingrédients sont présents : Kessler et ses sirènes hurlantes, la batterie sèche de Fogarino et cette urgence urbaine. Ça nous change de la recette à la béchamel-chantilly de Barricade ou de Success, seuls morceaux comestibles du naufrage que représente le précédent album. Et encore, le risque d’indigestion n’était pas à prendre à la légère.

Interpol – All The Rage Back Home

S’assumant désormais en vrai trio et en évitant de chercher des bassistes de luxe, le groupe tient la corde toute la durée du disque. Everything is wrong excitera tous les amoureux de Stella et la conclusion qu’est Twice As Hard est sensationnelle. Tous les obstacles sont franchis….

Malins, Banks et ses copains sont allés recruter le très récurrent Alan Moulder pour le mixage du disque. Le résultat est la hauteur des chansons écrites par le groupe. Interpol sonne comme jamais. Diable que c’est bon.

Le retour (sombre) en grâce de cette rentrée. Ou de l’année. De la décennie ?

Interpol sera en concert à L’Olympia le mardi 27 Janvier 2015.

Interpol – El Pintor4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
6 réponses sur « Interpol – El Pintor »

Ben si il écrit la musique !! :p
(je me rattrape comme je peux !)
Effectivement, Paul écrit les textes et Daniel la musique, je me suis viandé ! :) Désolé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Interpol @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

photos : Interpol et Idles @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

L’orage sur Fourvière a galvanisé les déjà très remuants Idles jusqu’à improviser Thunderstruck d’AC/DC. Mais une fois les grondements du tonnerre et les vociférations brutalisantes de Joe Talbot passés, ce sont les classieux Interpol en maraude qui ont interpellé le public des nuits de Fourvière enfin apaisées.
Interpol

Bon week-end avec Interpol

Les choses se précisent pour Interpol. Avant de venir jouer quelques concerts en France, les New-Yorkais publient un deuxième extrait d’A Fine Mess, un EP qui sera dans les bacs (ou en ligne) le 17 mai 2019.
Interpol

Interpol dit la messe

Interpol était en forme olympique en 2018… Paul Banks et ses acolytes continuent leur parcours de santé avec un nouveau titre et annoncent une tournée mondiale.
Interpol - Marauder

Interpol – Marauder

Interpol qui en était venu à marauder avec des albums décevants revient en très grande forme avec Marauder, son sixième album.

Plus dans Chroniques d'albums

Mansfield.TYA – Monument Ordinaire

Sans vraiment savoir pourquoi, dans Monument Ordinaire, on s’attendrait à voir des trucs. Et rien ne nous surprendrait. En écoutant, vaguement, comme ça, quelques minutes au hasard. Peut-être déjà parce que Mansfield. TYA ça ne respire pas toujours follement la joie, ça a même quelques fois une tête de sonnerie aux morts. Ou bien celle…
Mogwai - As The Love Continues

Mogwai – As The Love Continues

Sorte de bizarrerie électrique à ses débuts, Mogwai s’impose aujourd’hui comme un grand fournisseur de chansons et endosse le statut de meilleur groupe écossais.
Brisa Roché & Fred Fortuny - Freeze Where U R

Brisa Roché & Fred Fortuny – Freeze Where U R

A ma gauche, Brisa Roché, chanteuse américaine installée à Paris depuis quelques années. A ma droite, Fred Fortuny, musicien ayant travaillé avec une kyrielle d’artistes dont Da Silva. Au milieu, ce disque, Freeze Where U R, qui réchauffe les cœurs et qui a le parfum des notes de Carole King.
Kiwi Jr. - Cooler Returns

Kiwi Jr. – Cooler Returns

Pour les radins qui ont refusé de débourser une vingtaine d’euros pour Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983 – 1987 (Captured Tracks), les Kiwi Jr. représentent la solution de secours et l’ultime chance de se rattraper. Pour une dizaine d’euros, Cooler Returns, le nouveau disque de ces Canadiens promet beaucoup et donne……
Chevalrex - Providence

Chevalrex – Providence

Écrit en partie l’hiver dernier sur l’île de la Désirade (Guadeloupe), Providence prend élégamment la suite d’Anti Slogan et nous fait espérer des jours meilleurs avec des chansons puissantes et tenaces.
Strum & Thrum

Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987

Attention. Grande compilation. Concoctée par Mike Spiner, le patron de Captured Tracks, Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987 soulève le couvercle d’un passé riche mais totalement oublié. En effet, dans les années 80, le rock indépendant américain avait des têtes de pont formidables mais avec toute une tripotée de seconds couteaux tout…