Vidéo : Grand Blanc – Pilule Bleue

On ignore ce que contient cette pilule bleue, mais elle provoque des hallucinations. Mad - Camille - Max joue de la harpe et un robot bringuebalant l'accompagne à la recherche d'un lieu secret.

On le sait désormais, nous sommes dans une matrice. Mais les souvenirs ressurgissent « sur le bout de la langue »avec des flashs éblouissants d’un monde oubliés.

« Pilule bleue est l’histoire d’un souvenir qui se confond en rêve.
Une amulette pour se rappeler de son existence, pour ne pas en douter.
C’était une fête heureuse, fluide et insouciante. Nous dansions tous ensemble, et dans la chaleur moite de cette nuit d’été, nos sueurs condensées se sont fondues en un même liquide. Des nuées de de nous muées en buée perlaient au plafond et retombaient cycliquement sur nos corps mouillés, nous ne faisions plus qu’un.
De cette image du souvenir comme guide, est né le clip de Jules Cassignol, premier opus d’une trilogie. Le personnage de Camille y parcourt des espaces hostiles et monochromes en compagnie de son robot Zommi. Grâce au souvenir qu’elles parviennent à recréer par la force de la pensée, elles cherchent à retrouver un lieu perdu : une mystérieuse maison entourée d’une nature verdoyante, située à l’orée d’une forêt. »

Discographie

Grand Blanc – Pilule Bleue

Choisis laquelle
La rouge la bleue
Choisis laquelle
La rouge la bleue

Je l’avais là sur le bout de la langue
Le nom d’un lieu tenu secret
Par les portes closes
Jardin effacé
Je me meta croire
Que je l’ai avalé

L’ai avalé
L’ai avalé

Au fond de moi
Je sais que quelque part
Des nuées de nous se muent en buée
Montent et puis se condensent
Sans même y penser
Je me meta voir

Tout s’évaporer
Tout s’évaporer

Je l’ai encore au bout des lèvres
Le nom du lieu tenu secret
Parmi d’autres choses
Moins dé-saturées
Je voudrais t’y voir
Comme si j’y étais
Comme si j’y étais

Grand Blanc en concert.
DateLieuTickets
17
Mai
2023

La Maroquinerie

Paris (FR)
TICKETS

Dates de concerts fournies par Bandsintown

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Grand Blanc - Les îles

Vidéo : Grand Blanc – Les îles

Les îles ouvre le deuxième album de Grand Blanc, Image au mur et c’est une invitation vers l’ailleurs, vers un monde mystérieux et mythologique qui rappelle Cythère, Ogygie ou Leucé.
Grand Blanc © Fabrice Buffart

Photos : Mehdi Krüger & Ostax + Grand Blanc @ Épicerie Moderne, Feyzin | 27.11.2018

Belle soirée une fois de plus à l’Épicerie Moderne de Feyzin qui permettait d’entendre une deuxième fois après le festival Nouvelles Voix la création avec les élèves du Conservatoire de Villefranche chapeautée par Mehdi Krüger et son complice fidèle Ostax avant la surprise party de Grand Blanc. Petit retour sur cette soirée avec les images […]
Grand Blanc - Image au mur

Grand Blanc – Image au mur

Grand Blanc continue son parcours sans faute après un EP aux quatre titres encore dans nos oreilles, un premier album réussi, Mémoires vives, voilà que surgit le mur parfois infranchissable du deuxième disque.

Plus dans Son du jour

Timdup-lesimmortelles2

Vidéo : Tim Dup – Les immortelles

Tim Dup fait petit à petit sa place dans la chanson en français. Avec Les immortelles, déjà son quatrième album depuis 2017, il touche par sa simplicité.
Lauraclauzel-minuit

Vidéo : Laura Clauzel – Minuit

On a besoin d’amour, quelle que soit l’heure. Mais à Minuit, les corps s’éveillent et Laura Clauzel nous propose de nous « perdre encore un peu dans des volutes d’amour, ivres de vie et d’envie. »
Stéphanie Acquette – Chacun pour soi

[EXCLU] Vidéo : Stéphanie Acquette – Chacun pour soi

LA ville du Havre comme vous ne l’avez jamais vue. Stéphanie Acquette la métamorphose en ville de science fiction où deux héroïnes extra terrestres s’affrontent à coups de pistolets laser dans une quête quasi spirituelle.
Orval Carlos Sibelius – Les humains d’abord

Vidéo : Orval Carlos Sibelius – Les humains d’abord

Évidemment, si vous avez vu Phase IV de Saul Bass, vous ne regardez plus les fourmis de la même façon. Avec la musique d’Orval Carlos Sibelius, c’est encore plus déroutant avec la fin inédite du film pour cette ode à l’inévitable apocalypse.