L'année 2015 ne serait-elle pas l'année de Microcultures ? Après avoir décroché le pompon avec la sortie de No Song, No Spell, No Madrigal des Apartments, voilà que le label pourrait doubler la mise avec la parution imminente du disque de Ladyboy. On va peut-être proposer aux créateurs de ce chouette label de donner leur avis sur les prochains tirages du Loto, de signer Liam Gallagher pour avoir un disque solo d'enfer, de nous filer les prochaines combinaisons du Tiercé, de distribuer Neil Hannon et le Teenage Fanclub... Quand on a la gagne, il faut savoir la faire fructifier.


Mais parlons plutôt de Ladyboy, l’O.V.N.I du catalogue du label. A la croisée des chemins des genres musicaux, Ladyboy est aussi à la croisée des chemins du Genre. Le tout de manière élégante et brillante. Intéressant ce garçon…

Ladyboy est donc le projet d’Olivier Hazemann et est un disque extrêmement singulier dans le paysage musical français. Conte fantastique où l’amoureux veut se transformer en son amoureuse, Ladyboy nous emmène d’emblée sur les rives du port de Tempozan et nous transporte dans un voyage à la fois onirique et mystérieux.

Ladyboynous emmène surtout dans l’ombre du disque de Linkous et de Lynch, Dark Night of the Soul. Comme Linkous, Olivier Hazemann s’est adjoint les services de nombreux artistes et a réussi le pari de les rendre serviteurs de ce conte.
La production et les arrangements de Ladyboy sont d’une grande finesse (les cordes de Sens Dessus Dessous sont sensationnelles). Ma prestigieuse et Un oiseau sans joie sont les acmés du disque. Mais Ladyboy nécessite surtout du temps. Trente-quatre minutes précisément. Car il faut faire abstraction de cette planète qui tourne de plus en plus vite et écouter ce disque du début à la fin. Et se laisser guider par la voix d’Olivier Hazemann.

Ladyboy – Insulaire

Ladyboy – Ma Prestigieuse

Tracklist : Ladyboy - Ladyboy
  1. Tempozan
  2. RDV
  3. Necklace
  4. Ma prestigieuse
  5. Ladyboy
  6. Transit
  7. Un Oiseau Sans Joie
  8. Hiver
  9. Sens Dessus Dessous
  10. Au Fond Du Saké
  11. Sakura
  12. Entrevous
  13. Insulaire

Ladyboy de Ladyboy est paru le 18 mai 2015 (Microcultures).

Ladyboy – Ladyboy
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Bebly-lesoleilporte

Vidéo : BEBLY – Le soleil à portée

Le soleil donne un coup de chaud à BEBLY qui se prend la tête et se démultiplie. L’hédonisme nombriliste estival fait place ici à un spleen solaire solitaire.
Grandgamin-poussire

Vidéo : Grand Gamin – Poussière

C’est aujourd’hui que tombent les masques et que possiblement nous retournons en poussière. Grand Gamin a l’âge de raison ou de déraison en nous mettant le nez dans la poussière en espérant ne pas suffoquer et croire aux lendemains qui chantent.

Plus dans Chroniques d'albums

Mattlow-uneviecool

Matt Low – Une vie cool

Il y a des voix qui vous séduisent, vous enveloppent, vous rassurent. Matt Low sort son deuxième album après le formidable La ruée vers l’or, et Une vie cool est drôlement bath.
Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]