Brandon Flowers – The Desired Effect

Et à un moment donné ce type est parti en vrille... Mais vraiment. Tout avait pourtant bien débuté avec Brandon Flowers. On se rappelle avec nostalgie de la découverte du premier disque des Killers et de ses hits à la pelle. On se rappelle aussi de l'envie de donner des coups de pelle à Flowers quand on l'a vu apparaître en Super Killer dans le clip de Spaceman... Brandon Flowers - The Desired Effect


Règle numéro 1: ce type ose tout surtout quand il s’agit de mauvais goût.

Deuxième disque solo du chanteur le plus sexy de Las Vegas, The Desire Effect a au moins un mérite par rapport à son prédécesseur : il se passe quelque chose.

The Desired Effect ou le meilleur plaisir coupable de 2015. Bon Dieu qu’est-ce que ce machin ?
Déjà les titres. Can’t deny my love, Never get you right… A coté, les titres d’un disque solo de Brett Anderson passent pour un enchaînement de paillardes moldaves. Entouré d’une armée de vieux soudards marqués par les 80’s (dont Neil Tennant des Pet Shop Boys) et entrainé par Ariel Rechtshaid (Haim, Vampire Weekend), Brandon Flowers laisse libre cours à son amour pour les années 80 et la crème Chantilly. Le pire dans tout cela ? Et bien c’est que ça fonctionne.
Évidemment on ira directement se jeter dans le piège tendu par I Can Change (et manger du Bronski Beat) et on passera un délicieux moment avec Never Get You Right). Disque complétement régressif, The Desired Effect se suffit qu’à lui même et n’apporte pas d’eau au moulin. On privilégiera donc une écoute au casque pour ne pas contaminer les oreilles les plus chastes.

Ah si ce garçon pouvait avoir de bonnes influences…

Brandon Flowers – Lonely Town

Brandon Flowers - The Desire Effect

Tracklist : Brandon Flowers - The Desire Effect
  1. Dreams come true
  2. Can't deny my love
  3. I can change
  4. Still want you
  5. Between me and you
  6. Lonely town
  7. Diggin' up the heart
  8. Never get you right
  9. Untangled love
  10. The way it's always been

Brandon Flowers – The Desired Effect
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Pierre Gisèle

[EXCLU] La pépite Pierre Gisèle

Retour vers le futur. Le début des années 2000, les albums lo-fi, les boites à malice sans arrière pensées, bric-à-brac sensible qui ferait copuler les Moldy Peaches, Ben Lee et Mansfield.TYA. Pierre Gisèle nous offre en exclusivité l’écoute de son EP, Distorsion.
cabadzi-sixpointneuf

Vidéo : Cabadzi – Six point neuf

Back to BÜRRHUS avec Cabadzi et sa la version en réalité augmentée de leur dernier album avec sept titres supplémentaires pour une saison 2 mise en images par Marian Landriève.
black_lillys_sk_25

Photos : Black Lilys @ Château du Rozier – 16.01.2022

Pas simple de photographier la beauté, l’harmonie, la communion, l’étreinte, le bonheur. Fabrice Buffart réussit cette gageure en saisissant les regards, les gestes, les mains, les doigts et l’on est touché en plein cœur par Camille et Robin désormais en quatuor avec Claudine Pauly au violoncelle et Benoit Kalka à la batterie.

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.