Catégories
Chroniques d'albums

Alt-J – This is All Yours, parole à la défense

Alt-J - This is All Yours

Alt-J - This is All Yours
Alt-J – This is All Yours

Le dernier Alt-J est sorti et comme deux chroniques valent parfois mieux qu’une voici la contre-chronique pour ceux qui veulent se laisser une chance d’aimer This is All Yours. Mon confrère chroniqueur Louis, laissait la place à la défense à la fin de son texte. Je réquisitoire est tombé comme une tête, voyons s’ il est possible de recoller quelques morceaux.

Il évident que si vous aviez déjà contracté des poussées d’urticaire à l’écoute d’An Awesome Wave vous n’aimerez pas d’avantage This is All Yours et vous vous gratterez peut-être mêmes jusqu’au sang. Pour vous il y a alors une méthode très efficace qui consiste à baisser le volume ou mieux à écouter autre chose. Alt-J c’est comme la messe, les non-croyants ne sont pas tenus d’y assister. C’est une scansion très lente qui se déploie depuis le premier album et ici, ce chant spirituel ne psalmodie que pour ceux qui, déjà converti, s’avance pour la Confirmation. On peut d’ailleurs leur reprocher cela aux Alt-J, passé le pas de leur Eglise leur chant s’estompe et se perd.

Left and Free en est un exemple, entre les mains de Jack White la chanson eut été un tube, entre les leur, elle devient une faute de goût. Mais hormis cette étrange visite chez les rednecks comme un hommage à une musique aimée – le Blues et la country s’entendent parfois au loin, mais sont ravalés la plupart du temps, comme des sanglots par ce besoin de construire un édifice au delà des fondations anciennes : d’être résolument neuf et unique – mais désormais inaccessible, l’ensemble est beau et cohérent, attendu, aussi, pourront arguer certains. Certes les fantômes de Radiohead ou de Sigur Ros hantent parfois l’album mais il est des spectres plus effrayants et Alt-J continue de déployer lentement sa musique.

Emprunteront ils le chemin étroit des grands groupes ou les voies accueillantes du succès, seul l’avenir le dira. Leurs ambitions sont évidentes, leurs intentions louables, leurs pêchés évidents mais This is All Yours est là, et à quelques écarts près c’est toujours : musique feutrée, musique d’alcôve, pas totalement électrisant mais d’une beauté indéniable.

Alt-J – This is All Yours, parole à la défense4.0
8/10
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Alt-J – Relaxer

Alt-J annonce, pour notre plus grand bonheur, la sortie de son troisième album qui s’intitulera Relaxer. Celui-ci sort le 2 juin via Infectious Music, il fait suite à An Ansome Wave et This Is All Yours, deux pépites qui s’apprécient toujours autant aujourd’hui.
photos : Muse @ Musilac 2015 | Aix-les-Bains, 10-11-12 et 13 juillet 2015

photos : Musilac 2015 | Aix-les-Bains, 10 – 13 juillet 2015

Jour 1 : Electric Octopus Orchestra / SR KREBS / Imelda May / The Kooks Jour 1 : Gojira / Selah Sue / Slash Feat, Myles Kennedy & The Conspirators / The Parov Stelar Band / Joris Delacroix Jour 2 : Mountain Men / Baxter Dury / Dominique A / The Toy Dolls Jour 2…
Rock en Seine 2015

Rock en Seine 2015 : la programmation complète

Comme tous les ans, depuis 2003, Paris et surtout la paisible Saint Cloud deviennent l’épicentre du rock européen le temps du dernier week end de l’été. Une fois passé ce festival, c’est la rentrée des classes. Les vacances sont mortes, tous à Saint Cloud ! Qu’il parait loin le temps de la première édition et…
Alt-J - This is All Yours

Alt-J – This is All Yours

Leeds a fait parler d’elle il y a quelques années avec les Kaiser Chiefs. On recommence en 2014 avec les Alt-J. Pauvre Leeds. Elle n’a pourtant pas mérité un si triste sort. Tout était bien parti avec les Gang of Four il y a quelques décennies. Bref…

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…