Catégories
Interviews

Kid Wave : tsunami en approche

Kid Wave

Lea Emmery et sa tignasse devraient mettre un sacré coup de pied dans le rock anglais en 2015 avec la parution du premier album de Kid Wave. Les deux singles de son groupe parus cette année sont deux petites odes à Seattle qui nous renvoient illico presto dans les années 90 sous la casquette de J Mascis. Le seul problème de l’affaire, c’est que Lea Emmery et son gros pull en laine n’ont jamais écouté Dinosaur Jr.
Mystère et boule de gomme.

Kid Wave
Kid Wave

Kid Wave

Deux filles et deux garçons composent Kid Wave. Vous êtes pour l’égalité des sexes ?

Lea Emmery : Nous avons toujours promu l’égalité des sexes. Mais Kid Wave est un groupe de rock, et quand vous jouez de la musique, que vous soyez une fille ou un garçon n’a pas vraiment d’importance. Du moins, ça ne devrait pas en avoir. Aujourd’hui, la société essaye de te ranger dans des cases, soit tu es musicien ou musicienne… Ou un girl band. Nous n’avons jamais vu ça ainsi.
Nous sommes juste des amis qui jouons de la musique ensemble et nous nous sommes réunis en tant que groupe parce que nous jouons différents instruments. Pour nous, c’est une question de musique et de personne, pas de sexe.

Être deux gars et deux filles s’est avéré être un un bon équilibre : avec les groupes mixtes, les musiciens se concentrent sur les choses importantes, pas sur les choses superficielles.
Nous sommes juste surpris qu’il n’y ait pas plus de groupes mixtes, c’est étrange au final de former un groupe composé uniquement de filles ou de garçons.

http://vimeo.com/109594159

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Lea Emmery : Mattias et moi nous nous connaissons depuis des années et nous avons grandi ensemble dans la même ville suédoise. J’ai rencontré Serra au conservatoire, ici à Londres, elle enseignait la batterie et moi j’étudiais l’ingénierie du son. Nous avons rencontré Harry par des amis communs et via la musique.

Le New Musical Express a sélectionné votre nouveau single comme single de la semaine. Vous êtes surpris de la réception plus que positive des médias ?

Lea Emmery : Yeah ! C’est cool le N.M.E.. De nos jours, il y a tellement d’articles en ligne que de se retrouver dans les pages d’un magazine procure un sentiment assez étrange.
Pour moi, la chose la plus forte a été d’être diffusée à la radio. Parfois, mes amis m’envoient des S.M.S lorsqu’ils entendent une de nos chansons à la radio sur le lieu de travail ou à la maison. C’est vraiment quelque chose de très important pour un musicien ou un auteur compositeur.

Vous n’avez pas l’impression de vous être trompés de pays. Vous êtes un groupe anglais et voilà que vous sonnez comme des Américains. Qui vous influence ?

Lea Emmery : Je ne pense pas, mais nous avons un assez large éventail d’influences et cela se mélange dans nos chansons. Le monde est de plus en plus global et je pense que Kid Wave reflète bien cet état de fait. Certains disent que nous sonnons comme un groupe américain, mais la semaine dernière, un blog a écrit à propos de nous que nous sonnions anglais. Nous espérons seulement que le public aime notre son pour ce qu’il est.

Votre album sort bientôt ?

Lea Emmery : Oui ! Au printemps prochain.

Comment vous êtes-vous retrouvés sur le label Heavenly recordings ?

Lea Emmery : L’automne dernier, j’ai envoyé quelques démos maison, sur un coup de tête. Comme ça.
Je vivais un peu une période difficile et j’envisageais de faire autre chose. Ces démos étaient un peu ma dernière chance. Heavenly recordings a été le premier label à me répondre.

Kid Wave - Gloom EP
Kid Wave – Gloom EP

Une tournée européenne est prévue ?

Signer avec Heavenly est et sera toujours une grande chose pour moi et le reste du groupe, je crois. Nous sommes de grands fans de ce label et de son histoire : ils sont passionnés par la musique et par ce qu’ils font. Ils travaillent vraiment dur pour des gens comme nous.
Ils sont également très pragmatiques, ce qui était important pour nous. Nous n’avons pas hésité à signer sur ce label à la vue de leur catalogue, de leur attitude à l’égard de la musique et des groupes comme nous. J’aime le fait que les groupes présents sur ce label soient à la fois très différents mais aussi liés par cette ambiance Heavenly. Pour moi, c’est un label avec une vraie identité. C’est évident que c’est toujours risqué pour un label de signer un groupe après l’écoute de quelques démos faites à la maison, mais ils ont montré leur foi en nous dès le début ; leur soutien a été inestimable.

Lea Emmery : On espère l’année prochaine.

https://soundcloud.com/kid-wave/all-i-want

TOP 10

Le meilleur disque de 2014 ?

Lea Emmery : J’aime beaucoup l’album éponyme de mes amis de Class Of Kill’Em High.
Et aussi l’album des Cymbals Eat Guitars que Mattias m’a fait découvrir l’autre jour.

Le pire disque de 2014 ?

Lea Emmery : Je ne sais pas. Probablement que je ne pourrais pas écouter en entier un disque que je n’aime pas.
Je dois avoir la capacité de concentration d’un enfant de cinq ans.

Le producteur de tes rêves ?

Lea Emmery : Ouh la! Josh Homme, ou peut-être Don Fleming ? Et JAri Haapalainen.

Londres ou New York ?

Lea Emmery : J’aime bien New York mais comme je vis à Londres… Je vais dire Londres.

J Mascis ou Lou Barlow ?

Lea Emmery : Je pense que J Mascis a une meilleure coupe de cheveux.

Le meilleur endroit pour un concert ?

Lea Emmery : En face de gens qui apprécient la musique. J’aime beaucoup les concerts en extérieur mais comme j’ai fait peu de concerts ça me semble assez compliqué de répondre.

Ton disque honteux ?

Lea Emmery : Pour des raisons étranges liées à mon adolescence, j’ai longtemps eu honte d’aimer le Greatest Hits d’ABBA. C’est le premier CD que j’ai acheté.
Bon c’est juste gaspiller son énergie que d’avoir honte quand tu aimes quelque chose. J’aime ABBA. Comme tout le monde dans Kid Wave sauf Harry. Mais nous essayons de le convertir.

Si Kid Wave était un film ?

Lea Emmery : Je regardais What’s Eating Gilbert Grape l’autre jour ; c’était mon film préféré quand j’étais adolescente. Il te donne un sentiment d’évasion et un souffle de jeunesse. Il t’offre une ambiance de rêve avec le personnage principal qui est coincé dans cette petite ville américaine anonyme. Quelque chose à propos de l’apparence et du style de ce film me rappelle un peu de le caractère de Kid Wave.

Ta bande originale de film préférée ?

Lea Emmery : J’adore la bande originale du film suédois « Farewell Falkenberg » d’Erik Enocksson . Elle est magnifique. C’est dommage que peu de gens l’ait entendue.
Ça m’a aidé pour écrire de nombreuses choses.
J’ai écrit de la musique pour des orchestres quand j’allais à l’école car on nous enseignait la musique classique.
En fait, j’ai eu l’occasion d’écrire une pièce pour un orchestre symphonique lors de ma dernière année de lycée. Les compositions des lycéens ne sont pas la priorité donc nous ne pouvions pas passer beaucoup de temps avec le chef d’orchestre. J’avais énormément composé de choses assez mélodieuses pour les percussions… Et j’ai surtout entendu toutes les erreurs du joueur de marimba. Ça a été enregistré et je me rappelle que j’étais assise dans la salle de concert mais que j’étais trop nerveuse pour savourer l’instant présent.

Bug or Green Mind ?

Lea Emmery : Je sais qu’il s’agit d’albums de Dinosaur Jr, mais je ne peux en choisir un car je ne les ai pas écoutés. Je comprends que cela semble terrible à tous les gens de musique hip là-bas, mais je n’ai pas entendu parler de tant de groupes ou écouté tant de disques que ça. J’ai grandi dans une famille où la musique était presque inexistante. Nous n’avions pas de tourne-disque ou de radio ou quelque chose comme ça. Nous n’écoutions pas de musique à la radio. Je n’ai pas eu l’habitude d’écouter de la musique comme les autres enfants le font. J’évoluais dans un cirque et j’ai passé la plupart de mon adolescence dans une écurie à faire de l’équitation. Puis étrangement, à la grande surprise de mes parents (une surprise horrible au début), tout à coup tout ce que je voulais faire était de la musique. Quand les gens comparent Kid Wave à d’autres groupes, il y a de fortes chances que je ne les connaisse pas… Je suis un peu honteuse d’avouer ça car pendant longtemps j’ai prétendu connaître ces groupes.

Je suis également très pointilleuse avec la musique et les albums en général. Pour de nombreuses raisons, je suis très concentrée sur la musique lorsque j’en écoute. Je ne peux pas faire autre chose quand un disque passe.
Et je ne peux pas écouter un disque en entier si je n’aime pas son son.
Serra, Harry ou Mattias auraient pu répondre à cette question.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Kid Wave - I'm Trying To Break Your Heart

Les Kid Wave nous fendent le cœur

Les Kid Wave sont doués pour les bonnes nouvelles. Après avoir enchanté Paris en étant en première partie des Vaccines lors de leur passage à la Cigale, voilà qu’ils enchantent notre samedi après-midi avec le clip de I’m Trying To Break Your Heart.
Kid Wave - Wonderlust

Kid Wave bourdonne

Le premier album des noisy-pop Kid Wave sera donc publié le 1er juin 2015. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, on récupère au passage un nouveau single très sucré : Honey. Ces gens sont fichtrement doués. Kid Wave
Kid Wave

Kid Wave : la nouvelle vague

Kid Wave – All I Want Le label Heavenly Recordings a décroché une nouvelle fois le gros lot cette année avec les Temples. Il pourrait bien doubler la mise avec sa nouvelle signature : les Kid Wave. Résultat des courses à la rentrée.

Plus dans Interviews

yves marie bellot © Fabrice Buffart

5 questions à … Yves marie belloT

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Yves marie belloT qui s’apprête à faire le grand saut avec un deuxième album, Grand Plongeoir. Paroles simples et intimes, mélodies délicates,…
La Pietà - Studio (C) Cedrick Nöt (52)

5 questions à … La Pietà

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de La Pietà qui nous offre l’exclusivité de son nouveau titre, Pas désolé, mis somptueusement en images et en 3D par Julien…
Al Qasar

[MaMA 2020] 5 questions à … Al-Qasar

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Al-Qasar qui aurait du ambiancer le MaMA festival avec son rock psyché venu d’ailleurs. Alors on se contentera pour l’instant de…
Thruston Moore © Louis Teyssedou

Thurston Moore, la symbolique du feu

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire est le disque qui devrait faire aimer la musique de Thurston Moore à ceux qui ont détesté les disques de Sonic Youth pendant les années…
Fantomes © Lou Beauchard

[MaMA 2020] 5 questions à … Fantômes

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Fantômes qui hante nos années 90 avec City at Night et le 6 octobre leur nouveau titre Sometimes à découvrir au…
THERESE © Marilyn Mugot

5 questions à … Thérèse

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Thérèse la méphitique avec son titre vénéneux et addictif T.O.X.I.C qui fait chevaucher les licornes pour mieux se libérer des entraves.…

5 questions à … MASSTØ

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des MASSTØ, trio amiénois qui fait du blues et de la soul comme personne et qu’il faudra impérativement découvrir au Crossroads Festival…