Vidéo : Grand Blanc – Degré zéro

Grand Blanc - Degré zéro
Attention, titre renversant, groupe naissant et pourtant déjà passionnant, Grand Blanc se dévoile au grand jour et son Degré Zéro donne un coup de chaud à la cold wave à la française.

Grand Blanc vient de Metz où « il fait nuit très tôt, y’a rien à faire alors du coup on faisait des soirées complètement merdiques dans lesquelles on buvait des bières. » On est ni dans P’tit Quinquin ni dans Gummo mais l’on sent que l’urgence des mots est née de ces immeubles, de ces pavillons, de ce mitage urbain, de cette désindustrialisation qui créent un entre deux désenchanté.

Ce Degré Zéro est un acte de naissance. Bien sûr, il y a eu d’autres morceaux avant lui mais il y aura un avant et un après Degré Zéro. Poisseux, tendu, sourd, le son de Grand Blanc est comme cette lumière aveuglante qui nous guide pour sortir du tunnel avec cette envie irrépressible de prendre sa voiture et de rouler sur l’autoroute à tombeau ouvert pour ressusciter les morts. Cette corne de brume électronique lancinante, cette sirène de paquebot perdu dans la nuit se transforme peu à peu en rythme mid tempo hypnotique. Puis surgit ce refrain, descente chromatique mélancolique comme on engloutit d’un trait une binouze pour nous conduire à l’ivresse des sens.

Discographie

Mais les mots ont bien sûr leur importance, ils zèbrent ce ciel laiteux de fulgurances poétiques « il n’y a plus rien à boire dans mon cœur comme un frigo, passion normale degré zéro » ou d’allitérations qui claquent, « parmi les photo matons, ton souvenir matraque, tu te rappelles à coups de trique au fond des culs de sac« . Ce morceau n’est pas vraiment un duo, Camille tient le chant et le tient bien, fermement, crânement, avec morgue et hargne pendant que la voix sombre de Benoît au regard halluciné est un contrepoint salvateur, une fenêtre vers un ailleurs moins maussade. Avec ce Degré Zéro, le froid revigore la pop en français et Grand Blanc prend des couleurs.

Le EP Degré zéro est à écouter d’urgence, il est disponible chez Entreprise.

Grand Blanc – Degré zéro

Grand Blanc - Degré zéro

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Grandblanc-loon

Vidéo : Grand Blanc – Loon

En attendant Halo’ qui sort ce vendredi, laissez-vous entraîner par la douceur et la quiétude de ce plongeon avec Grand Blanc.
Grandblanc-pilulebleue

Vidéo : Grand Blanc – Pilule Bleue

On ignore ce que contient cette pilule bleue, mais elle provoque des hallucinations. Mad – Camille – Max joue de la harpe et un robot bringuebalant l’accompagne à la recherche d’un lieu secret.

Plus dans Son du jour

Alanvega-mercy

Vidéo : Alan Vega – Mercy

L’exhumation des archives d’Alan Vega se poursuit après Mutator en 2021, voici Insurrection qui sortira le 31 mai chez In The Red.
Bethgibbons-reachingout

Vidéo : Beth Gibbons – Reaching Out

On n’attend plus Portishead dont on doute un retour discographique alors on se contente de la diva du Devon, Beth Gibbons qui sort un album solo, Lives Outgrown le 17 mai chez Domino Record.
Nicolascommentavecbrisaroch-vince

Vidéo : Nicolas Comment avec Brisa Roché – Vince

On ne le dira jamais assez, Blason de Nicolas Comment & Co est le grand disque en français de l’année. Cette (rock) collection de portraits est enluminée par les Limiñanas et Brisa Roché. Vince est un hommage à l’équipée sauvage de l’archange noir du rock et sonne furieusement comme le meilleur du Velvet.