Brandon Flowers – The Desired Effect

Et à un moment donné ce type est parti en vrille... Mais vraiment. Tout avait pourtant bien débuté avec Brandon Flowers. On se rappelle avec nostalgie de la découverte du premier disque des Killers et de ses hits à la pelle. On se rappelle aussi de l'envie de donner des coups de pelle à Flowers quand on l'a vu apparaître en Super Killer dans le clip de Spaceman... Brandon Flowers - The Desired Effect


Règle numéro 1: ce type ose tout surtout quand il s’agit de mauvais goût.

Deuxième disque solo du chanteur le plus sexy de Las Vegas, The Desire Effect a au moins un mérite par rapport à son prédécesseur : il se passe quelque chose.

The Desired Effect ou le meilleur plaisir coupable de 2015. Bon Dieu qu’est-ce que ce machin ?
Déjà les titres. Can’t deny my love, Never get you right… A coté, les titres d’un disque solo de Brett Anderson passent pour un enchaînement de paillardes moldaves. Entouré d’une armée de vieux soudards marqués par les 80’s (dont Neil Tennant des Pet Shop Boys) et entrainé par Ariel Rechtshaid (Haim, Vampire Weekend), Brandon Flowers laisse libre cours à son amour pour les années 80 et la crème Chantilly. Le pire dans tout cela ? Et bien c’est que ça fonctionne.
Évidemment on ira directement se jeter dans le piège tendu par I Can Change (et manger du Bronski Beat) et on passera un délicieux moment avec Never Get You Right). Disque complétement régressif, The Desired Effect se suffit qu’à lui même et n’apporte pas d’eau au moulin. On privilégiera donc une écoute au casque pour ne pas contaminer les oreilles les plus chastes.

Ah si ce garçon pouvait avoir de bonnes influences…

Brandon Flowers – Lonely Town

Brandon Flowers - The Desire Effect

Tracklist : Brandon Flowers - The Desire Effect
  1. Dreams come true
  2. Can't deny my love
  3. I can change
  4. Still want you
  5. Between me and you
  6. Lonely town
  7. Diggin' up the heart
  8. Never get you right
  9. Untangled love
  10. The way it's always been

Brandon Flowers – The Desired Effect
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Flchelove-cetusavecchebanouar

Vidéo : Flèche Love – Cetus avec Cheb Anouar

Flèche Love revient avec un nouvel album en français dans son carquois. Son titre est sans ambiguïté. Guérison sera cathartique mais élargira assurément son public car nous sommes beaucoup en quête d’identité, de spiritualité et d’apaisement.
Groumpf-givemesomeflawoz

Vidéo : GROUMPF – Give me some Flawoz

Pas de problème de référencement avec GROUMPF le quatuor lyonnais dingo et coloré qui veut devenir ton ami. Leur premier album, The beauty, the love & the flawoz sort le 9 février et ils feront leur release party au Marché gare à Lyon le 8 mars.

Plus dans Chroniques d'albums

Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]
Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.