Catégories
Chroniques d'albums

Brandon Flowers – The Desired Effect

Et à un moment donné ce type est parti en vrille… Mais vraiment.
Tout avait pourtant bien débuté avec Brandon Flowers. On se rappelle avec nostalgie de la découverte du premier disque des Killers et de ses hits à la pelle. On se rappelle aussi de l’envie de donner des coups de pelle à Flowers quand on l’a vu apparaître en Super Killer dans le clip de Spaceman…
Brandon Flowers - The Desired Effect

Règle numéro 1: ce type ose tout surtout quand il s’agit de mauvais goût.

Deuxième disque solo du chanteur le plus sexy de Las Vegas, The Desire Effect a au moins un mérite par rapport à son prédécesseur : il se passe quelque chose.

The Desired Effect ou le meilleur plaisir coupable de 2015. Bon Dieu qu’est-ce que ce machin ?
Déjà les titres. Can’t deny my love, Never get you right… A coté, les titres d’un disque solo de Brett Anderson passent pour un enchaînement de paillardes moldaves. Entouré d’une armée de vieux soudards marqués par les 80’s (dont Neil Tennant des Pet Shop Boys) et entrainé par Ariel Rechtshaid (Haim, Vampire Weekend), Brandon Flowers laisse libre cours à son amour pour les années 80 et la crème Chantilly. Le pire dans tout cela ? Et bien c’est que ça fonctionne.
Évidemment on ira directement se jeter dans le piège tendu par I Can Change (et manger du Bronski Beat) et on passera un délicieux moment avec Never Get You Right). Disque complétement régressif, The Desired Effect se suffit qu’à lui même et n’apporte pas d’eau au moulin. On privilégiera donc une écoute au casque pour ne pas contaminer les oreilles les plus chastes.

Ah si ce garçon pouvait avoir de bonnes influences…

Brandon Flowers – Lonely Town

Brandon Flowers - The Desire Effect

Tracklist : Brandon Flowers - The Desire Effect
  1. Dreams come true
  2. Can't deny my love
  3. I can change
  4. Still want you
  5. Between me and you
  6. Lonely town
  7. Diggin' up the heart
  8. Never get you right
  9. Untangled love
  10. The way it's always been
Brandon Flowers – The Desired Effect3.0
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

PJ Harvey - Nuits de Fourvière 2016 © Dadou

Polly à Fourvière !

C’était le grand retour à Lyon après un concert phénoménal et électrique en 2004 aux nuits de Fourvière de la grande prêtresse du Dorset, Polly Jean Harvey.
Spring King

Les Spring King rectifient le tir

Attention, Manchester revient en force en 2016. Pour les fans de pop, suivez Laurie Hulme alias Songs For Walter. Ce dernier a sorti un chouette disque il y a quelques semaines et s’apprête à faire la première partie d’un mancunien qui nous manquait : Badly Drawn Boy. Pour les fans de Mazzy Star, prenez le…
Beach Baby - Limousine

Beach Baby

Les Beach Baby sont quatre Londoniens qui aiment les chemises à fleurs et la cold wave. Il faut de tout pour faire un monde que voulez vous… Si les Beach Baby n’ont rien inventé, ils ont le mérite de forger des refrains extrêmement efficaces et entêtants. Leur premier EP Limousine en a sous le capot…
Stromae Takes America

Stromae Takes America

Que l’on aime ou pas, on peut reconnaître à Stromae sa capacité à faire parler de lui.

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.