La déferlante Wave Pictures

The Wave Pictures (photo : James Loveday)
Les très bourrins ont les Thee Oh Sees, les moins bourrins ont les Wave Pictures. Plus d'un archéologue s'est perdu dans la discographie respective de ces deux groupes plus que prolixes. En 2015, les Wave Pictures ont publié il y a quelques semaines leur millième album : Great Big Flamingo Burning Moon. Réalisé avec la complicité de Billy Childish, cet album a le mérite de remettre un peu d'ordre dans cette protubérante discographie. Bon disque, bon groupe et bonne interview.

The Wave Pictures

Tu peux nous expliquer le titre de ton nouveau disque ?

David Tattersall : La lune est rose comme un flamant rose, surtout quand le soleil l’illumine. La lune est comme un œil dans le ciel! Elle veille sur tout ce que nous faisons ici, sur la planète Terre. Si vous regardez un flamant rose, ils regardent le monde avec un regard immobile, les yeux très impassibles. La chanson Great Big Flamingo Burning Moon évoque la Lune qui regarde la terre, ses habitants et leurs petites tribulations. J’aime énormément la Lune. Je ne suis pas intéressé par la science, pour être honnête, je trouve tout simplement la lune magnifique. J’arrive même à la percevoir comme un vieil ami. C’est tout de même notre compagnon le plus proche dans l’espace!

Discographie

Comment as-tu rencontré Billy Childish ?

David Tattersall : Le DJ Marc Riley nous a présentés. Billy était un de mes héros d’enfance et maintenant c’est devenu un ami. Et tout ça par le plus grand des hasards. Cela a été un plaisir de travailler avec lui.

Il a participé à l’enregistrement ?

David Tattersall : Il a co écrit toutes les chansons avec moi. J’ai écrit les paroles et il a composé la musique. Nous avons utilisé son studio situé à Rochester. Nous avons utilisé seulement ses guitares, ses basses, ses amplis et sa batterie: tout son vieux matériel des années 1960 pour résumer. Il joue de la guitare sur plusieurs chansons aussi. Il a organisé les chœurs, a fait divers overdubs, et a mixé l’album. C’était son idée de faire deux chansons du Creedence Clearwater Revival. Une fois que nous en avons bouclé une, il a suggéré d’en faire une deuxième! Ce fut une collaboration absolue du début à la fin. Nous n’avions jamais vraiment laissé quelqu’un nous dire quoi faire avant, mais voilà nous nous sommes laissés porter par les choses, et voilà, l’album a été bouclé.

The Wave Pictures – I Could Hear The Telephone (3 Floors Above Me)

Qui a écrit la ligne de basse de Pea Green Coat? Il était en colère ce jour là ?

David Tattersall : Franic est arrivé avec cette ligne de basse. Il était assez énervé ce jour là.

Qui vous a inspiré pour ce disque ?

David Tattersall : Nous avons été inspirés par les Troggs, les Who, les Modern Lovers, Rory Gallagher, les Silver Jews. Nous avons aussi été inspirés par des films comme Shadows and Fog de Woody Allen, Sisters de Brian de Palma et Point Blank de John Boorman et d’autres films du même genre.
Mais la plus grande source d’inspiration a été de faire de la musique sans se soucier du monde extérieur. Et ça, c’est super cool!

A quel moment de la journée écris-tu tes chansons ?

David Tattersall : Vers deux heures du matin. Je n’ai pas écrit beaucoup de chansons avant minuit. Je suis un oiseau de nuit. Mon cerveau se met en général en marche à partir de 22H00.

Qui a réalisé la pochette du nouvel album ?

David Tattersall : Billy Childish. C’est un bon, je l’aime beaucoup. On lui a demandé.. Et il a accepté! On a eu de la chance.

Quelles sont les différences entre le public français et le public anglais ?

David Tattersall : Je vais passer mon tour, je ne peux pas répondre, ça serait trop long et trop compliqué.
J’aime les deux!

Tu as conscience que ta discographie est un sacré bordel ?

David Tattersall : Ah. Mais je suis content de tout ce que j’ai fait.

TOP 10

Le meilleur album de 2014 ?

David Tattersall : Je ne sais pas. En ce moment, j’écoute beaucoup Billie Holliday et Barbecue Bob. Mon album préféré en ce moment est Jailbreak de Thin Lizzy. Billy Childish a fait quelques trucs formidables récemment. Il a fait un grand album: Forensic R’n’B avec les Spartan Dreggs. Cela aurait pu sortir en 2014. Si oui, c’est le meilleur disque que j’ai écouté l’année dernière. Sinon Canned Heat. Je les écoute énormément. The Blues et Hallelujah sont probablement leurs meilleurs disques.

L’album de 2015 que tu attends le plus ?

David Tattersall : The Wow Effect de Sam James. Il vient de terminer de ce disque. Il était dans les WoWz. C’est l’album que je ai plus envie d’entendre.

Le disque que tout le monde a écouté sauf toi ?

David Tattersall : Il y en pas mal. Comme Loveless de My Bloody Valentine. Plus récemment, Metronomy.
Les gens parlent beaucoup d’eux, j’ai écouté un titre ou deux mais ça ne m’a pas plu. J’ai laissé tomber l’affaire.

La meilleure salle pour voir un concert ?

David Tattersall : Dieu, je ne sais pas vraiment. Surtout je n’aime pas trop aller voir des concerts. Depuis que j’ai commencé à passer la moitié de ma vie dans les salles de concert (quand je suis en tournée), je ne me vois pas fréquenter ces mêmes salles quand je me repose.

La meilleure salle pour faire un concert ?

David Tattersall : Le Lexington à Londres. A Paris, j’aime bien Le Point Éphémère.

Ta B.O préférée ?

David Tattersall : Ce serait génial de faire un truc du style de Dead Man de Neil Young. J’adorerais faire quelque chose comme ça. Ou comme ce qu’a fait Ry Cooder pour Paris Texas. Si je devais choisir ma B.O préférée, je choisirais Pulp Fiction. C’est tout simplement une merveilleuse compilation. J’adore la surf guitar. Et il y a des morceaux country et des morceaux d’Al Green. C’est vraiment un grand disque! Martin Scorsese a souvent aussi de belles bandes sons. La façon dont il a utilisé Howlin’ Wolf dans le Loup de Wall Street est incroyable!

The Wave Pictures - Great Big Flamingo Burning Moon
The Wave Pictures – Great Big Flamingo Burning Moon

Votre disque honteux ?

David Tattersall : Je n’ai pas vraiment de honte à écouter de la musique. Je ne juge pas les choses de cette façon. J’aime certains albums moins que d’autres. Je ne suis pas fan de notre disque Instant Coffee Baby. Mon préféré est City Forgiveness. Mais je ne réponds pas à la question!
Mais tu veux savoir mes plaisirs coupables ? J’aime vraiment 2001 de Dr Dre. C’est un peu gênant. Et j’aime Tiny Dancer d’Elton John et un vieux titre des Fine Young Cannibals. C’est pas très glorieux.

Si tu devais créer un festival? Quel nom et quelles têtes d’affiche ?

David Tattersall : J’inviterai mes amis : Stanley Brinks, Freschard, Darren Hayman, Turner Cody, The Fishermen Three, Prewar Yardsale, The WoWz, Tiger Cats, Herman Dune, Billy Childish, Allo Darlin et Sam James. Mais pour être honnête je n’aime pas beaucoup les festivals. Je n’aime pas y aller alors en organiser un…

The Wave Pictures - Great Big Flamingo Burning Moon

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

The Wave Pictures – Flight From Destruction

Vidéo : The Wave Pictures – Flight From Destruction

Bain de jouvence. Même si The Wave Pictures a sorti régulièrement des albums dont deux en 2018, les retrouver c’est revenir en 2008 avec leur formidable Instant Coffee Baby, un temps où l’on croisait David Ivar, Stanley Brinks ou Coming Soon.
David Tattersall

Lockdown Boogies for David

David Tattersall des formidables Wave Pictures propose ses Lockdown Boogies, des enregistrements maison lo-fi dont il a le secret, illustrées sobrement par Nina.
The Wave Pictures @ l'Espace B, Paris, 17/12/2016

Vagues dans l’Espace (B)

Ce week-end, l’Espace B a proposé une programmation très rock, entre le classique, le garage et le psyché, avec trois groupes triés sur le volet, chacun très bon dans un univers en particulier : Niko Yoko, Os Noctambulos puis The Wave Pictures ont su guider cette soirée comme il fallait !
waves-pictures-bamboo-diner-in-the-rain

The Wave Pictures – Bamboo Diner in the Rain

Malgré le temps qui passe, les The Wave Pictures ne baissent pas la garde et continuent de publier ce qui leur passe par la tête. Après avoir sorti via Wymeswold Records, A Season In Hull, ce trio de zozos revient nous donner des nouvelles cette année avec Bamboo Diner in the Rain via l’entremise du […]

Plus dans Interviews

Marilyne Léonard

5 questions à … Marilyne Léonard

Marilyne Léonard n’est plus seule dans la foule. Elle vient de sortir une mixtape chez Audiogram, Vie d’ange rassemblant ses premiers titres avant un album en préparation. En attendant, pour la sortie de son nouveau clip, Quand tu parles ci-dessous, elle répond à quelques questions et commente une playlist bien de son époque.
Bryon Parker

5 questions à … Bryon Parker

On vous a déjà dit tout le bien de 3 Consecutive Championships, le nouvel EP de Bryon Parker. On découvre davantage son univers musical avec une playlist composée de morceaux d’artistes avec lesquels il a joué au cours de ces quinze dernières années.
Jules Jaconelli

5 questions à … Jules Jaconelli

Jules Jaconelli avait susurré à notre oreille avec sa voix de velours liquide. Il embarque Deborah Leclercq avec Quand même avant un premier album le 10 juin qui figure bien sûr sur notre to do list.
Villa Fantôme

5 questions à … Villa Fantôme

Villa Fantôme, c’est Pierrot et Manu de la Ruda Salska qui sortent un album ce 25 mars qui vous déniaisera les esgourdes. L’énergie et la bonne humeur sont toujours au rendez-vous. Bien sûr le nom de ce projet évoque le ghost town des Specials, mais ces sonorités chantées toujours en français sont plus sombres comme […]