« Réfléchis avec lenteur, mais exécute rapidement tes décisions. » affirmait le rhéteur antique Isocrate. Il faut prendre son temps pour écouter 0 le deuxième album de Low Roar sorti chez Tonequake Records pour goûter à cette sérénité, ce calme qui cache pourtant une âme tempétueuse. Et l’on a alors envie d’écouter prestement le trio néo-islandais sur scène pour vivre une expérience quasi spirituelle et extatique.

Low Roar est en tournée en France à partir du 20 mai et passera par L’Epicerie Moderne de Feyzin près de Lyon le mercredi 27 mai. Des places sont à gagner sur SK*.

En France, la Californie fait rêver avec son soleil, comment as-tu découvert l’Islande, qu’aimes-tu particulièrement là-bas ? est-ce que l’on y respire mieux ?

J’ai d’abord voyagé en Islande en 2008 et j’en suis vraiment suis tombé amoureux, j’ai donc décidé de m’y installer. À ce point dans ma vie j’ai aimé et j’avais besoin de vivre dans une petite communauté unie, j’ai grandi dans de grandes villes toute ma vie donc c’était un changement très agréable et très positif pour moi.

Comment as-tu composé 0 ou plutôt crée l’atmosphère générale du disque, calme, sereine, si riche en images et surtout très cohérent d’un bout à l’autre ? tu t’es isolé façon Bon Iver ou le contraire ?

C’était juste une progression naturelle du premier album. Rien n’a été forcé ou a sur analysé, juste le prolongement, l’étape suivante.

As-tu appris la musique à l’école, au conservatoire ou es-tu autodidacte ? Comment travaille-tu ta voix si pure et pleine d’émotions ?

Non, tu sais, j’ai fait comme beaucoup de gens, j’ai commencé à jouer de la guitare vers 16 ans, j’étais dans un groupe et nous n’avions personne pour chanter alors je m’y suis mis et j’ai juste continué à le faire. Et à force de jouer, d’écrire, de chanter, on s’améliore, enfin je crois.

Low Roar – Live on KEXP

Tu joues avec un quatuor à cordes, Amiina, nous avons à Lyon un festival, Les Nuits de Fourvière qui propose régulièrement à certains artistes de se produire avec l’Orchestre National de Lyon, as-tu déjà joué avec un orchestre symphonique ?

Non, je ne l’ai jamais fait mais ça à l’air sympa !

As-tu déjà composé pour de l’image ou des films comme par exemple Ólafur Arnalds? Si ce n’est pas le cas, quel film aurais-tu aimé mettre en musique ?

C’est une question ardue… Je ne suis pas sûr… Je vais y réfléchir et vous dirais cela lors de mon prochain passage en France.

Comment transposes-tu la richesse de la palette sonore du disque sur scène ?

Nous sommes trois et nous jouons ensemble depuis maintenant un certain temps mais nous avons jamais vraiment parlé tellement de la façon d’arranger les chansons pour la scène, on monte sur scène ensemble et on commence à jouer. Nous choisissons juste les morceaux que nous pensons importants et on tente de les faire sonner. Joue sur scène m’apparaît souvent plus important et plus intéressant que ce que je fais sur disque.

Utilises-tu des projections durant les concerts ?

On en a eu mais pas sur cette tournée.

La pochette de 0est-elle de toi ?

C’est un robot qui a eu l’idée initiale et une amie graphiste, Anna s’est penché dessus, on peut voir son travail ici.

Pourquoi ce titre d’album, Zero ?

C’est à cause de notre manager, Amy… Notre label demandait un titre pour faire figurer l’album sur les sites en ligne comme iTunes et Amazon. Mais nous n’avons pas voulu de nom. Donc la meilleure solution était de l’appeler 0.

Low Roar – Nobody Loves Me Like You

Peux-tu raconter la genèse de de Nobody Loves Me Like You, un très beau titre, miroir pour beaucoup d’auditeur, pour moi en tout cas ?

J’ai écrit cette chanson juste après mon divorce et tout de suite on a enregistré en à peine deux heures au studio, c’est venu très simplement et honnêtement.

Nous sommes un site de découvertes musicales, tu as des groupes à nous faire découvrir ? des amis ?

Vök et Júníus Meyvant sont de talentueux artistes islandais que l’on a croisés sur la route dernièrement et qui font de très belles choses !

Vök – If I Was

Júníus Meyvant – Live on KEXP

Low Roar - 0

Low Roar sera en concert :

Le 20 mai à l’Eglise du Sacré Coeur à Lille
Le 21 mai au Le Krakatoa à Mérignac
Le 22 mai à L’Atabal à Biarritz
Le 23 mai à Fuzz’Yon à La Roche-Sur-Yon
Le 24 mai au VIP à Saint-Nazaire
Le 25 mai au Saint des Seins à Toulouse
Le 27 mai à L’Epicerie Moderne à Lyon
Le 28 mai au Silencio à Paris