Ryan Adams – Ryan Adams

Ryan Adams - Ryan Adams

Ryan Adams - Ryan Adams
Ryan Adams – Ryan Adams

Il va vraiment finir par nous faire craquer celui-là…
On le pensait devenu calme et raisonnable. Que nenni!
En effet, Ryan Adams sortait un disque tous les neuf mois dans les années 2000. Le changement de décennie avait calmé les choses. Depuis 2011, le bougre n’a rien publié: un miracle pour ses fans qui ont enfin pu se remettre à économiser quelques euros sur leurs P.E.L.
Il faut dire qu’Adams avait réussi l’exploit de fatiguer ses fans et la presse américaine en même temps. Alors en 2011, Ashes & Fire a sonné comme un renouveau. Le type laissait enfin du temps au temps…

Pensez donc, pour cette rentrée 2014, Adams ne sort pas qu’un seul disque. Mais deux. Le même jour.
Chronique du premier d’entre eux, le bien nommé Ryan Adams.

Ryan Adams

Ryan Adams est l’antithèse de Noel Gallagher. Alors que le frère ainé des Gallagher va bientôt publier la réédition de What’s The Story Morning avec un inédit et demi au compteur, Adams publie son quinzième album en moins de 16 ans. Si Noel Gallagher met une plombe pour publier une chanson, Adams lui n’a honte de rien et publie tout ce qui lui passe par la tête. A ses risques et périls. Enfin surtout à nos risques et à notre funeste péril car le type nous a fait avaler quelques couleuvres à la fin des années 2000.

Ryan Adams – Gimme Something Good

Enregistré aux studios Pax Am de Los Angeles et produit par Ryan Adams en personne, Ryan Adams s’avère un plaisir coupable d’enfer. Oublions les heures douces et délicates de Ashes & Fire. Oublions les heures sacrées de Gold
Inspiré par les Smiths (!!!) et le Velvet Underground (???) selon les dires de l’intéressé, ce disque est une ode à l’Amérique des années 80. Regardant du coté de Springsteen et de Tom Petty, Adams déroule onze chansons qui nous projettent dans la banlieue d’une ville anonyme de la côte Est au volant d’une Ford Mustang de 1982.
Les refrains bodybuildés de Tired of Giving Up et de Feels Like Fire devraient faire des ravages dans tous les bowlings du New Jersey et les discothèques de Caroline du Nord. Am I Safe devrait faire tomber tous les apôtres du bon goût. Pas fan d’Oasis pour rien le garçon…

Au final, ce disque a un seul défaut. Il s’appelle Lost in the Dream de The War On Drugs.

Tracklist : Ryan Adams - Ryan Adams
  1. Gimme Something Good
  2. Kim
  3. Trouble
  4. Am I Safe
  5. My Wrecking Ball
  6. Stay With me
  7. Shadows
  8. Feels Like Fire
  9. I Just Might
  10. Tired of Giving Up
  11. Let Go

Ryan Adams – Ryan Adams
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

blacklips

Vidéo : Black Lips – Gentleman

Robin Williams affirmait, « adolescent, j’étais pyromane. On m’a placé dans un foyer. » Les Black Lips brûlent toujours même en vieillissant.

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.